Premier festival de la chanson ouvrière de Charleroi

Affiche de l'évènement "Charleroi 1911-2011"
Affiche de l'évènement "Charleroi 1911-2011"

A l’occasion du centenaire de l’Exposition internationale industrielle de 1911, la ville de Charleroi a décidé de raviver les souvenirs enfouis dans la mémoire collective, de remettre au goût du jour ce qui avait alors « bouleversé l’histoire économique, culturelle et urbanistique de la ville ». Depuis le 29 avril dernier et durant les sept prochains mois, des dizaines d’évènements – expositions, concerts, festival de cinéma, spectacles, conférences, etc. – vont se succéder, impliquant au total 70 partenaires issus des milieux culturels, industriels et universitaire de la ville. Vous pouvez retrouver l’ensemble du programme sur le site dédié à cet anniversaire.

Au milieu de cet agenda bien chargé, un évènement nous intéresse plus particulièrement : le premier festival de la chanson ouvrière. Les règles de ce concours de chant, qui se tiendra le 8 octobre 2011, sont très simples :

1° Il est ouvert à tout le monde, sans limite d’âge, musiciens confirmés ou amateurs, toutes régions de Belgique confondues, tous genres musicaux confondus.

2° Il faut choisir un chant parmi les 19 proposés en six langues différentes. Pour le français nous retrouvons L’Internationale, La Varsovienne, Le Front des Travailleurs, La révolte, Sans l’ouvrier, La Carmagnole de la Grève et C’est la crise.

3° En ce qui concerne la prestation, les paroles du chant doivent être respectées. Par contre, le style musical est laissé au choix et la mélodie peut éventuellement être transformé.

4° On y gagne, comme 1er prix, un enregistrement d’un CD 3 titres et la réalisation d’un clip vidéo, offerts et pris en charge par la Maison Pour Associations (MPA) ; comme 2ème prix, cinq trimestres de cours gratuits, offerts par les Classes du Rock de Charleroi et pour les autres, des petits cadeaux !

Affiche du premier festival de la chanson ouvrière, Charleroi, 2011
Affiche "Festival de la chanson ouvrière", Charleroi

Un beau programme en perspective ! D’autant plus que l’équipe organisatrice de ce festival semble déborder d’énergie et d’enthousiasme comme en témoigne la courte mais percutante présentation du concours sur la page d’accueil du site internet :

Dépoussiérons le répertoire de la chanson ouvrière, mine d’or de récits, de folklore et de traditions populaires !

Musiciens pro ou amateurs, chanteurs de salle de bain, gratouilleurs de guitares, souffleurs de trompettes, maîtres de la grosse caisse et de l’harmonica, choristes de tous bords : stimulez votre créativité et adaptez les chants ouvriers d’autrefois à votre sauce !

Vous voici donc prévenu. Futurs stars de la chanson ouvrière de combat, n’attendez pas ! Les inscriptions sont clôturés le 15 juillet 2011. Pour les autres, une seule solution : armez-vous de patience !

Le film de présentation de Charleroi 1911-2011

 

Les chansons des luttes et de la condition ouvrière

Couverture de l’ouvrage d’Annette Dumont et Pierre Grosz, « Les chansons des luttes et de la condition ouvrière », France Découverte, 2000
Couverture de l’ouvrage d’Annette Dumont et Pierre Grosz, « Les chansons des luttes et de la condition ouvrière », France Découverte, 2000

Il faut bien l’avouer, le quatrième art n’a encore jamais été abordé dans ce carnet de recherches qui a pourtant l’ambition de couvrir les arts et les images du mouvement ouvrier et social. Je ne suis pas un grand spécialiste des questions musicales, il faut bien le reconnaître. Mais les chants de luttes, les hymnes et autres refrains entonnés lors des rassemblements de travailleurs constituent une pan important, sinon inévitable de l’histoire du mouvement ouvrier et social.

Pour compléter ce vide, je vous propose de jeter un petit coup d’oeil sur l’ouvrage d’Annette Domont et de Pierre Grosz, Les chansons des luttes et de la condition ouvrière, paru aux éditions France Découverte en 2000. Celui-ci propose une introduction ludique aux chants qui ont accompagnés les luttes sociales des 19ème et 20ème siècles, de nos jours à la révolte des Canuts. Illustré par de multiples reproductions en couleur d’affiches, de photographies et de documents, complété par quelques encarts explicatifs, cet ouvrage a été conçu comme le support d’une pièce de théâtre, d’une comédie musicale mettant en scène trois personnages préparant un spectacle pour leur comité d’entreprise ou la fête de leur ville. En annexe, nous retrouvons plusieurs partitions complètes. Parmi les chants retenus, nous retrouvons bien évidemment des classiques, tels que Le Chant des Partisans ou encore Le Temps des Cerises et d’autres qui le sont beaucoup moins. Ci-dessous, la liste des chants intégralement repris :

La chanson des luttes (P. Grosz / M. Philippe-Gérard), 2000, © Éditions de l’Écriteau.

La grève (P. Grosz / C. Chevallier), © Éditions de l’Écriteau.

Marie-Jo (P. Grosz / M. Le Forestier), DR.

Mai Soixante Huit (P. Grosz / M. Précastelli), © Éditions de l’Écriteau.

Le chant des marais (R. Goguel / H. Kirmsze).

Quand on se promène au bord de l’eau (Yvain / Duvivier).

La victoire du Front populaire (Jules Hubert).

Révolution (R. Guérard).

La chanson de Craonne (Anonyme / R. Le Peltier / A. Sablon).

J’ai engueulé l’patron (Marnols-Maubon / J. Lenoir) © Éditions Fortin.

Gloire au 17e (G. Montéhus / R. Chantegrelet) 1936, © Éditions P. Beuscher.

La Ricamarie (R. Doutre).

Le chant des ouvriers (P. Dupont) © Éditions de l’Écriteau.

Les Canuts (A. Bruant) © Éditions Salabert.

Un bon aperçu, sans compter que l’ouvrage fait référence à de nombreux chants en citant simplement quelques couplets ! En guise de conclusion, je vous retranscrit ici les deux  premiers couplets de La Ricamarie :

Ils réclamaient leur droit par un grève immense

Nos courageux mineurs aux traits noirs mais riants

Plus de bras au travail, donc un morne silence

Règne autour de leurs puits naguère si bruyants

 

Mais hélas tout à coup la fusillade tonne

Puis on entend des cris de douleur et d’effroi

La poudre est en fumée et le clairon résonne

Onze frères sont morts en réclamant un droit !

Un exemple de "bachi", le couvre-chef des marins
Un exemple de "bachi", le couvre-chef des marins

Petit clin d’oeil, l’ouvrage reproduit à la page 21 un objet (un autocollant ? un écusson ?) de la campagne de défense d’Henri Martin, représentant un bachi, un chapeau de marin, sur lequel on peut lire Libérez Henri Martin.