Jean Zyromski et Jean-René Chauvin : archives de militants

 

Affiche de la demi-journée d'étude sur Jean Zyromski et Jean-René Chauvain
Affiche de la demi-journée d’étude

Cet article est un compte-rendu de la demi-journée d’étude organisée par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle le samedi 16 juin 2012 sur le thème « Jean Zyromski et Jean-René Chauvin. Archives de militants ».

Quelques mots d’introduction de Claude Pennetier, directeur de recherche au CNRS

Les archives Jean Zyromski et Jean-René Chauvin sont des fonds importants de militants d’organisations politiques qui appartiennent au sens large à la mouvance socialiste. J’ai eu la chance de collecter ces deux fonds.

Le fonds de Jean Zyromski a été recueilli après la mort de Zyromski en 1975. Quelle émotion à chaque fois de découvrir les archives de personnes que l’on estime ! L’idée initiale était de verser ces fonds aux Archives nationales, ainsi que les périodiques à la BDIC. Les Archives nationales n’ont finalement pas été intéressées et le Centre d’histoire sociale les a recueillies. Jean Zyromski avait lui-même classé ses fonds selon son regard militant. Il s’est toujours interrogé sur son passé. Un nouveau classement a été réalisé et les premiers usages scientifiques de ce fonds ont été immédiats.

Le fonds de Jean-René Chauvin, décédé en 2011, a été donné au CHS par sa compagne Jenny Plocki. Jean-René Chauvin avait un savoir, une culture militante encyclopédique concernant des domaines très divers (et cela se reflétait dans sa bibliothèque). Les documents étaient également classés très rigoureusement selon son regard et surtout selon son parcours militant. Ce classement a donc permis un inventaire fidèle de ce fonds par les archivistes du Centre d’histoire sociale.

1 – Fonds Jean Zyromski

Quel est l’usage des archives aujourd’hui  ?

Développé par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), Calames est le pendant archivistique du Sudoc. Il s’agit d’un catalogue en ligne des archives et des manuscrits détenues par les établissements de l’enseignement supérieur. Les avantages de Calames sont d’offrir la possibilité de faire des recherches, de feuilleter l’inventaire et d’être très bien référencé dans Google. Le Centre d’histoire sociale est le premier laboratoire de recherche de l’université Paris 1 à avoir publié un inventaire dans Calames. Sa spécificité réside dans le fait que ses archives ne sont pas des fonds d’archives de la recherche, mais des fonds privés d’origine militante. À l’heure actuelle, seul le fonds de Jean-René Chauvin est consultable dans Calames, avant l’arrivée prochaine du fonds Jean Zyromski.

Ce dernier fonds est arrivé à la fin des années 1970 au Centre d’histoire sociale. Il regroupe l’ensemble des documents conservés par Jean Zyromski à la date de son décès, à l’exception des dossiers saisis par la police allemande le 22 juin 1940 (portant sur l’antifascisme, les congrès nationaux, la politique extérieure), des dossiers sur la fédération communiste du Lot-et-Garonne (versés à cette organisation), quelques papiers personnels (restés au sein de la famille). Ce fonds représente cinq mètres linéaires. C’est un fonds homogène d’un point de vue documentaire : ce sont majoritairement des documents textes, on y trouve peu de photos. Ce sont principalement des notes manuscrites d’une écriture difficilement lisible. Les supports sont variés : bloc-notes, cahiers d’écolier, feuilles volantes. On a également un grand nombre de coupures de presse, en vrac, sélectionnées, découpées et surlignées au crayon bleu ou rouge. Ces coupures sont difficiles à traiter, en raison du manque de dates et de références. Une identification fine, pièce à pièce, ne pourra être réalisée faute de temps. Il existe aussi des dossiers de documentation constitués par Jean Zyromski lui-même. Les imprimés (journaux, brochures, tracts, bulletins officiels) sont un autre type de documents disponibles dans le fonds. Un dernier ensemble  est constitué par la correspondance, très abondante, principalement avec des militants. On compte également quelques cartes postales.

Pour traiter ce fonds, nous avons essayé de comprendre la logique de son classement. Il existait plusieurs traces du classement initial opéré par Jean Zyromski, notamment à travers les grandes pochettes cartonnées de couleur bleue qui constituaient le fonds. Le second classement est celui réalisé principalement par Claude Pennetier, lors de l’arrivée du fonds au Centre d’histoire sociale. Son architecture est thématique et chronologique. Cet inventaire a permis de nombreux travaux universitaires et notamment  :

Franck Georgi, La Première Bataille socialiste  : Histoire et portrait d’une tendance dans le parti socialiste SFIO (1927-1935), Université Paris 1, Mémoire de maîtrise en Histoire sous la direction d’Antoine Prost, 240 pages.

Éric Nadaud, Une tendance de la SFIO : la Bataille socialiste (1921-1933), Université Nanterre, Thèse en Histoire sous la direction de Serge Berstein, 1988, deux volumes, 641 pages.

Éric Nadaud, «  Notice de Jean Zyromski  », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social, quatrième période (1914-1939).

Le plan de classement du fonds d’archives comprenait dix parties assez bien utilisables.

En 2000, le fonds a été confié à Jean-Louis Cirès, qui effectuait au CHS un stage dans le cadre de sa formation d’attaché de conservation pour le CNFPT. En un mois, le fonds a été recoté, reclassé et reconditionné, et le nouvel inventaire, qui comptait désormais 145 dossiers, a été mis en ligne sur le site du CHS. C’est cet inventaire que nous pensions reprendre tel quel dans Calames.

Rapidement, nous nous sommes rendu compte qu’il posait plusieurs problèmes : une dizaine de cartons de vrac n’avait pas été traitée, et des incohérences thématiques pouvaient être trouvées çà et là.

Décision fut donc prise de reprendre intégralement le classement. Les principes que nous avons suivis sont : lisibilité du fonds et clarté du classement ; respect du classement de Jean Zyromski lorsque cela était possible ; organisation en grandes périodes chronologiques (SFIO ; PCF) ; rassemblement des papiers personnels et de la correspondance, sauf lorsque celle-ci éclaire un dossier particulier ; maintien du dossier fermé.

Un plan de classement en cinq parties a été proposé. 1/ Jean Zyromski et la SFIO, 2/ De la SFIO au PCF, 3/ Études et travaux, 4/ Dossiers de documentations, 5/ Correspondances et papiers personnels.

Intervention de Rossana Vaccaro, responsable de la bibliothèque du CHS

Je vais détailler les grandes sections de cet inventaire et m’attarder sur les points qui permettent d’évoquer très schématiquement le parcours de Jean Ziromsky. Je terminerai en posant des questions aux spécialistes du domaine suscitées par notre travail sur ce fonds.

La première section « Zyromski et la SFIO » résume la plus grande partie de l’activité de ce militant et couvre la période de 1910 à 1940, des premiers engagements, au congrès de Tours, jusqu’à la deuxième guerre mondiale. A partir des notes prises à la faculté de droit de Toulouse, en 1910, où Zyromski s’imprègne des idées marxistes, les documents témoignent de l’adhésion, en 1912, à la SFIO et de sa prise de position « pour une défense nationale sans patriotisme ». Après sa participation à la guerre, nous retrouvons les traces de sa reprise d’activités dans le département de la Seine, de la fondation du groupe Résistance socialiste, devenu la Bataille socialiste (1927-1940) et de son activité à la Fédération SFIO de la Seine où Zyromski mène sans relâche son combat pour l’unité ouvrière. D’autres documents témoignent de son activité syndicale notamment, à la préfecture de la Seine et de son travail infatigable à la commission administrative permanente de la SFIO, de sa participation à de nombreuses commissions et réunions internationales. Les documents concernant les élections auquel Zyromki participa montrent son refus des honneurs électifs car en choisissant des circonscriptions difficiles, il échoua à chaque fois.

La deuxième grande partie de cet inventaire « De la SFIO au PCF » concerne la période de 1944 à 1965. Nombreux documents témoignent à la libération du fort engagement de Zyromski au Front national, du passage de Zyromski au PCF auquel il adhéra en septembre 1945, après le congrès de la SFIO d’août qui avait refusé la charte d’unité proposée par le PCF. Une correspondance nourrie, entre 1944-1946, avec des militants socialistes et communistes témoigne des difficultés de l’homme et du militant lors de ce choix tourmenté.

Dans la troisième partie de cet inventaire sont rassemblées les « Études et travaux » de Jean Zyromski : conférences à l’école socialiste, activités éditoriales, notes manuscrites en vue d’une publication (Étude sur le matérialisme géographique de l’histoire)

Dans la quatrième partie, nous retrouvons les « Dossiers de documentation » ressemblés par Zyromski dont nous avons respecté le classement et qui concerne des questions militaires, des questions internationales entre les deux-guerres et après la deuxième guerre, des questions concernant Staline et l’URSS, et puis un dossier sur la guerre d’Espagne qui illustre l’engagement de Zyromski

Enfin, dans la cinquième partie sont rassemblés les dossiers personnels : des souvenirs rédigés, un manuscrit autobiographique, un dossier en cours de constitution en vue de la rédaction d’une biographie, des esquisses de mémoires rédigées dans les années 1960 (trois manuscrits).

Après ce rapide balayage, quelques questions :

L’Unité politique constitue le fil rouge de ces archives nous la retrouvons sous de termes différents : unité ouvrière, unité de classe, unité populaire, unité d’action à la base, unité organique, rassemblement populaire. Est-ce que ces termes peuvent recouvrir la même idée d’un point de vue politique et stratégique selon que nous soyons après le congrès de Tour, dans les années trente face à la montée du fascisme ou après la seconde guerre mondiale ?

Zyromski affirme être toujours resté fidèle au principe de l’unité ouvrière qui l’a finalement conduit à l’adhésion au PCF. Dans ces conditions pouvons-nous parler de conversion ?

