Frédéric Tristram. Mouvements sociaux, redistribution et fiscalité au XXe siècle

Compte-rendu de l’intervention de Frédéric Tristram au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème Mouvements sociaux, redistribution et fiscalité au XXe siècle, séance du jeudi 1er décembre 2011, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Maître de conférence à l’Université Paris 1, membre de l’IDHE, Frédéric Tristram prépare actuellement son HDR après avoir soutenu sa thèse de doctorat en décembre 2003 sur la direction générale des Impôts et la politique fiscale en France de 1948 à la fin des années 1960 : modernisation et adaptation de la fiscalité aux règles du marché, Université de Paris X-Nanterre, sous la direction d’Alain Plessis.

Intervention de Frédéric Tristram.

L’intervention sera structurée en trois parties.

1° La production par le Parti socialiste de discours et d’analyses traditionnelles qui font de l’impôt un instrument de redistribution sociale et de transformation économique radical.

2° Cette production est remise en cause, concurrencée durant les années 1970 par d’autres logiques qui vont prendre peu à peu une place croissante.

3° Cette concurrence aboutit, avec d’autres causes, à une redéfinition des objectifs de la politique fiscale du Parti socialiste après 1981.

Avant 1981, l’impôt est perçu par le Parti socialiste comme un instrument de redistribution sociale. Cela apparaît dans de nombreux textes théoriques et programmatiques officiels. À chaque fois, la fiscalité apparaît dans un chapitre dédié au question de société ou d’inégalités.

La redistribution est avant tout vu par le Parti socialiste comme un moyen de redistribution verticale, c’est-à-dire des ménages les plus aisés vers les plus modestes. En revanche, la redistribution horizontale, c’est-à-dire entre personnes ayant des conditions de vie similaire mais ayant des différences de revenus, est relativement peu abordée. Cette conception explique l’hostilité du Parti socialiste et des forces de gauche au quotient familial. Adopté en 1945 unanimement par l’ensemble des forces politiques, ce mécanisme fiscal vise à adapter la progressivité de l’impôt sur le revenu en fonction des charges familiales, cette progressivité s’appliquant à l’ensemble de la famille (un parent = une part, un enfant = une demi-part puis une part). Il y a donc une modulation qui procure des avantages fiscaux d’autant plus élevés que le revenu initial l’est, ce qui favorisent les familles à haut revenu.

Dès 1950, les partis de gauche condamnent le quotient familial du fait de son caractère inégalitaire et comme obstacle à la redistribution. Cette opposition devient une position identitaire, fédératrice pour la gauche au sens large (partis, syndicats, une partie des associations familiales). Cette opposition se retrouve dans les années 1970 dans les textes officiels et programmatiques. Finalement, une position a minima est adoptée en 1982 avec le plafonnement du quotient familial. Comment expliquer cette prudence tactique ? Le sujet est sensible dans l’opinion publique, le lobbying familial est important et il ne faut pas se couper des ingénieurs, cadres, techniciens qui en bénéficient.

a) Comment faire de la redistribution fiscale ?

1. Cette redistribution passe par l’impôt sur le revenu et sa progressivité. La gauche veut rééquilibrer le poids de l’impôt direct (impôt sur le revenu) et de l’impôt indirect (TVA) contre lequel la gauche se bat, considérant que la TVA est un impôt non redistributif pénalisant les ménages les plus modestes. La gauche propose ainsi de baisser la TVA sur les produits de première nécessité, voire d’en imposer un taux zéro, sans toutefois définir lesdits produits. On est là encore dans le cadre d’un discours très classique pour la gauche.

2. La gauche souhaite privilégier les revenus du travail sur ceux du capital. Il y a une volonté de remettre en cause les mesures prises dans les années 1960 en faveur de l’atténuation de l’impôt sur le capital. Par exemple, la gauche est contre l’avoir fiscal, qui prévoit une diminution de l’impôt et d’une partie de la progressivité sur les dividendes versées par les entreprises.

Il reste une question théorique non tranchée au Parti socialiste sur cette question. Faut-il défendre, comme Valéry Giscard-d’Estaing le principe de neutralité, à savoir « à revenu égal, taxation égale » ou faut-il au contraire aller plus loin, en limitant l’impôt sur le travail et en allourdissant l’impôt sur le capital ? Pierre Uri se prononce contre le principe de neutralité et en faveur d’un renforcement d’un impôt sur le capital.

3. La lutte contre la fraude fiscale est un autre élément de l’objectif redistributif poursuivi par le Parti socialiste. La gauche constate qu’une partie de la population, certaines catégories peuvent masquer une partie de leur revenu. À partir de 1972, la droite développe les centres de gestion agréés pour inciter les professions indépendantes à faire certifier leur comptes. Le Parti socialiste ne veut pas aller plus loin, même s’il propose, pour lutter contre la fraude, de développer l’impôt sur le capital.

