Vasco Gasquet, 500 affiches de mai 68, Bruxelles, éditions Aden, 2007, 205 pages

Couverture de l'ouvrage de Vasco Gasquet, 500 affiches de Mai 68, Bruxelles, Éditions Aden, 2007, 205p.
Vasco Gasquet, 500 affiches de Mai 68, Bruxelles, Éditions Aden, 2007, 205p.

Accéder à la production iconographique du mouvement ouvrier et social n’est pas chose aisée. Ceci s’explique par la nature du support de l’affiche, de l’autocollant ou de l’objet militant et par l’absence d’un travail minutieux et continu dans le temps de collecte et de conservation. Destiné à un usage immédiat, extérieur et irréversible, cette production laisse peu de traces : une fois collée, l’affiche est lue avant de connaître les vicissitudes du temps et du climat, les dégradations et finalement l’arrachage. La récente réfection des bâtiments de l’université de Paris 10 Nanterre aurait été une bonne occasion de procéder à une archéologie de l’iconographie militante, in situ, dans les pas de Jacques de la Villeglé. Plusieurs strates d’affiches, de comptes-rendus d’assemblées générales, de journaux militants, couvrant une période allant de 2003 à nos jours, ont en effet été arrachées pour laisser place à un pan de mur blanc, bien plus réglementaire. Une photographie de souvenirs aurait été la bienvenue !

J’ai pu présenter, à l’occasion de précédents articles, plusieurs catalogues d’affiches issues de la production iconographique de la CGT. J’y avais souligné leur intérêt pour le chercheur et le militant, grâce à l’accès aisé que ces catalogues permettent à ces sources fragiles et dispersées. Ce constat s’applique bien évidemment également à la production iconographique liée aux évènements de mai-juin 1968. Le travail de compilation et de sélection de Vasco Gasquet, a permis de réunir pas moins de cinq cents affiches de cette période qui fut, sur le plan visuelle, d’une incroyable richesse. Paru une première fois en 1978 chez Balland mais depuis épuisé, cet ouvrage a fait l’objet d’une réédition aux Éditions Aden en 2007.

L’introduction de Vasco Gasquet, divisée en trois parties, abordent successivement les affiches et leurs thèmes, leur mode de production et l’entrée des affiches dans les musées et les collections privées. L’introduction nous présente les thèmes principaux  abordés par les affiches : « la Police, personnifiée par le CRS ; c’est le pouvoir et la répression » et « les Foules » qui symbolisent tantôt le peuple, tantôt « l’entente, l’amitié, la fraternité ». Deux sous-thèmes, fils conducteurs depuis 1936, s’y rattachent : « l’ouvrier et l’usine ». Une brève présentation du mode de production sérigraphique des affiches et le rattachement de ces oeuvres au mouvement artistique des « suprématistes russes » complètent ce premier tour d’horizon. A noter, la présence de la reproduction d’un tract distribué aux Beaux-Arts en mai 68 détaillant le procédé de sérigraphie pour les affiches. On pourrait penser que, faute d’organisations pérennes, face au foisonnement des actions, des réflexions et des publications durant cette période intense, la préservation de cette production n’ait pu se faire. Or, il n’en n’est rien. La troisième partie de cette introduction présente très bien l’intérêt précoce des musées et des collectionneurs privés pour les affiches de mai : « Elles s’achètent. Elles se vendent. Elles ont une cote comme de vulgaires oeuvres d’art ». Une courte bibliographie complète l’introduction, avant de passer au vif du sujet, les 500 affiches promises dans le titre par le titre de l’ouvrage.

La taille de la reproduction des affiches varie, permettant d’insérer de une à quatre affiches par page. Il faut souligner que la quasi-totalité des cartels sont complets et donnent les couleurs, la taille, le support, la technique et parfois l’auteur. Cependant, la reproduction noire et blanche d’affiches originellement en couleur est problématique, même si cela est justifiée par des considérations de prix, l’ouvrage étant plutôt accessible (20 euros). Autre problème, aucun classement n’est apparent dans l’ouvrage, même si les affiches aux mots d’ordres  proches sont regroupées. Cela est dommage car différents types de classement étaient possibles, que ce soit par la technique utilisée, par les représentations visuelles ou encore par la différenciation des thèmes anciens et nouveaux abordés en mai 68 par comparaison aux affiches et dessins antérieurs, notamment ceux du Front populaire.

Malgré cela, par son prix et l’importance du nombre d’affiches reproduites, cet ouvrage trouvera une place de choix dans la bibliothèque des chercheurs, des militants et des personnes intéressées, comme ouvrage à feuilleter dans un moment de détente ou comme outil de travail. Les enseignants, pour leur part, trouveront là une mine d’or pour illustrer leurs cours et enrichir leurs explications de documents iconographiques !

Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève (France & Europe, XIXe-XXIe siècles), Arbre bleu éditions, 2011

Couverture de l'ouvrage de Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève, Arbre bleu éditions, 2011
Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève, Arbre bleu éditions, 2011

Une nouvelle maison d’édition vient de voir le jour ! Fondée à Nancy, Arbre Bleu éditions publie son premier ouvrage d’histoire sociale. Stéphane Sirot, historien reconnu, auteur d’un Maurice Thorez (Paris, Presses de Sciences Po, 2000), d’un ouvrage sur La grève en France. Une histoire sociale, XIXe-XXe siècle (Paris, Odile Jacob, 2002) et d’une réflexion sur Les syndicats sont-ils conservateurs ? (Paris, Larousse, 2008) ouvre ici une nouvelle collection dénommée « Le corps social » dirigée par Tangi Cavalin également historien.

Intitulée Le syndicalisme, la politique et la grève (France & Europe, XIXe-XXIe siècles), cet ouvrage est disponible sur commande auprès de la maison d’édition au prix de 20 euros (frais de port en sus). Promis, dès réception, je publierai un compte-rendu !

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :

En France comme en Europe occidentale, plus personne ne met en doute le droit des syndicats à défendre le quotidien des travailleurs. Reconnu par l’État, voulu par la démocratie d’opinion, ce droit légitime l’organisation du salariat depuis sa légalisation au XIXe siècle. Mais il n’a jamais été sa seule raison d’être. Le syndicalisme est porteur, dès l’origine, d’un projet de transformation de la société visant à substituer, à la démocratie libérale, une démocratie sociale. Qu’en est-il aujourd’hui de ce projet d’essence politique dont la grève, symbole de l’autonomie ouvrière et de la mise en pratique d’une forme de démocratie directe, a longtemps été l’arme privilégiée ?

Reprenant de manière originale la question lancinante de la « crise du syndicalisme », Stéphane Sirot inscrit le fait syndical dans la longue durée de l’histoire du salariat depuis la Révolution française et fait la part des rapprochements et des singularités entre la France et ses principaux voisins européens. Il met en lumière l’inconfort du mouvement syndical, sommé d’agir au nom du bien commun et pas seulement des salariés, piégé par la rhétorique « réformiste » des gouvernements qui aspirent à le domestiquer, pour exister dans la fidélité à sa tradition de contre-pouvoir. Le syndicalisme français, qui semble résigné à n’être plus qu’une force d’accompagnement, pourrait bien être entré dans un nouvel âge de son histoire. Par ce retour sur l’histoire du salariat organisé, l’ouvrage se propose de clarifier les termes du débat sur l’avenir du syndicalisme et, au-delà, de fournir des outils de compréhension pour penser à nouveaux frais notre question sociale.

> Sur le web.

Site internet Arbre bleu éditions : Le site internet.