Pourrait-on définir le « zyromskisme » jusqu’en 45, comme l’aspiration passionnée, le travail acharné, malgré les vicissitudes de l’histoire, pour sauvegarder la fidélité du PS à sa doctrine et la proximité de ce parti avec les classes populaires ?

La dernière question concerne la postérité de Zyromski. Militant infatigable et désintéressé, homme de convictions, autorité morale et charismatique, doté d’une réelle influence au sein de son parti, il ne semble pas avoir suscité auprès des historiens un intérêt à la hauteur de son action et du rôle qu’il a joué. Il n’a pas fait l’objet d’une biographie alors même que nous avons trouvé dans ses archives des esquisses d’auto-biographie et des notes qui avait été justement prises, mais nous ne savons pas par qui, en vue de la rédaction d’une biographie. Qu’en est-il réellement ?

Intervention de Lily Bleibtreu, belle-fille de Jean Zyromski

Le père de Jean Zyromski était professeur de faculté et écrivain. Sa mère était la secrétaire de son père. Ils étaient croyants, de ces chrétiens pour lesquels le christianisme est une philosophie dépourvue de toute bigoterie. Son père fut dreyfusard et attaqué par ses élèves pour cela.

Zyromski a été l’ami d’Alexandre. Il a eu une enfance catholique, fait des études brillantes et a toujours été passionné de montagne. Il a eu une très bonne connaissance des Pyrénées. Enfant, il voulait être berger dans la montagne. Il s’est engagé dans des études de droit et a apprécié la venue de Jean Jaurès à Toulouse. Il a étudié le marxisme jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale. Cela s’est accompagné d’un éloignement de sa famille. Son père ne lui a jamais pardonné son abandon de la religion. Il fut envoyé en 1914 sur la Marne. Blessé, soigné, libéré pendant un an, il fut ensuite expédié dans les Balkans dont il revient atteint du paludisme.

À lui comme à d’autres s’est posé le choix du congrès de Tours. Le sien, il l’a fait en toute lucidité et l’a justifié à plusieurs reprises. Il adhère à la SFIO et y joue un rôle important, toujours dans la marche vers la gauche et l’unité ouvrière. L’action syndicale était aussi valable que l’action politique pour lui. Chaque jour, il écrivait pour Le Populaire. Alexandre Desrousseaux dit Bracke était son ami, il vivait près de chez nous et les échanges étaient très fréquentes. Zyromski avait une vie très exigeante : son militantisme lui prenait beaucoup de temps. À la maison, il n’y avait ni téléphone, ni radio : il aimait le silence et le calme. Il appréciait la fidélité, la constance dans les valeurs, l’exactitude, la ponctualité. Mes parents avaient des traitements de fonctionnaires de la ville de Paris. Jean Zyromski avait été embauché avec le grade de rédacteur et il avait choisi ce métier, plutôt que celui d’avocat, afin d’avoir plus de liberté pour militer. Les attaques quotidiennes de Gringoire nécessitaient d’y répondre. Il subissait également des critiques de la droite du parti. Chaque été, les rédacteurs de la Bataille socialiste nous retrouvaient à notre petite maison de vacances.

La guerre venue, Zyromski est resté à Paris sur ordre du préfet. Il a pu échapper à la police allemande grâce à un rendez-vous chez le barbier. Le préfet décida alors de le cacher quelques jours. La Gestapo est revenue et lui a demandé où vivait Marx Dormoy. Il ne le savait pas et la Gestapo est repartie. Le départ pour le Lot-et-Garonne fut décidé. Il a milité dans la résistance locale avant d’être arrêté. Après un séjour en prison à Bordeaux, il a été envoyé à Drancy en tant que juif où il a bénéficié du soutien d’un gardien pour s’enfuir. Il a rejoint de nouveau la résistance, puis le PCF à la Libération. Il a conservé tous ses papiers, même lors de la fuite en province. Seuls ont été perdus, les papiers saisis par les allemands (à l’appartement en juillet 1940), en particulier ceux de la dernière réunion de la IIe Internationale, avant l’effondrement de l’armée française. Toute la bibliothèque de Marmande a été rapatriée, sauf les papiers concernant les activités à la fédération PCF du Lot-et-Garonne qui ont été confiés à celle-ci

Mon mari (Marcel Bleibtreu, secrétaire général du Parti communiste internationaliste à la Libération) et Jean Zyromski se manifestaient mutuellement beaucoup de respect. Ils s’étaient reconnus comme des militants. Leurs conversations étaient cordiales, grâce aux dispositions très à gauche de Jean Zyromski. Celui-ci a surtout apprécié les positions de son petit-fils Jacques Bleibtreu qui était de tous les combats de mai-juin 1968. Les discussions se faisaient le dimanche soir. C’était un apport d’oxygène, c’était instructif de part et d’autres. Zyromski a régulièrement sollicité la présence de son petit-fils.

Intervention d’Éric Nadaud

Pour traiter de « Zyromski et la SFIO », il est intéressant de partir d’un portrait inédit de Jean-Baptiste Séverac, qui décrit Zyromski comme une figure marquante de la SFIO d’avant-guerre, qui « fait corps » avec celle-ci. Ses amis comme ses adversaires insistent sur cette identification de Zyromski à son parti. À quoi tient-elle ?

Traits permanents  :

  • D’abord Zyromski s’identifie à la doctrine du parti, la doctrine marxiste. C’est par elle qu’il est venu au socialisme. Il l’a découverte en 1910, en suivant des cours d’économie politique, et c’est ce qui l’a déterminé à adhérer en 1912 à la SFIO. Son credo marxiste trouve son expression la plus simple dans la charte d’unité de 1905, qui définit le Parti socialiste comme « un parti d’opposition fondamentale et irréductible à l’ensemble de la classe bourgeoise, et à l’État qui en est l’instrument ». Sa pensée est toutefois moins schématique qu’on ne l’a dit. S’il est clairement inspiré par Jules Guesde, Zyromski l’est aussi par le Jean Jaurès des dernières années, celui de la synthèse entre réforme et révolution et entre nation et internationalisme.
  • Il fait corps avec le parti aussi parce qu’il y exerce des fonctions-clés entre les deux guerres. Il est un personnage central de la Fédération socialiste de la Seine. Il en est le secrétaire général en titre en 1929-1930, et l’une des plus hautes autorités morales ainsi que l’un des dirigeants les plus actifs le reste du temps, du moins jusqu’en 1938. Il exerce aussi de hautes fonctions dans le parti : il est membre de la CAP, secrétaire de multiples commissions, directeur de la page sociale du Populaire, et délégué auprès de l’Internationale ouvrière socialiste. Il sert aussi son parti par une inlassable activité de propagandiste, au point d’être toujours de la poignée des orateurs qui font le plus de réunions. Et c’est en pur militant qu’il se taille cette place. Il n’a pas d’ambitions pour lui-même. S’il présente sa candidature aux élections législatives à plusieurs reprises, c’est dans des circonscriptions perdues d’avance, seulement pour y « défendre le drapeau ». En 1936, Léon Blum lui offre d’entrer au secrétariat général de la présidence du Conseil, mais il décline.
  • Son militantisme est de tous les instants. Il commande ses relations avec sa famille, ses amitiés, sa vie professionnelle, et toute sa vie intellectuelle. Il faut dire que Zyromski a un tempérament très entier. Totalement dominé par ses idées, il est désintéressé, toujours sérieux, absorbé par son travail ou sa cause, parfois colérique, jusqu’à casser des chaises en réunion, et obstiné. Ce caractère le sert dans certains cas, par exemple dans les commissions de congrès, où il lui arrive de batailler toute la nuit simplement pour un mot ou une virgule, et de l’emporter à l’usure. Mais il peut aussi lui porter tort, en le poussant à maintenir ses positions jusqu’à l’isolement le plus complet. Son éloquence, qui s’exprime dans des discours bien charpentés, qui vont droit au but, puise à la même source. Cet engagement sans réserves ni calcul lui vaut l’affection de ses camarades, pour qui il est « Zyrom ». Des témoins parlent même de l’ « envoûtement » (Daniel Guérin), voire de l’ « adoration sans limites » de certains de ses fidèles.
  • Son identification au parti est aussi le fait des adversaires du PS. La presse de droite insiste sur sa représentativité tout en le taxant de dogmatisme, en l’accusant d’être un fonctionnaire surpayé et corrompu, et le faisant passer pour Juif, afin de mieux délégitimer la SFIO en la désignant, à son image, comme un groupement sectaire, coupé des prolétaires, et conduit par les Juifs. La presse communiste procède de même, jusqu’en 1934, pour dénoncer son discours de classe comme l’illustration de la volonté de tous les « sociaux-traîtres » de tromper la classe ouvrière.

Comment cette identification a-t-elle évolué dans le temps ? On peut suivre la périodisation établie par Zyromski lui-même dans une série de notes, en distinguant quatre moments.