4. La redistribution passe également par le patrimoine, le capital. Le Parti socialiste veut un impôt général sur le capital. Cela est aussi dans l’air du temps, puisque Valéry Giscard-d’Estaing veut alors taxer les plus-values. Cette position du Parti socialiste fait aussi écho au « patrimoine » commun de la gauche. Le premier projet d’Impôt sur les Grandes Fortunes (IGF) est présent dans le programme commun de 1972, mais le premier projet déposé par le PS à l’Assemblée nationale, l’est en juin 1976, sous forme d’amendement, puis suit une proposition de loi déposée le 1er juillet 1978. Ce projet comprend trois caractéristiques : une très forte progressivité, bien plus que celle adoptée en 1982 ; la prise en compte de tout le patrimoine, y compris les biens professionnels ; peu d’entorses au principe si ce n’est un modeste abattement pour les petits patrons. Parmi les autres projets, on également trouve un impôt sur le capital des entreprises, sur les marges brutes des entreprises, sur la valeur vénale des biens fonciers.

b) La fiscalité est conçue dans un rôle de transformation économique.

1. Il faut augmenter la place de l’État et le taux de prélèvement obligatoire, ce qui est déjà le cas dans les années 1970. Il faut également une socialisation relative plus importante.

2. La fiscalité est un instrument de sélection des secteurs économiques. L’idée est que le rôle du plan serait revalorisé. L’État procéderait à une sélection des investissements, en dénonçant l’auto-financement des entreprises, les règles de l’amortissement dégressif et en refusant au CNPF sa revendication de revalorisation des bilans. Il resterait pour les entreprises les prêts des banques nationalisés. Il y aurait donc une sélectivité du crédit.

Quatre logiques concurrentes brouillent ce message principal. On assiste à une montée en puissance de ces logiques au cours des années 1970.

a) La défense des classes moyennes (cadres, professions indépendantes) ainsi que le développement d’un discours méritocratique qui emprunte à la tradition républicaine.

b) Le changement de société doit avoir un aspect « qualitatif ». Il y aurait ainsi un « ailleurs », au-delà de la simple redistribution fiscale des richesses. Ainsi, il y a une hésitation du Parti socialiste sur la politique d’accession à la propriété privée menée par Valéry Giscard-d’Estaing. Le Parti socialiste refuse les effets psychologiques de la propriété individuelle sur les individus. Cette position est issue des évènements de mai-juin 1968 avec le débat sur la domination. De même, on observe une hostilité de principe à la publicité.

c) Le Parti socialiste est un parti décentralisateur soucieux des finances des collectivités territoriales. Il est donc timide sur la remise en cause de ces financements, surtout après 1977 et la victoire lors des élections municipales. Il souhaite une nouvelle répartition financière entre l’État et les collectivités territoriales pour passer d’une répartition de type 80%/20% (années 1970) à une répartition de type 70%/30%. La volonté est de donner aux collectivités territoriales des recettes dynamiques (taxe sur les produits pétroliers par exemple) mais les positions restent timides dans l’ensemble.

d) Il y a dès la fin des années 1970 un discours de modernisation économique des entreprises privées par l’impôt, en facilitant l’accès à des financements nouveaux. Ce tournant « social-libéral » intervient dès la fin des années 1970 (1978). Certain experts comme Jacques Attali refuse la sélectivité du crédit. Ceci lisse donc la rupture de l’année 1982.

La redéfinition des objectifs après 1981.

a) Quelle chronologie adopter ? Dans le domaine fiscal, le tournant s’effectue plutôt durant l’année 1982.

Fin 1981, Pierre Mauroy fait le point sur les mesures fiscales avec les membres de son cabinet qui rend une série de notes dans lesquelles les recommandations sont de différer l’application du programme du Parti socialiste.

Le 10 février 1982 se tient un séminaire gouvernemental sous la présidence de François Mitterrand sur la fiscalité avec pour objectif de déterminer quelle réforme fiscale était possible. Le Parti socialiste a encore une perspective de réforme fiscale à cette date.

Au printemps 1984, Laurent Fabius, Pierre Mauroy et François Mitterrand sont favorables à la suppression de la taxe professionnelle au profit d’une hausse de la TVA, mesure contre laquelle s’oppose Jacques Delors qui défend les collectivités territoriales. On peut voir que c’est l’Élysée qui drive les questions fiscales. Il n’y a pas oubli du programme ou des choses promises mais le contenu de ce recentrage suggère trois choses.

