« Rencontres d’anciens ». Exposition photographique

Affiche de l'exposition "Rencontres d'anciens"
Affiche de l'exposition "Rencontres d'anciens"

L’écomusée « La Ferme de l’Histoire » de Pisançon dans les Hautes-Alpes accueille du 4 juin au 18 septembre 2011 une exposition temporaire de photographies de Gérald de Viviés. Intitulée « Rencontres d’anciens », celle-ci avait déjà été présentée au public durant l’été 2009 au Musée Muséum départemental des Hautes-Alpes à Gap.

Ces clichés sont le résultat d’un travail de recherches en noir et blanc sur les mains et les visages des ouvriers de l’ancienne usine électrométallurgique Péchiney de l’Argentière-la-Béssée (Hautes-Alpes).

Aujourd’hui patrimoine classé accueillant des artisans et des magasins de commerce, cette usine a été fondée en 1907-1910, modernisée à de nombreuses reprises et notamment au début des années 1970 avant d’être définitivement fermée et partiellement démantelée entre 1986 et 1988, conséquence de la rationalisation et de la concentration de la production nationale d’acier et d’aluminium à partir du milieu des années 1970. Comme à Denain (Usinor) ou ailleurs, cette fermeture a bouleversé l’équilibre économique et social du département. Autour de 300 travailleurs officiaient dans l’usine, faisant vivre directement ou indirectement près des trois-quart de la population locale. Cette fermeture entraîna également le départ des travailleurs immigrés, majoritairement tunisiens, marocains et algériens. L’arrivée de la gauche au pouvoir à l’Argentière-la-Béssée à la fin des années 1980 a permis la relance de petits projets industriels mais désormais l’Argentière-la-minière a cédé sa place au tourisme qui constitue désormais la part la plus importante de l’activité économique de la vallée de la Durance.

À noter.

Un projet de documentaire est en cours d’écriture : Hautes-Alpes, la voie ouvrière par Rémi Nelson Borel. Pour plus d’informations voir le site de la Forge aux Utopies.

Hommage aux républicains espagnols

Jusqu’au 10 juillet prochain, la base sous-marine de Bordeaux propose de rendre hommage aux républicains espagnols au travers d’une exposition  photographique. Une sélection de 200 clichés du célèbre photo-reporter Agusti Centelles, par ailleurs également visible à l’exposition « Vinyetes al front » au Musée Picasso de Barcelone, ont ainsi été réunis à l’occasion de la commémoration du 80e anniversaire de la proclamation de la seconde République espagnole. Des performances théâtrales et des concerts accompagneront cette exposition. A noter, le 9 juin 2011 à 18 heures, Geneviève Dreyfus-Armand, historienne et ancienne directrice de la BDIC de Nanterre, interviendra sur le thème de La république dans l’exil entre mémoire et espérance à la bibliothèque Mériadeck.

Mais la visite de cette exposition est aussi un bon prétexte pour découvrir cet espace unique, fruit de la réhabilitation d’une base militaire construite entre 1941 et 1943 pour accueillir les sous-marins allemands et devenue aujourd’hui un espace culturel !

150 ans de transport collectif à Montréal

La Société de Transport de Montréal (STM) organise, à l’occasion du cent-cinquantième anniversaire du transport collectif dans la métropole québécoise, une grande rétrospective photographique en quatre parties sur son histoire et ceux qui l’ont faite : les travailleurs. Cette manifestation est visible dans la mezzanine de la station de métro Place-des-Arts. Et pour ceux qui ne peuvent s’y rendre facilement avec les moyens de locomotions terrestres, la STM a tout prévu en permettant à chacun de voir progressivement l’exposition via le site internet qui lui est dédié (http://www.expositionstm.info/).

Aucune excuse donc pour ne pas y aller jeter un coup d’oeil !

Programme de l’exposition Hommage aux travailleurs d’hier à aujourd’hui.

De février à avril 2011. Les travailleurs des tramways
De mai à juin 2011. Les travailleurs des bus
De juillet à août 2011. Les travailleurs du métro
De septembre à novembre 2011. Les travailleurs d’aujourd’hui

Présentation de l’exposition

Une lumière crue, sans compassion. Photographies du mouvement ouvrier (1926-1939)

Couverture de la revue A-I-Z, n°17, 1931. Photographie Tina Modotti, 38 x 28 cm, The Museum of Fine Arts, Houston.
Couverture de la revue A-I-Z, n°17, 1931. Photographie Tina Modotti, 38 x 28 cm, The Museum of Fine Arts, Houston.

A tous ceux qui passeraient par Madrid avant le 22 août prochain, n’hésitez pas à faire un détour par le musée Reina Sofia, qui organise une grande rétrospective intitulée « Une lumière crue, sans compassion. Photographies du mouvement ouvrier (1926-1939) ». Plus d’un millier de documents – des photographies (pour la plupart des tirages d’époque), de films et des revues – sont exposés avec pour objectif d’interroger cette période bien particulière de l’histoire de la photographie.

Né de la Troisième Internationale communiste, le mouvement de photographes du mouvement ouvrier trouve ses origines dans le concours organisé en 1926 par le magazine AIZ (Arbeiter Illustrierte Zeitung, Le journal illustré des travailleurs), dans le cadre de la République de Weimar. Peu de temps après, nait en Union soviétique la revue Sovetskoe Foto (La photographie soviétique) qui a pour mission de coordonner la culture photographique soviétique avec la construction du nouvel état socialiste.  Dès ses origines, la photographie ouvrière se nourrit de l’expérience du Front Populaire en Espagne et en France. Ce mouvement est relayé par les partis communistes des pays d’Europe centrale  et se développe aux États-Unis avec la Worker’s Photo League. En 1939, à la fin de la guerre civile espagnole et au début de la Seconde Guerre mondiale, débute le déclin d’un mouvement qui avait donné naissance à de grands noms tels que Sergueï Tretiakov, David Seymour, Robert Capa, Paul Strand, Tina Modotti, Walter Ballhausen et Max Alpert.

A ceux qui ne peuvent s’y rendre, ou ceux qui souhaitent alimenter leurs réflexions, je vous conseille la lecture de l’article d’Ute Eskildsen, « The AIZ and the Arbeiter Fotograf : Working Class Photographers in Weimar » publié dans le Journal of Photography of the George Eastman House, volume 23, numéro 2, décembre 1980, pages 2-8.