  • La défense du socialisme de classe contre le « néo-hervéisme » (1912-1920). Durant la guerre, Zyromski dénonce l’opposition à la défense nationale qui se manifeste dans certains milieux révolutionnaires comme une résurgence des idées « anarchisantes » professées jusqu’en 1912 par le leader de l’extrême-gauche socialiste Gustave Hervé. Pour sa part, il justifie l’effort de défense nationale, non pas au nom d’un patriotisme affectif à la Barrès, mais en invoquant la doctrine marxiste et la pensée de Jaurès. Il affirme la valeur socialiste de la nation, le prolétariat ne pouvant agir pour sa propre émancipation que dans le cadre d’une nation libre. Pour autant, il ne rejoint pas l’aile droite du parti, qu’il estime contaminée par des idées nationalistes. En 1919-1920, c’est encore au nom de cette lutte contre le néo-hervéisme qu’il se dresse contre les partisans de l’adhésion à la IIIe Internationale. Il leur reproche de répudier la défense nationale en régime capitaliste, ainsi que de rejeter tout effort pour l’amélioration immédiate des conditions de vie des travailleurs. En outre, mais il ne s’agit plus ici d’anti-hervéisme, il leur fait grief de leur conception des relations entre le parti et les syndicats.
  • Le combat contre le cartel des gauches (1921-1933). Après la scission, Zyromski craint que la SFIO ne perde son identité en s’engageant dans un cartel sous la direction du Parti radical, parti de gauche, certes, mais bourgeois. Le danger est réel, non seulement en raison des pressions dans ce sens de l’aile droite, que la scission a renforcée, mais aussi du fait de facteurs plus fondamentaux, tels que les multiples transformations qui affectent le parti depuis la guerre, l’évolution du Parti radical, et l’exemple des alliances conclues par d’autres partis socialistes européens avec des formations bourgeoises. Pour y parer, Zyromski mise sur la mobilisation de l’ensemble de l’aile gauche, qui est majoritaire. Mais la tâche est difficile, car une partie importante de celle-ci donne la priorité à la reconstruction de la SFIO, et donc à l’unité. Au début, c’est avec très peu d’amis, tel Bracke-Desrousseaux, qu’il tente d’alerter le parti. C’est sans grand succès qu’il dénonce la formation du cartel des gauches aux élections de 1924, puis celle d’un cartel parlementaire. Il se rapproche néanmoins de son but en 1926, quand l’aile gauche dans son ensemble, effrayée par le risque d’une participation à un gouvernement radical, se regroupe pour faire repousser celle-ci par le parti. Le danger écarté, il refuse de démobiliser, et constitue en 1927 avec ses amis les plus proches une tendance organisée, la Bataille socialiste. Après une nouvelle crise participationniste, fin 1929, l’aile gauche tout entière s’y rassemble, pour mener une lutte sans relâche contre l’aile droite, jusqu’à ce qu’une part importante de cette dernière quitte le parti, fin 1933.
  • Le combat contre le fascisme (1934-1945). À la suite de la prise du pouvoir par Hitler et du 6 février 1934, Zyromski appelle les socialistes à passer à l’offensive contre le fascisme et le régime qui l’a enfanté. Dans le parti, il a désormais pour adversaire principal le secrétaire général Paul Faure, qui sous-estime le danger fasciste et refuse les initiatives dangereuses. De 1934 à 1940, il ne cesse de pousser à l’action dans quatre directions : 1) le renouvellement des méthodes du parti, par la constitution d’une force d’autodéfense, le développement d’une propagande tournée vers la conquête rapide des masses, et l’adoption d’un planisme révolutionnaire ; 2) la réalisation de l’unité ouvrière, sous la forme principale de l’unité d’action et de l’unité organique des partis socialiste et communiste ; 3) la formation d’un « Front populaire de combat » sous la direction des seules organisations prolétariennes, pour réaliser « tout ce qui est possible », d’où son appui aux deux gouvernements conduits par Léon Blum, mais aussi sa dénonciation de la participation et du soutien socialiste aux gouvernements menés par des radicaux ; 4) la mobilisation contre le fascisme international par une coalition des démocraties et de l’URSS, ce qui l’amène à condamner la politique de non-intervention dans la guerre d’Espagne et les accords de Munich, puis à s’allier avec Blum contre les socialistes munichois. Après de réels succès initiaux, il est finalement pris à contre-pied sur tous ces plans, et c’est un homme amer qui se retire dans le Lot-et-Garonne sous l’Occupation.
  • L’adhésion au PCF (1945-1968). En septembre 1945, Zyromski quitte la SFIO pour le PCF, discrètement et à titre individuel. Pourquoi cette adhésion ? D’abord par réaction contre le rejet par le congrès socialiste d’août 1945 d’un projet d’unité organique avec le PCF. Plus fondamentalement, en raison des déviations et de l’impuissance de la SFIO depuis les années 1930, et inversement de l’évolution du PCF sur des questions-clés, notamment celle de la nation. Et aussi, mais à titre secondaire, du fait d’une réappréciation, depuis 1934, de certaines de ses propres positions. Une fois au PCF, il ne devient pas un communiste comme les autres. S’il ne conteste pas la ligne choisie par son nouveau parti, il conserve une culture de militant socialiste de gauche, et critique l’insuffisance de la démocratie interne comme l’idée de primauté de l’URSS dans le camp socialiste. Il est très affecté par l’attitude des Soviétiques vis-à-vis de la Tchécoslovaquie en 1968, mais continue de cotiser jusqu’en 1970.

Intervention de Quentin Gasteuil

Quel est l’intérêt de Marceau Pivert dans la discussion sur Jean Zyromski  ?

  • Son fonds d’archives est également au Centre d’histoire sociale.
  • Ces deux militants sont très proches jusqu’en 1935.
  • Ils suivent toutefois des parcours très différents après 1945.

Le fonds d’archives Marceau Pivert est très riche, sauf pour la période de l’entre-deux-guerres, la Gestapo ayant saisi ses archives durant la Seconde Guerre mondiale. Il adhère à la SFIO en 1924, est d’orientation relativement modérée au départ, se radicalise et rejoint la Bataille socialiste en 1927. Marceau Pivert est le secrétaire administratif de la Fédération de la Seine en 1929, et collabore donc quotidiennement avec Jean Zyromski avec lequel il dirige la tendance. Ils ont de nombreux points communs : une manière de vivre le militantisme de manière complète, une grande importance accordée à la propagande, le refus «  de parvenir  », un antiparticipationnisme virulent. Leur volonté est de reconstituer l’unité ouvrière, et de regagner la classe ouvrière en la disputant au PCF. La lutte anti-fasciste occupe également une place très importante, et ils mènent la bataille au sein de la SFIO pour qu’elle prenne position plus rapidement, pour l’unité d’action, après les événements du 6 février 1934. Ce sont des acteurs de premier plan du rapprochement avec les autres organisations.

Cependant, des désaccords se font sentir dès le début des années trente, sur la question de la paix et de la défense nationale. Marceau Pivert est résolument pacifiste, internationaliste, il rejette la guerre, quelle qu’elle soit. Il est favorable au défaitisme révolutionnaire, veut transformer la guerre impérialiste en guerre civile. Ce désaccord devenu trop important, il part en 1935 de la Bataille socialiste pour fonder sa propre tendance, la Gauche révolutionnaire. Marceau Pivert est rapidement critique à l’égard du Front populaire, même s’il accepte dans un premier temps la proposition de Léon Blum d’entrer au secrétariat de la présidence du Conseil. Il est, lui, favorable à une orientation plus offensive, un front populaire « de combat ». Il devient progressivement très critique à l’égard du PCF. Les relations entre la SFIO et la Gauche révolutionnaire se tendent, et cette dernière est exclue du Parti en juin 1938. Dans la foulée est créé le Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP).

Les trajectoires des deux hommes sont cependant radicalement opposées après la guerre. Lorsque Marceau Pivert apprend que Jean Zyromski a rejoint le PCF, il ne semble pas étonné. Pivert, contrairement à lui, pense que rien n’est possible avec le PCF, structure stalinisée. Il dirige toute son action après-guerre en direction du combat contre le PCF et le mouvement communiste international. Les objectifs de Pivert et Zyromski sont pourtant communs : tous deux visent l’unité ouvrière. Toutefois, pour Zyromski, la solution se trouve dans le PCF, alors que pour Marceau Pivert, elle se trouve dans la SFIO contre le PCF.

Il existe également un lien avec Jean-René Chauvin. Marceau Pivert est radicalement opposé après-guerre aux trotskistes, ce qui est différent de la fin des années trente. Pour lui, le trotskisme est un retour au stalinisme de manière plus ou moins déguisé. Son appréciation évolue toutefois, notamment lors de la guerre d’Algérie. Marceau Pivert s’oppose également au RDR de Jean-René Chauvin. Pour lui, la SFIO est la seule structure politique qui soit à même de mener la bataille. Il en va de même pour les tentatives « nouvelles gauche », qu’il estime, mais qu’il considère comme vaines.

Les liens avec Jean Zyromski sont rompus après 1945. Toutefois, Jean Zyromski fait certainement partie, pour Pivert, de ces « communistes respectables » non-stalinisés, avec lesquels il serait possible de discuter et de travailler. De même, Jean Zyromski conserve un profond respect pour le militant Marceau Pivert et son engagement tout au long de sa carrière politique.

Intervention de Jean-Jacques Marie

Entre 1956-1958, j’ai eu une série d’entretiens quotidiens avec Marceau Pivert. À l’occasion d’une discussion sur Jean Zyromski, celui-ci m’a expliqué que dès 1936, celui-ci aurait voulu quitter la SFIO pour le PCF, mais que Jacques Duclos lui avait dit de rester.

L’unité organique en 1945 signifiait la destruction du parti social-démocrate. Ce qui a été fait à l’est de manière brutale, a pu être repoussé par la SFIO.

Lénine expliquait qu’il n’y a pas de moyens d’arrêter la guerre. La seule chose qu’il reproche aux sociaux-démocrates en 1914 est d’avoir voté les crédits de guerre. Lorsqu’en 1915, les gauchistes lui proposent de lancer des mots d’ordre anti-militariste, il refuse.

En 1956, Marceau Pivert  opère un virage à gauche avec l’affaire du canal de Suez, le rapport Khrouchtchev et la guerre Algérie.

Un fonds d’archives Marceau Pivert existe également au CERMTRI.

2. Le fonds Jean-René Chauvin1

Projection d’une video « Jean-René Chauvin, parcours d’un militant révolutionnaire » à partir d’extraits de films, et de photos et documents d’archives (du CHS de la BDIC et de la BNF).

Ce montage de Jeanne Menjoulet sera disponible prochainement sur le site du Centre d’histoire sociale, enrichi d’extraits filmés de témoignages d’intervenants n’ayant pu participer à cette journée (notamment Jenny Plocki), ainsi que d’extraits des interventions de cette journée.