Le primat revient aux considérations budgétaires dès 1981. Une attention particulière est accordée aux grands déséquilibres budgétaires et commerciaux, alors que ces questions étaient laissées de côté durant les années 1970 : le programme n’a par exemple pas fait l’objet d’un chiffrage.

Le désenchentement, le doute sur la possibilité de changement par la politique fiscale, joue aussi un rôle. Il n’y a pas de refus de la redistribution mais la contestation de ces mécanismes, par exemple pour la protection sociale. D’une certaine manière, on recale l’État-providence.

Il faut muscler l’appareil industriel dans la perspective de la construction européenne.

Le résultat est que les mesures prises sont modestes. L’impôt sur les grandes fortunes est un identifiant idéologique très important pour la gauche, mais cet impôt est en retrait par rapport au projet de 1972. Par exemple, les biens professionnels ont été supprimés de l’assiette de calcul.

b) Un nouveau rapport au politique et au social est apparu. À partir de 1981, le Parti socialiste et le gouvernement prêtent une attention croissante aux sondages d’opinion sur la politique fiscale. Cela traduit un rapport différent, puisque dans les années 1970, le Parti socialiste avait des relations soutenues avec les organisations syndicales et le monde associatif.

Discussion

Question 1. Y a-t-il un lien entre rupture du programme commun de la gauche et tournant de 1978 en matière fiscale ?

Réponse 1. Non, il semblerait que ce soit des strates avec des logiques successives qui font que le vieux discours traditionnel disparait entre 1977 et 1978.

Question 2. Peut-on identifier les individus ou groupes porteurs des inflexions et ceux qui résistent ? Qu’en est-il des mobilisations contre les projets ou réalisations du Parti socialiste en matière fiscale ?

Réponse 2. Les experts de la seconde moitié des années 1970 du Parti socialiste ont porté ces inflexions tout en musclant le programme économique du Parti socialiste, qui est techniquement plus au point que dans les années 1970. Attali, Rocard, Fabius ont été à l’origine de ces inflexions. Sur le relai des forces syndicales et sociales, Frédéric Tristram n’a pas d’informations, mais le Parti socialiste analyse la chose de la manière suivante : ces organisations n’ont pas sa capacité d’expertise. Sur les opposants, il n’y a pas de refus global, comme avec Poujade ou Nicoud. Seuls les capitaux s’envolent. Mais en même temps, il n’y a pas de transformation radicale de la fiscalité en 1981. Les propositions contenues dans le projet ne sont pas mises à l’étude et le discours reste très théorique. Il y a bien sûr eu des actions du CNPF qui a notamment demander à François Mitterrand de ne pas imposer l’IGF aux petits patrons : Mitterrand était d’accord, Mauroy était contre.

Question 3. En 1981-82, il n’y a pas eu de mobilisations sociales en faveur de l’impôt (cela se comprend). Cela est-il passé par d’autres canaux : mouvements des capitaux, liens, pressions, contacts ?

Question 4. Y a-t-il eu une réforme fiscale en 1981 ?

Réponse 4. On parle à cette époque de réforme fiscale mais il s’agit surtout de petites mesures relativement modestes. En 1970, la gauche réclame la suppression du quotient familial qui est abandonnée suite aux pressions des associations familiales ; la suppression de la taxe professionnelle est abandonnée suite aux pressions des collectivités territoriales ; Après l’étude de plusieurs techniques alternatives, l’avoir fiscal n’est pas réformé et reste en vigueur.

Question 5. La fuite des capitaux a-t-elle été réelle ou pas ?

Réponse 5. Oui, il y a eu une vraie fuite durant l’été 1981 qui n’était pas conditionnée par les mesures prises. On a une répétition de 1924 et de 1936. La fiscalité française a beaucoup changé durant les années 1950-1960 et le modèle arrivait à maturation. La généralisation de la TVA en 1968 a fait croître l’efficacité des recettes. Depuis 1959, Valéry Giscard-D’Estaing a augmenté le montant de l’impôt sur le revenu en intégrant dans le barème de calcul les catégories moyennes et modestes. La gauche veut un impôt sur le revenu minoritaire sur les gros revenus, ce qui est en contradiction avec sa volonté de limiter la TVA au profit de l’impôt sur le revenu.

Question 6. L’instrument fiscale est en fait un perturbateur du politique.

Réponse 6. Il y a une tradition fiscale qui devient doctrinale, mécanique et par ailleurs il existe d’autres courants, d’autres cultures qui ébranlent les certitudes à partir de 1974-1975. Pour celles-ci, la politique fiscale est un instrument d’efficacité économique. Il existe un jeu complexe entre ce qui rédige le programme du Parti socialiste et ceux  qui définissent la politique économique. Il y a une combinaison compliquée entre les courants et les évènements. À partir du moment où le Parti socialiste dirige le gouvernement, les experts et l’Élysée prennent un poids important. Le groupe parlementaire PS a ainsi des logiques différentes. Après 1981, chaque mesure est chiffrée, ce qui offre au Parti socialiste des moyens de connaissances importants mais également peut-être la possibilité aux hauts fonctionnaires d’entrer dans le Parti socialiste.