Nous remercions Catherine de Grissac (et Plan Large) qui nous a donné son accord pour l’utilisation des extraits de son film et la diffusion en ligne du montage depuis le site du CHS. Nous remercions également Jenny Plocki, la BDIC, et Ian Birchall pour les mêmes raisons.

Présentation par Jeanne Menjoulet, ingénieur CNRS au CHS et auteur du classement de l’inventaire du fonds d’archives Jean-René Chauvin :

Lors de cette journée d’étude, la projection de la vidéo sur le parcours de Jean-René Chauvin a permis de donner un aperçu vivant de son parcours, parcours d’un militant trotskiste à la fois ordinaire et extraordinaire.

Ordinaire parce que Jean-René Chauvin ne fut pas un dirigeant de mouvement politique, c’est un militant. Son évolution est aussi celle de nombre de ses camarades : jeunesse passant par le pivertisme, le trotskisme et les auberges de jeunesse, puis militantisme clandestin durant l’occupation (au POI), trotskisme encore après guerre, puis RDR, nouvelles gauches, PSU, puis allers-retours vers une organisation trotskiste, la ligue communiste révolutionnaire.

Extraordinaire, du fait des événements et des rencontres qui ont jalonné sont parcours : La déportation dans trois des plus terribles camps de concentration, puis la fidélité à ses valeurs le poussant à s’investir dans tous les mouvements de la gauche non alignée du XXe siècle, et l’amenant à rencontrer nombre de figures militantes et/ou intellectuelles majeures. Tout le monde ne compte pas, dans sa correspondance, des lettres de Maurice Nadeau, Pierre Naville, Daniel Guérin, ou des mots de Jean-Paul Sartre ou Albert Camus. Cette brève présentation écrite du fonds vise à donner quelques éléments supplémentaires concernant le fonds d’archives en lui-même.

Ces archives représentent 70 ans de vie militante, de 1936 à 2006 (environ). Elles comprennent une part de correspondance, et une part de documents.

La correspondance :

La correspondance est très variée. La plupart des lettres sont dactylographiées, les copies des courriers envoyés par Chauvin y figurent aussi (sous forme de duplicata machine à écrire en papier pelure). Citons des noms de correspondants : Marcel Forni, André Calvès, Louis Dalmas, Marcel Baufrère, Laurent Schwartz (mathématicien de renom par ailleurs), Paul Parisot, Albert Demazière, Jacques Gallienne, Michel Lequenne…

Une des caractéristique de cette correspondance tient au ton, et à la nature des échanges où les querelles personnelles sont absentes (y compris lorsque le ton est très critique, notamment vis-à-vis de la Ligue communiste dans les années 70-80). Il en ressort une impression de figure forte, ouverte. Sans fermeture, sans rejet vis à vis de positionnements autres que le sien. Impression que l’on peut associer à sa conviction de la nécessité de rassemblement des courants et rassemblements de gauche.

Certaines correspondances sont plus prégnantes, parce qu’elles portent sur des dizaines d’années. A cet égard, les lettres d’Ivan Craipeau, dont on retrouve de (longues) missives sur une période de 50 ans, sont significatives. Elles incluent surtout des analyses politiques des situations et des analyses des positionnements des organisations face aux conjonctures. Rappelons que Craipeau, fut le secrétaire personnel de Trotsky durant l’exil de ce dernier en Norvège (1935), puis dirigeant trotskiste en France. Il participa à la création de la Nouvelle Gauche en 1954, et devint dirigeant de la fédération des Alpes-Maritimes du PSU après 1960. Il écrivit par ailleurs de nombreux ouvrages concernant le mouvement trotskiste.

Au-delà des échanges avec des figures comme Craipeau, où l’on ne retrouve pas d’éléments proprement « personnels », l’intérêt de la correspondance de Jean-René Chauvin se situe aussi dans la capacité qu’il avait – avec certains de ses correspondants – à parler de sa vie de militant et de sa vie de tous les jours, mélangeant considérations politiques et regard amusé sur la vie quotidienne. C’est dans le correspondance entre Jean-René Chauvin et Marcel Thourel que ce mélange est le plus intéressant. Et le plus attachant.

Quelques mots sur Marcel Thourel, ce toulousain avait adhéré au Parti Communiste en 1935 (à 22 ans). Responsable régional du PCF pendant la guerre, il est secrétaire régional en 1945. Exclu en juin 1945, il adhère un an plus tard au PCI. Il est candidat sur la liste PCI aux législatives de 1946, et mène la campagne dans le Tarn-et-Garonne avec Jean-René Chauvin. C’est à partir de là que commence leur correspondance, et cette amitié, alors même que leur parcours politique ne seront pas les mêmes. Thourel quitte le comité central du PCI en 1951, il participe, en 1955, à la création de la Nouvelle Gauche en Tarn-et-Garonne. Il adhère au PSU en 1960, et reste membre du conseil fédéral jusqu’en 1974, année où il entre au PS où il occupe diverses responsabilités. Il meurt en 1988 d’un cancer des poumons. Il fut l’auteur d’une autobiographie Marcel Thourel, itinéraire d’un cadre communiste : 1935-1950 : du stalinisme au trotskysme, parue aux Éditions Privat en 1980.

Marcel Thourel n’est pas le seul « ex » du PCF dont on retrouve une correspondance intéressante dans les archives Chauvin. Citons les lettres de Léon Bourie (né en 1882), avec qui Chauvin constitua la première cellule trotskiste à Bordeaux, en 1937. Cet ancien cheminot communiste part ensuite vivre en Algérie, dans le Constantinois. Sa correspondance avec Chauvin est concentrée sur la période 1945-1946, il se retrouve au cœur de la région où se sont déroulées les manifestations et la tragique répression par les forces coloniales françaises. Léon Bourie participe aux manifestations à Constantine, et raconte l’enchaînement des événements dans la rue, de façon très vivante, avec son regard et son analyse de militant. Concernant l’Algérie, nous retrouvons d’autres correspondances intéressantes, par exemple quelques lettres de François et Séverine Parraud (que l’on pourrait qualifier de « pieds-rouges »), postées juste après l’indépendance de 1962, qui analysent la situation au moment de l’indépendance.

Pour finir avec cette brève présentation de la partie « correspondance » des Archives de Chauvin, mentionnons celle qu’il a entretenu avec sa mère, Mme Clavié, de 1940 à 1975, où se croisent, sur la place de la vie quotidienne (recherche de travail, de logement plus grand, voyages…), des considérations souvent brèves sur ses activités et rencontres militantes.

Les documents :

Les archives de jeunesse comprennent donc des collections de journaux (du Bulletin Communiste en particulier), des documents écrits et traductions de Trotsky et des coupures de presse concernant le trotskisme, et le pivertisme (des coupures de presse de 1938, concernant la dissolution de la fédération socialiste de la Seine et le congrès du PSOP), coupures de presse de 1938 concernant le procès de Barcelone (répression du POUM espagnol) et des documents concernant la constitution de la IVème Internationale durant cette période,.

Les archives de guerre sont marquées par l’activité clandestine de Chauvin au sein des organisations trotskistes, on retrouve de nombreux documents internes et publications clandestines comme Arbeiter und Soldaten. Les documents d’archives ne laissent pas apparaître de coupure visible, durant la déportation de Chauvin, entre 1943 et 1945. Les documents internes et publications clandestines ont du lui être donnés à la fin de la guerre par des camarades…

Quant à la période de déportation, elle apparaît dans les archives de Chauvin, 50 ans après. Sous la forme de textes de travail de préparation d’interventions dans des écoles dans les années 2000, sous la forme de documents de 35ème Congrès de l’Amicale des déportés de Mauthausen 1994 (Camp annexe du Loibl-pass).

Mais surtout sous la forme du manuscrit de son livre, Un trotskyste dans l’enfer nazi paru en 2006 chez Syllepse. Ce livre (préfacé par Michel Lequenne) est à la fois un témoignage et une réflexion, une analyse historique concernant les camps nazis et le goulag.

Comme il apparaît dans son livre, Jean-René Chauvin, à son retour des camps, reprend le militantisme au PCI. Ses archives sur cette période regroupent les textes internes et publications du PCI et les écrits de l’organisation au moment des fameuses grèves de 1947, grève des mineurs et grève chez Renault notamment : bulletins d’entreprise, circulaires aux militants, affiches, projet de programme pour les élections municipales, notes politiques, tracts, affiches, coupures de presse sur les trotskistes et les grèves….

Les écrits du PCI contiennent aussi beaucoup de questionnements et d’articles concernant l’URSS et la nature bureaucratique de l’Union soviétique, riches aussi en coupures de presse et publications trotskistes lors de la déstalinisation

La première scission importante du trotskisme d’après guerre (en 1948) est concomitante de la naissance du RDR, les archives de Jean-René Chauvin sont riches, riche de coupures de presse, de journaux du RDR (collection complète de La Gauche) et de documents internes au RDR.

Durant les années 50, le parcours – et les archives – de Chauvin commence en Yougoslavie titiste. Chauvin y séjourne une année. Il est parti avec les brigades de jeunes, il y exerce aussi son métier de journaliste : ses archives dans ce domaine comprennent essentiellement des coupures de presse.

Durant ces années, la crise du Parti communiste occupe aussi une place de choix dans les archives de Chauvin. On y trouve notamment un manuscrit  intéressant écrit par Chauvin sur l’Affaire André Marty. Ce manuscrit dactylographié retrace l’exclusion d’André Marty et Charles Tillion et analyse la crise du Parti Communiste Français. Le manuscrit est accompagné d’un dossier de presse conséquent au sujet de l’affaire Marty-Tillon.

Concernant les années 50, le fonds est riche de documents concernant la gauche non alignée de ces années : CAGI, Nouvelle gauche, UGS.

Jusqu’aux années 60, le fonds compte aussi nombre de documents et coupures de presse relatifs au Viêt-Nam et à l’Algérie.

Chauvin rejoindra le PSU plus tard que nombre de ses camarades (tendance SR), jusqu’à son exclusion en 1968-1969. On retrouve dans ses archives beaucoup de bulletins d’entreprise, de coupures de presses, de correspondances (liée à sa revue Initiative Socialiste, la collection complète de sa revue au PSU), la collection de la revue l’Action.
Les archives de 1968, concernent surtout des documents relatifs à la résistance à la répression qui frappe les organisations « gauchistes ». Après 1969, on retrouve beaucoup de documents (matériel militant, bulletins et journaux) relatifs aux débats internes à la Ligue Communiste en lien avec l’actualité de l’époque, jusque dans les années 1980. Il sortira de la Ligue en 1986, pour y revenir en 2002 (à 84 ans).

Entre-temps, nous retrouvons des traces dans ses archives de tout l’éventail des divers petits mouvements ou tentatives de rassemblement de la gauche « rouge et verte » dans les années 1990 auxquelles. On retrouve aussi des numéros de son bulletin militant, Le Petit coquelicot.

Le contexte de la fin de l’URSS se traduit dans les archives de Chauvin par des documents de recherches sur les victimes du stalinisme (trotskistes en particulier) et sur une enquête très fournie concernant l’Affaire Pietro Tresso dit Blasco (assassinat de 4 militants trotskistes dans le maquis Wodli tenu par le PCF en Haute-Loire en 1942). Tous les documents relatifs à cette se trouvent dans le fonds d’archive Chauvin et présente là encore beaucoup d’intérêt (enquête menée par Jean-René Chauvin avec Albert Demazière et Paul Parisot). Lors de l’éclatement de la Yougoslavie et du conflit bosniaque, l’engagement de Chauvin dans l’association Sarajevo (dont on retrouve bien-sûr un dossier dans ses archives), sera son dernier grand engagement.

Intervention de Bastien Amiel

L’attention portée par Jean-René Chauvin aux documents, à la préservation des archives est étonnante. Ces documents sont précieux, notamment pour l’histoire du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire (RDR), car il existe peu d’archives sur cette organisation. On trouve du matériel militant, des publications internes au RDR, des procès-verbaux de comités directeurs, le journal La Gauche, des coupures de presse bien organisées, sa correspondance et des entretiens avec Ian H. Birchall.

Le RDR est créé à la fin des années 1940. L’appel est lancé dans Franc-Tireur en février 1948 par des militants, syndicalistes, parlementaires et intellectuels. Il consiste en une prise de position entre la SFIO et le PCF, avec la volonté de ne pas s’inscrire ou d’être inscrit dans ce qui se profile  : l’affrontement entre les deux blocs. Il y a un refus de se prononcer entre les deux. Le RDR existe une année seulement et compte un seul et unique congrès. Le comité directeur se réunit deux fois. Le journal La Gauche compte treize numéros. Au comité directeur, on retrouve des membres du Parti Communiste Internationaliste, de l’Action Socialiste Révolutionnaire, de la Jeune République, des comités de rédaction de Franc-Tireur, d’Esprit, des Temps Modernes.

Il y a entre 3  000 et 4  000 adhérents au maximum. C’est avant tout un succès d’estime, parisien, intellectualo-centré. Il y a une importance symbolique de la présence de Jean-Paul Sartre et de David Rousset dans le RDR ce qui a entraîné une lecture et une historiographie du RDR centrée sur la présence des intellectuels. Il y a cependant des militants avec des parcours très riches, qui vont constituer la « cheville ouvrière » de ce rassemblement.

À travers cet exemple, on voit comment la gauche révolutionnaire française avance au fur et à mesure des tentatives de constitution de nouvelles organisations et de nouveaux groupes. Pourquoi le RDR intervient et dans quelle mesure on peut l’expliquer dans la trajectoire de Jean-René Chauvin  ? Il est exclut du PCI pour son adhésion au RDR, il était alors, aux côtés de la minorité « droitière » favorable à l’ouverture du mouvement trotskiste. Il est le responsable de la cellule du Ve arrondissement et fréquente Jean-Paul Sartre à ce titre.

Ce rassemblement est un échec. Le RDR a été constitué pour faire exister un refus de se prononcer entre les blocs, mais cette position reste inaudible. Le problème selon Jean-René Chauvin a été son absence de prise sur le mouvement ouvrier.

Intervention de Gilles Morin

Faute de temps, il ne m’a pas été possible d’accéder aux papiers de Jean-René Chauvin. De manière générale, on ne peut que constater l’absence d’études spécifiques sur la Nouvelle Gauche et l’Union de la Gauche Socialiste. Tout ce qui contribue à rassembler des informations est donc le bienvenue.

Ces tentatives de rassemblement entre PCF et SFIO sont à l’œuvre à diverses périodes. L’intérêt de ces mouvements spécifiques est de constituer des ruptures intellectuelles. Durant la période 1945-1948, il existait dans la société une peur qu’une nouvelle guerre éclate. Dans les années 1950, cette peur a reculé. La question de la reconstruction de la gauche peut donc être de nouveau posée sur des bases plus positives.

La matrice du PSU depuis la Libération est extrêmement complexe. Trois grands courants ont contribué à l’unification en avril 1960  : Tribune communiste, l’UGS et le Parti Socialiste Autonome. Ces trois courants sont eux-mêmes le résultat de fusions et de recompositions extrêmement complexes. On peut noter toutefois la continuité d’une présence trotskiste durant cette période, mais aussi la participation d’anciens militants de la IVe Internationale au processus de recomposition qui mène au PSU. Quelques noms sont emblématiques au côté de Chauvin  : Jean Rous, Paul Parisot, Pierre Naville.

D’où vient l’UGS  ?

  • Une composante chrétienne importante (Mouvement Populaire des Familles puis Mouvement de Libération du Peuple). Cette organisation à une implantation ouvrière, fortement syndiquée, principalement en province. Elle est ouvriériste et ses militants sont méfiant vis-à-vis des intellectuels parisiens.
  • La Jeune République (issu du mouvement créé par Marc Sangnier). C’est un mouvement également très chrétien, très intellectuel et surtout parisien.
  • Une succession des cartels, de rassemblements de gauches indépendantes autour et avec des figures comme Paul Rivet, l’Abbé Pierre, Jean Arthuis, Roger Seurat, Jean Colonna, Claude Bourdet, Gilles Martinet, etc. Elle a pris la forme transitoire du CAGI (Comité d’action des gauches indépendantes), du CLING, du MNNG et de la Nouvelle Gauche en 1954, avant de s’intégrer à l’UGS en décembre 1957.

Parmi les origines politiques et culturelles du PSU, on trouve donc une filière communiste, un groupe plus complexe autour de l’UGS mariant chrétiens et intellectuels laïcs, des mouvements venus de la social-démocratie (PSA) et des républicains de gauche venus via le PSA avec au premier plan les mendésistes et des intellectuels de gauche venus par l’Union des forces démocratiques. Au risque de complexifier ce schéma, il faudrait ajouter à ce panorama l’influence d’une fraction de la franc-maçonnerie qui souhaite contribuer à maintenir une gauche indépendante de la Ve République, très active au PSA, mais présente aussi à l’UGS, avec même des « trotsko-maçons ». Et, à l’opposée, celle de la hiérarchie catholique, avec l’Action catholique ouvrière, les dominicains de la rue de Babylone notamment.

Cette complexité n’est pas allée sans poser problèmes pour faire cohabiter des cultures aussi diverses.

Ainsi, la diversité religieuse et philosophique du PSU a été problématique, on trouve des partisans de laïcité, comme des catholiques convaincus. Jean-François Kesler s’est particulièrement intéressé aux difficiles rapports qui en ont résulté.

On trouve encore dans le parti des «  révolutionnaires  » et des «  réformistes  », des farouches opposants au PCF et des militants s’étant illustrés comme compagnon de route avec celui-ci, des partisans de Messali Hadj et d’autres du FLN.

Contrairement au RDR, le PSU a été un relatif succès, même si cela a été très dur à vivre en interne en raison de ces éléments de diversités militantes. Jean-René Chauvin a surtout joué un rôle de direction dans la fédération de la Seine de l’UGS. Lui, le militant issu d’une culture révolutionnaire et laïque a su participer à un effort de renouvellement, d’un regroupement de militants au sein d’organisations qui ne sont pas forcément révolutionnaires et, il a contribué au maintien d’une tradition ouvrière, toujours passeur, comme à d’autres moments de son existence.

Intervention de Jean-Jacques Marie

  • L’une des raisons qui poussent certains trotskistes à rejoindre le RDR est l’échec de la construction des jeunesses socialistes.
  • Le slogan du RDR est « Prolétaires et hommes libres de tous les pays, unissez-vous », ce qui démontre sa nature intellectuelle et abstraite.
  • Le PSA est une organisation assez différente des autres  : elle est une scission de la SFIO. Elle est très parlementaire, favorable à une unité sociale-démocrate de gauche.
  • La création du RDR est également une recherche de perspectives, une réponse à l’horizon bouché de la IVe Internationale à cette date.
  • Le RDR est aussi le résultat de l’échec du départ du groupe Action Socialiste et Révolutionnaire de la SFIO. Son leader, Yves Dechezelles était persuadé de pouvoir emmener des milliers de militants socialistes derrière lui.

1 Cf. Calames, Fonds Jean-René Chauvin (http://www.calames.abes.fr/Pub/#details?id=FileId-1264) et Jean-Michel Brabant, «  Jean-René Chauvin  », Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier, tome 3, période 1940-1968, 2007. 

 

La Guerre froide vue par le PCF : projection le 29 novembre au Forum des Images

La Guerre froide vue par le PCF et le mouvement ouvrier français

À l’occasion du mois du film documentaire, l’association Ciné-Archives présente un montage d’extraits de films rares sur la Guerre froide.

Réalisée à partir du fonds audiovisuel du PCF et du mouvement ouvrier et démocratique, cette séance permet de découvrir une large sélection de documents militants, aussi entendus (sur l’air de “US Go Home”) qu’inattendus…

La séance sera commentée par Pauline Gallinari, Docteure en histoire contemporaine, auteure d’une thèse soutenue en octobre 2009 intitulée Cinéma et communisme en France de la Libération au milieu des années 1960 (sous la direction de Marie-Pierre Rey – CRHS Paris 1/ IEE Paris 8).

Mardi 29 novembre 2011 à 19 h
Forum des Images

Forum des Halles
2 rue du Cinéma
75001 Paris

À lire : Pauline Gallinari, Le Parti communiste français, la culture et le cinéma à l’heure de la guerre froide  (1947-1953), Université Paris 8.

Paul Boulland. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français

Compte-rendu de la présentation de Paul Boulland au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème Politisations populaires et rapports au Parti à travers la vie interne du PCF. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français, séance du jeudi 3 novembre 2011, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Présentation de Michel Pigenet. La ligne directrice du séminaire « Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie » pour l’année 2011-2012 se concentre sur les mouvements sociaux. Cette première séance est animée par Paul Boulland, historien, membre du CHS et de l’équipe du Maitron. Il a soutenu une thèse l’année dernière intitulée Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations PCF de banlieue parisienne (1944-1974). Nous lui avons demandé de s’interroger sur le fonctionnement du PCF en relation avec le phénomène de politisation des couches populaires et sur la possibilité pour une organisation politique de se doter de cadres « illégitimes » puisque d’origines ouvrières ou populaires.

À noter, la prochaine séance, le 1er décembre 2011, sera animée par Frédéric Tristam  sur le thème Mouvements sociaux, redistribution et fiscalité au XXe siècle.

Intervention de Paul Boulland.

Son travail se situe dans le cadre de l’hypothèse de départ du séminaire, celle selon laquelle « la domination exige et suppose l’adhésion, ce qui ne veut pas dire l’acceptation, des « sujets » qu’elle entend soumettre. Dans cette perspective, elle privilégie l’analyse des relations entre les acteurs, vues comme la matrice même du pouvoir et tente de mettre en évidence l’échange, même déséquilibré, entre ceux qui détiennent le pouvoir et ceux qui le subissent, mais ne sont pas dénués de ressources ».

Son travail se concentre sur l’étude des fédérations et des cadres communistes de la région parisienne ainsi que sur l’analyse des pratiques et les mécanismes de sa gestion interne. Son projet était d’aborder cette histoire du point de vue des militants en travaillant sur les mécanismes de constitution des élites communistes et l’encadrement dans tous les sens du terme.

Les sources. Le sujet n’était pas nouveau, mais le contexte était plutôt favorable, grâce à l’ouverture des fonds d’archives du PCF. Les archives de direction du PCF postérieure à 1944 sont accessibles aux Archives départementales du 93. D’autres sources étaient également disponibles : les dossiers biographiques conservées place du colonel Fabien, les milliers de dossiers de militants et archives de directions dans les archives des fédérations communistes du 93 et du 94 (celles des Hauts-de-Seine ont disparus).

L’exploitation de ces archives est située dans le prolongement des travaux de Bernard Pudal et Claude Pennetier. L’intérêt de ces dossiers est qu’il rend possible une étude biographique des militants, une comparaison des parcours (prosopographie) mais également une socio-biographie. Annie Kriegel est également incontournable (même si ses sources étaient limitées) ainsi que Philippe Buton, qui a travaillé à partir des carnets d’Auguste Lecoeur. Ces études étaient naturellement amenées à conclure au succès de ce système de recrutement. Il ne s’agit pas que d’un effet de sources mais aussi  d’un effet du paradigme initial adopté.

Son hypothèse de départ sur le fonctionnement interne du PCF était qu’il s’agissait d’un parti comme les autres dans lequel il existait des concurrences de carrière. Dès le départ, il a refusé de raisonner en terme de foi, de croyance pour ce qui est des motifs de l’obéissance. Son objectif était de retourner aux conditions et aux pratiques sociales qui ont pu produire cette apparence de foi et de croyance. Sa volonté était de se concentrer sur une histoire sociale des pratiques et non sur des représentations intérieures. Sa volonté était de ne pas juger à priori de l’efficacité de ce dispositif de sélection des cadres.

Son objet se positionne à l’intersection de deux approches, celle de l’étude de la direction du parti et celle de l’étude plus tournée vers la base, vers les usages sociaux du communisme par la classe ouvrière. Cette intersection se trouve ainsi entre le local et la direction nationale. À noter également qu’en banlieue parisienne, nous sommes au coeur du modèle du parti communiste (implantation ouvrière, implantation municipale et proximité de la direction nationale).

Pour ce qui est de la mise en place d’un cadre interprétatif, il propose une architecture à trois étages :

Une analyse des dispositifs et des outils de l’encadrement (questionnaire biographique, par exemple). Pour cela, il se base sur les travaux de Michel Foucault. Il faut toujours distinguer la volonté de pouvoir manifestée par ces outils et la réalité de l’emprise sur les militants. Le pouvoir n’est pas un attribut mais une relation qui traverse les sujets et s’appuie sur eux, y compris sur leurs résistances.

Une utilisation des travaux d’Erwing Goffman sur « l’institution sociale », déjà suggéré par Pierre Bourdieu et mise en oeuvre par Jeanine Verdès-Leroux. Ce travail essentiel comprenait cependant de nombreux biais, notamment parce qu’il n’analysait pas la diversité des attitudes face au modèle proposé.

Une sociologie de Pierre Bourdieu pour analyser les trajectoires sociales des militants ou leur rapport avec le travail politique. En pratique, la notion de champ communiste est pratique pour éviter d’être « enfermé » dans la métaphore de l’espace matériel, de la prison, proposée par les deux niveaux précédents. Cette notion est plus adaptée pour parler de la direction communiste, mais pour parler du parti dans son ensemble, il vaut mieux parler de « milieu partisan ».

La première conclusion. Dans l’idée d’une histoire sociale du politique, le dispositif de « sélection » des militants, cette politique des cadres est le signe des luttes symboliques, des conflits de légitimation à l’oeuvre dans les directions communistes.

La place des résistants dans la direction et leur mise à l’écart à l’occasion de la Guerre froide en est une bonne illustration. Cette mise à l’écart, notamment lors du Congrès de 1950, est ancienne. Dès 1944, le problème posé est de rétablir les critères antérieurs de promotion des militants (ouvrier, formé par et dans le parti, etc). Les clivages ne sont pas entre résistants ou non-résistants mais entre ceux qui ont été mis en valeur entre 1944 et 1947 et ce qui sont retournés à la base. Le prestige héroïque personnel de certains grands résistants est un problème pour le PCF, car il leur confère une large audience politique. On voit aussi le travail qui s’opère en province pour rétablir l’ordre partisan dès 1944. De la fin des années 1940 aux années 1950, il y a un travail important de dissociation entre les tâches de direction politique et les tâches d’élu républicain. Peu à peu, les anciennes grandes figures résistantes sont alors mises à l’écart, souvent à l’occasion d’une défaite électorale.

Les grandes affaires posent souvent des problèmes d’interprétation. Celles que l’on connaît le mieux sont souvent abordées selon un angle moral. Ce sont des contreverses qui se déplacent sur la scène publique (Luc Boltanski). On se focalise sur les victimes qui bénéficie de cette caisse de résonnance médiatique. L’apport des archives a été de révéler les nombreuses éliminations à la base, qui n’ont pas connu l’éclat de la scène publique. Cela tend à démontrer l’existence de problèmes pour l’institution qui refuse par exemple les personnes ayant un capital politique extérieur au parti. L’affaire Casanova-Servin (exclusion en 1961-62), vue des archives de Maurice Thorez, démontre la volonté d’affirmer la légitimité de Thorez ainsi que la légitimité d’une certaine forme de dirigeants politiques. Avec cette approche, on peut voir qu’après 1956 des changements, interviennent après la perte des points de repères staliniens et le changement des sensibilités des militants qui acceptent moins le contrôle biographique. La volonté dans les années 1960 est également de construire le parti parmi les Ingénieurs, Techniciens et Cadres (ITC), ce qui influence la composition du corps militant au détriment des ouvriers. Les enseignants prennent ainsi une part croissante dans l’encadrement fédéral, particulièrement en province. À la fin des années 1950, le PCF relache son système de contrôle en ne conservant que des outils statistiques. Il n’a plus les moyens d’influer sur la composition du corps militant. La rupture du programme commun correspond à un retour à la valorisation des cadres et militants ouvriers et se voit dès 1974, lors de la préparation du congrès. L’impératif alors mis en avant est de mettre en valeur les ouvriers aux postes de direction.

La deuxième conclusion. Sélection ou orientation des militants ? Prendre des responsabilités politiques ne va pas nécessairement de soi. Ce travail a permis une interrogation des processus de professionnalisation du personnel politique au sens large, comme celui de devenir permanent par exemple. Ce que l’on constate lors de l’étude des carrières, c’est qu’un nombre important de militants refusent de différentes manières la prise de responsabilités au niveau de la fédération. De nombreux militants mettent ainsi en avant leur militantisme syndicaliste et préfèrent rester sur ce terrain. Ces attitudes manifestent la volonté de maintenir le lien avec l’usine, avec le monde ouvrier. Ce sont des réticences à la professionnalisation et à l’implication symbolique que le parti impose d’endosser. L’enjeu est celui d’un déplacement vers un autre univers, étranger à l’usine ou étranger à la vie ouvrière. La politique est en effet un autre espace. Devenir cadre de section ou cadre fédéral impose de lire, de synthétiser, de prendre la parole, de se former tout le temps, tout en adoptant une posture de dirigeant. Il faut changer de métier et d’univers, instaurer de nouveaux rapports avec le monde ouvrier. Ceci entraîne un mouvement de réticences multiples et ce que l’on peut constater, c’est qu’il y a des ressources disponibles pour faire face à la logique du système de sélection opéré par l’institution. Comme le présente Annie Kriegel, il existe des cercles concentriques qui partent des électeurs pour aller jusqu’aux dirigeants mais dont les limites sont sans cesse renégociées par les militants.

La troisième conclusion. Les militants qui franchissent durablement les étapes de la sélection ne sont donc pas n’importe lesquels. Il y a un certain type de militants qui s’installent dans un carrière de cadre communiste professionnel avec des critères communs (origine populaire, forte hérédité communiste, socialisation politique précoce, scolarité prolongée, etc.). Ces caractéristiques offrent aux militants des dispositions favorables pour franchir les étapes de la professionnalisation. Ces traits distinctifs sont importants pour caractériser l’identité ouvrière telle qu’elle est vue par ces militants qui ont entrevus d’autres univers sociaux. Ils ont été ouvriers par choix militant, ils se sont orientés vers la grande industrie. On retrouve une forme « d’établissement » comme dans les années 1970 ou encore comme chez les prêtres-ouvriers.

La quatrième conclusion. Les archives du Val-de-Marne contiennent des archives permettant d’analyser les débats politiques internes. Les comptes-rendus de conférence animés par les dirigeants fédéraux sont riches d’informations. Les cadres se situent dans un rapport scolaire par rapport à l’activité politique. Dans leur perception, ils sont là pour enseigner la ligne et font face à des militants qui comprennent ou ne comprennent pas. Les militants qui s’installent durablement sont ceux capables d’endosser une certaine posture tout en conservant leurs origines ouvrières. Le travail des cadres est d’imposer le monopole de la direction sur la définition de la ligne.

L’histoire infra-politique du communisme français. Cette notion d’histoire « infra-politique » est un concept de James C. Scott (La Domination et les arts de la résistance : fragments du discours subalterne). Il permet de caractériser toutes les manifestations de résistances à l’égard des tentatives que tentent d’imposer symboliquement et pratiquement la direction d’une institution, ici le PCF. C’est ce qui apparaît dans les rapports hiérarchiques mais également dans les crises internes. On voit surgir des discours très critiques sur les enjeux symboliques et sociaux qui traversent le parti. La base ressent la distance importante qu’il y a avec la direction.

On peut aborder l’histoire du PCF avec l’idée de pluralité des régimes de politisation. Les positions qui s’expriment dans les réunions de base ne concernent pas forcément la ligne politique du Parti. Il faut se placer du point de vue pratique : l’avis des militants répond aux impératifs pratiques de l’action militante. Par exemple, de nombreux militants abordent la question des dissensions au sein du mouvement communiste internationale. Mais en abordant ce problème, les militants souhaitent « en réalité » aborder le problème de l’unité du communisme, qui perçue comme une force, comme le reflet de la nécessité du rapport de force. On retrouve également ici la question de l’unité avec les socialistes. De nombreuses résistances sont formulées à la base, avec une nécessité rappelée, celle de maintenir la forme de l’intervention communiste. L’unité peut également être souhaitée avec d’autres forces, notamment syndicales. La volonté des militants est que la ligne du parti leur permette d’agir au quotidien dans leur entreprise. Ce sont des exigences pratiques qui s’expriment, pas des préoccupations théoriques. Ces voix expriment un autre régime de politisation.

Avec cette idée d’histoire « infra-politique », il s’agit d’envisager la totalité du phénomène communiste. L’histoire du PCF est celle de la légitimation d’acteurs issus de couches populaires, ce qui a déterminé sa forme. Pour faire face à cette illégitimité, le PCF a fait valoir son unité organique comme une force. Ce dispositif d’encadrement était une réponse à cette illégitimité. Les acteurs ont du s’imposer face aux logiques de domination symbolique. Ce qui leur vaut la reconnaissance d’une partie des couches populaires, c’est  sa capacité à dire la vérité aux pouvoirs, au travers des luttes. Tout le travail des cadres est de faire valoir cette frontière symbolique et d’imposer la ligne. Ce n’est pas un travail de conviction mais un travail social, avec des pratiques sociales comme celles que l’on peut observer dans les réunions de section. Contrairement à ce que dit Pierre Bourdieu, il n’y a pas de délégation des couches populaires au PCF. On peut parler de délégation mais seulement du point de vue de la politique légitime instituée, ce qui ne signifie pas que les couches populaires et les militants de base soient sans ressources pour défendre une autre forme de politisation.

Discussion avec la salle.

Question 1. Pouvez-vous revenir sur la notion d’illégitimité ?

Réponse 1. Tout le système de la politique tel qu’il est établi consiste à mettre les problèmes politiques entre les mains de professionnels, ce qui met en jeu la compétence des gens à prendre position sur les problèmes posés. Traditionnellement, il y a une volonté de mettre à l’écart les catégories populaires en les désignant comme incompétentes, illégitimes.

Question 2. Pourquoi user du terme « infra-politique » alors que c’est tout à fait politique ?

Réponse 2. Il y a une légère dérive par rapport à la définition de James C. Scott. Cela renvoie à la lutte menée par le PCF pour imposer la légitimité des classes populaires. Il y a un usage des thèmes et des questions posées par la ligne du Parti, mais en réalité ceux-ci sont détournés par les militants de base. Les questions internationales servent à parler de tout autre chose : discussion de la ligne, abandon de certains principes de lutte de classes par exemple. Il y a une part infra-politique car les énoncés politiques réelles ne sont pas évoqués directement par les militants de base.

Question 3. Ces contestations « infra-politiques » ont-elles un lien avec le travail dit fractionnaire ?

Réponse 3. Du côté de la direction nationale, on craint en effet les contestations extérieures, surtout lorsqu’il y a des problèmes dans une cellule. Cela est assez vrai dans les années 1965-1970, lors des confrontations avec les groupes de la Voix ouvrière qui contestent le plus frontalement le monopole de la représentation ouvrière. Il y a aussi les développements de la crise chinoise. La direction a peur de la dissidence, de la scission pro-chinoise. En pratique, il y a peu de militants sur ces positions. Mais ces thèmes permettent d’aborder d’autres débats (stalinisme, etc.).

Question 4. Pouvez-vous rappeler ce qu’il s’est passé avec les résistants ?

Réponse 4. Il faut se détacher de l’idée qu’ils ont été exclus parce que résistants. Il faut se concentrer sur le fait qu’ils ont été écartés du PCF parce qu’ayant une légitimité extérieure au parti. Cela a permis l’émergence de militants comme Georges Marchais qui n’ont pas été résistant.

Question 5. Un problème existe. Le point de départ de cette intervention évoquait la volonté d’étudier le PCF comme un parti comme les autres, mais tout ce qui a été démontré, c’est qu’il n’était pas comme les autres ! Deux précisions sont importantes : 1) Au moment de l’étude, il s’agit d’un parti de masse, enraciné, avec des centaines de milliers de militants. 2) Il affirme ne pas être un parti comme les autres et le prouve en privilégiant son orientation malgré les difficultés des années postérieures à 1974. Même s’il est en même temps un parti dans la politique instituée.

Réponse 5. Sa volonté de considérer le parti comme un parti comme les autres se focalisait sur la question de l’encadrement et du poids du parti sur les militants, pour pouvoir appliquer des outils mettant en lumière les effets de concurrence. Il y a une spécificité du PCF : il accueille massivement les catégories populaires. Les débats internes et les questions des conflits ont été rapidement évoquées dans cet exposé qui s’est concentré sur les cadres et leurs perceptions. Sa volonté initiale était de trouver le poids du parti sur ces membres mais ce poids n’est pas celui d’un bloc monolithique, bien au contraire. Ce qui est intéressant, c’est l’intégration du discours par les militants : on peut se dire des choses en interne mais on ne peut pas se permettre d’apparaître divisé aux yeux de l’extérieur.

Question 6. Les modifications sociologiques dans le recrutement des cadres : choix ou dérives ?

Réponse 6. En région parisienne, il s’agit d’un choix, d’une volonté assumée de faire monter les ITC dans les directions. Il y a toutefois une rupture entre techniciens et ingénieurs. Pour ce qui est des enseignants, il ne s’agit pas d’un effet voulu, il est combattu dans les directives mais pas dans les faits. Ce phénomène se retrouve principalement en province.

Intervention. On observe exactement le même glissement sociologique en France, en RDA, en République tchèque et en République slovaque aux mêmes dates.

Question 7. En 1967, dans la métallurgie, le PCF a constaté la montée de deux nouvelles catégories : les ITC et les travailleurs immigrés. Y a-t-il eu une réflexion sur la politique des cadres parmi les travailleurs immigrés ?

Réponse 7. L’immigration nord-africaine est complètement absente. On trouve la deuxième génération d’immigrés espagnols et italiens. Il y a une réflexion générale menée vers les OS et donc vers les travailleurs immigrés. Mais pas pour ce qui est de la politique des cadres car le modèle est le suivant : un homme, ouvrier qualifié, français, etc.

Question 8. En quoi la Fédération de Paris est-elle un cas à part ?

Question 9. Est-ce que sur toute la période le schéma évoqué est constant ? Est-ce que le fait d’avoir une ligne politique nationale claire ou flottante change-t-elle ce schéma ?

Réponse 8. Il a fait le choix de laisser la fédération de Paris de côté car elle a une sociologie spécifique, une chronologie particulière et elle a des enjeux qui lui sont propres. Il y a une histoire spécifique avec des enjeux différents, par exemple avec les intellectuels.

Réponse 9. Les mécanismes évoluent (générations politiques, formation, arrivée différenciée, expériences…). Sur la question des flottements de la ligne, il est évident qu’il y a un fort durcissement des logiques de recrutement et des critères lors de la guerre froide. Il y a des critères, une matrice antérieure (entre-deux-guerres), reprise à la Libération, durcie puis euphémisée avant l’arrivée des logiques de la répartition des tâches, notamment à la fin des années 1960 avec les questions de la démocratisation. En 1965, les conférences montrent des débats plus débridés car il n’y avait pas de ligne  politique établie. La discussion était très libre et les cadres poussaient à cette discussion.

Intervention 10. L’infra-politique regarde du côté de l’anthropologie, c’est-à-dire la manière dont les milieux populaires vont participer à une entreprise politique ou non à partir de leurs pratiques de la politique : l’immédiat, le quotidien, le collectif. Il y a des moments où les perspectives de la politique instituée sont réduites (par exemple lors de la Guerre froide) durant lesquels le parti valorise une ligne de classe (le quant-à-soi, l’enracinement ouvrier, il faut agir au quotidien, dans l’immédiat, là où on peut obtenir des résultats). Il y a à l’inverse des moments où l’issue dans la politique instituée semble possible voire problable (à partir des années 1960) : faire de la politique au PCF évolue alors, devient autre chose.

Réponse 10. On voit bien que certains contextes politiques imposent le repli des militants. En 1959, on voit de nombreux abandons, avec le retour de De Gaulle au pouvoir. Il y a un vrai effet du contexte.

Question 11. Les milieux populaires du début des années 1950 et de la fin des années 1960 ne sont pas les mêmes. Les problèmes de légitimité ne sont pas du tout les mêmes, quelque soit les problèmes de lignes. Il y a d’autres problèmes de légitimité, comme celui de l’expansion scolaire.

Réponse 11. Certaines personnes se sentent plus légitimes à intervenir, grâce à la scolarisation et au contexte politique. Il y a toute une réflexion de la politique des cadres dans les années 1960 sur le rôle des étudiants qui deviennent permanents et la nécessité de le limiter. Dans le fonctionnement du parti, cela pose des problèmes, comme pour les enseignants. Le discours adopté est le suivant : « Il ne faut pas céder à la facilité de leur confier les tâches de direction ». Il y a une volonté d’empêcher les étudiants et les enseignants de définir la ligne politique.

Question 12. Quelle est la place des écoles du parti dans l’encadrement et de leurs évaluations ? Est-ce que le fait d’être passé par la Jeunesse Communiste est un bonus ou non ? Pour quels postes ? Enfin, sur les sources disponibles, est-ce que « l’insolence de l’étudiant face au vieil ouvrier » est répétée par ce dernier dans le compte-rendu ?

Réponse 12. Les écoles et leurs évaluations sont un enjeu important de la politique des cadres. Leurs compétences, leur manière de se comporter sont étudiées. Cela prend une importance croissante après 1964. Le recours aux écoles centrales se développent massivement après 1964-65, surtout en région parisienne. Il y a aussi des écoles internationales à cette époque, sur un modèle universitaire. Sur la Jeunesse Communiste, il y a un rôle important pour la promotion des cadres (capacité militante et d’encadrement). Il y a une différence entre les militants passés par la Jeunesse Communiste et ceux passés par le syndicat. L’ancrage disciplinaire est un problème. Sur les sources, l’intérêt des rapports sur les conférences de section est de relever les accords et les désaccords exprimés. Ce sont des cadres extérieurs à la section qui viennent pour faire le rapport. Ce ne sont pas des compte-rendus internes. Il y a une volonté de trouver les désaccords. Il y a des militants qui se servent de ces conférences comme de porte-voix, comme une occasion de dire « les quatre vérités ». Ce n’est pas un lieu d’auto-censure, contrairement à ce qui peut se passer lors d’un Congrès ou d’un comité central.

Intervention 13. Le développement des écoles sont en général des moments où il n’y a pas d’autres moyens de faire monter des cadres. C’est en général symptomatique d’un problème pour trouver des cadres. La sélection des militants est faite en amont : la direction du parti décide qui doit aller dans les écoles de quatre mois. L’école comporte une sélection préexistante. L’école internationale d’après-guerre est un lieu de repli.

Réponse 13. Le développement des écoles est en effet un mauvais signe, mais ce qui est important, c’est que les évaluations ne sont faites que dans ces écoles. Sur l’école internationale dans les années 1960, les toutes premières promotions font monter des futurs cadres de haut-niveau des années 1980. Mais il est vrai que passées les années 1967-1968, n’importe qui ou presque peut y aller.

Mai 1981 raconté par les tracts

Couverture Christophe Bourseiller, "Mai 1981 raconté par les tracts", Hors Collection, 2011, 159p.
Couverture Christophe Bourseiller, "Mai 1981 raconté par les tracts", Hors Collection, 2011, 159p.

Les anniversaires et autres commémorations sont toujours une bonne occasion pour publier un ouvrage ou organiser des évènements. Le trentième anniversaire de l’arrivée de la gauche au pouvoir, le 10 mai 1981, n’y échappent pas. Les initiatives sont fort nombreuses : expositions ; colloque « 10 mai 1981-2011 : trentième anniversaire » organisé par l’Institut François Mitterrand et la Fondation Jean Jaurès, en collaboration avec la chaîne télévisée Public-Sénat (dont la retransmission est prévue le 9 mai) ; site internet dédié du parti socialiste mon10mai.fr ; publication d’ouvrages en tout genre, etc. Une vraie floraison de printemps !

Parmi toutes ces initiatives, relevons Mai 1981 raconté par les tracts des éditions Hors-Collection, plus connue pour la traduction et la publication de l’excellente bande dessinée Calvin et Hobbes de Bill Watterson. L’auteur, Christophe Bourseiller, homme aux multiples casquettes, connu pour ses travaux sur l’extrême-gauche, publie ici un recueil imposant de documents d’époque tirés de sa collection personnelle. Plus d’une vingtaine de photographies (Gérard Bloncourt/Rue des Archives), une bonne centaine de tracts et flyers, quelques affiches, une quarantaine de Une de journaux composent cet ouvrage de 159 pages. L’ensemble, de bonne facture, se divise en trois parties : « La construction de la victoire » ; « En avant vers le 10 mai » et « Le 10 mai et ses conséquences », auxquelles s’ajoute une brève chronologie couvrant la période 1971-1981.

La majeure partie des documents présentés proviennent du Parti socialiste et du Parti communiste. La droite « traditionnelle » (RPR et Républicains indépendants) est bien représentée et on trouve quelques documents de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche. A l’exception de quelques tracts de la CFDT et de la CGT, le mouvement syndical n’est pas représenté dans l’ouvrage, ce qui est dommage, l’engagement des deux centrales syndicales  – CFDT et CGT – en faveur du programme commun et des élections présidentielles ayant été particulièrement important. Sur un plan plus « formel », il faut noter l’absence de précision des dimensions des documents d’archives, ce qui ne facilite pas la distinction des tracts et des affiches et la non-reproduction des verso des tracts, ce qui empêche de connaître l’intégralité de leur contenu. C’est là encore ennuyeux, surtout lorsque le pari de l’auteur est le suivant : « J’ai choisi de faire revivre cette époque d’une façon singulière. Au fond d’une cave, j’ai retrouvé les tracts, les affiches, les autocollants, les journaux que j’avais moi-même, à l’époque, glanés autour de moi. Ils constituent un témoignage irréfutable. Les documents ne mentent pas. Chacun est libre de les interpréter à sa guise ».

Le ton de l’ouvrage est volontairement grand public, dans la lignée des publications dont l’objectif est de mettre à portée du lecteur des documents d’archives, des sources sur un objet particulier. La plus grande part de l’ouvrage étant consacrée aux reproductions, le propos historique est très général. On peut toutefois regretter certains raccourcis ou partis pris de Christophe Bourseiller, notamment dans le traitement de la rupture du Programme commun de la gauche, entièrement imputée au Parti communiste. Un problème méthodologique plus important réside dans le choix des documents et dans la manière de construire le texte accompagnateur. En effet, les tracts nationaux, la presse nationale sont mis sur le même plan que des documents locaux. Ces derniers n’ont évidemment pas le même impact quant à leur destinataire. De plus, la collection particulière de l’auteur, bien que très étendue, n’est pas exhaustive et aurait dû être  complétée par le recours aux archives des organisations. Le choix de procéder par thème au sein des trois parties et l’absence de datation et de classement par ordre chronologique des documents met sur la même page des documents ayant parfois plusieurs semaines d’écart. La compréhension du sujet est certes facilitée pour le lecteur, mais il aurait fallu, dans la mesure du possible, dater et classer les sources. Autre point, le texte accompagnateur  est souvent limité et se contente de commenter le document. Ainsi, l’analyse iconographique des professions de foi de dix candidats est intéressante mais aurait pu être plus poussée et enrichir d’autant l’ouvrage. Les années 1970 et le début des années 1980 ont ainsi été marquées par l’irruption des agences de communication, des publicitaires dans l’organisation des campagnes électorales, ce qui a eu un impact important sur la propagande militante. Les affiches, les autocollants, le matériel ont évolué et avec eux les discours et les représentations collectives.

Ces réserves mises de côté, cet ouvrage garde le mérite de présenter un nombre important de sources de l’époque. Certains documents réservent des surprises, comme ce quatre-pages de l’Institut Féminin d’Information et de Réflexion (IFIR) qui décrit les conséquences, en dessins, d’un gouvernement PS-PCF sur l’économie de la France.  En conclusion, il ne s’agit donc pas d’une entreprise titanesque de recensement méthodique des documents publiés entre 1971 et 1981, ni d’un ouvrage d’histoire sur l’arrivée de la gauche au pouvoir mais plutôt d’un ouvrage-témoignage, richement illustré, d’un acteur de l’époque. Ce qui ne l’empêche pas d’être intéressant !