Question 7. Pouquoi la construction européenne n’est-elle pas le premier facteur d’inflexion, notamment lorsque l’on voit l’importance des débats postérieurs (Conférence de Fontainebleau en 1984) ou encore l’obligation après 1973 pour les États de se financer auprès des marchés financiers ?

Réponse 7. Le cadre est très contraignant pour ce qui concerne la fiscalité, ce qui explique que le Parti socialiste ne peut remettre en cause les recettes fiscales avec des réformes.

Question 8. Pouvez-vous approfondir le rôle des collectivités territoriales ?

Réponse 8. Les collectivités territoriales sont financées par quatre impôts directs dont la taxe professionnelle qui représente à elle seule 50% des ressources fiscales. Des réformes de l’assiette ont été tentées dans les années 1970 sans succès. La situation est confortable pour les collectivités territoriales qui ne veut pas d’un impôt national dont la base ne serait pas localisable. De même, le Parti socialiste peut difficilement faire une loi de décentralisation élargissant les compétences des collectivités territoriales pour dans le même temps accroître sa tutelle en matière fiscale. Il n’y a pas ici de logique politique dans l’opposition des collectivités territoriales mais plutôt une opposition État / Élus.

Question 9. Y a-t-il du changement du côté des cotisations sociales, notamment avec l’augmentation du chômage ?

Réponse 9. En effet, on stoppe l’augmentation des cotisations patronales tout en allégeant les cotisations sur les bas salaires. De fait, la gestion des cotisations sociales est complémentaires de la fiscalité. On assiste à une augmentation très importante des prélèvements sociaux dans les années 1970. De 33% en 1973, on passe à 41%  de prélèvements obligatoires en 1981, ce qui s’explique par la hausse des prélèvements de Sécurité sociale. Il y a en parallèle un mouvement de fiscalisation qui débute avec des mesures modestes dans les années 1980 mais qui aboutit en 1990 à l’adoption d’un impôt, la Contribution Sociale Généralisée (CSG). Face à ce mouvement, le Parti socialiste réclame un déplafonnement des cotisations sociales dans les années 1970 pour défendre la logique redistributive, mais en 1981, rien n’est fait et à partir de 1988, on tourne le dos à cette perspective. Au final, la chronologie concernant les cotisations sociales n’est pas la même que celle de la fiscalité.

Question 10. Pouvez-vous revenir sur cette notion de « qualitatif » ?

Réponse 10. Ce sont juste des mots, pas des mesures concrètes. Ils sont issus des années 1968, mais ce qui est étonnant c’est leur utilisation dans des documents théoriques, techniques.

Question 11. Quel a été l’influence de la fuite des capitaux ?

Réponse 11. Elle est stoppée rapidement, avec le contrôle des changes jusqu’en 1990, ce qui n’avait pas été fait en 1936. On est face à une réaction de peur, avant toute prise de décision du nouveau gouvernement.

Question 12. En 1936, la SFIO était pour la détente fiscale. On observe un va-et-vient selon les périodes, entre les mesures dures durant les années 1920 et au contraire la détente, le relachement de la pression durant la crise des années 1930 contrairement à la politique du PCF qui durcit son programme à l’encontre des riches durant les années 1930, en s’inspirant du taux de l’impôt sur le revenu britannique.

Question 13. La transformation n’a jamais été un thème des mouvements sociaux durant le 20ème siècle, davantage durant le 19ème siècle. Le Parti socialiste n’en n’a pas fait une bataille prioritaire durant sa campagne de 1981.

Prochaine séance jeudi 12 janvier 2012 avec Emmanuel Fureix (historien, Paris 12, CRHEC) et Vincent Robert (historien, Paris 1, Centre d’histoire du 19e siècle) sur les approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle.

Réforme ou révolution, quelles images pour le socialisme ? Regard sur un siècle d’affiches socialistes

Actualité oblige, le treizième numéro, daté des mois de janvier à avril 2011 de Histoire@Politique. Politique, culture, société, la revue électronique du Centre d’Histoire de Sciences Po aborde le thème des socialistes français face au réformisme.

Affiche du parti socialiste illustrant le n° 13 d'Histoire@Politique
Affiche du parti socialiste illustrant le n° 13 d'Histoire@Politique

Parmi les articles retenus pour cet épais dossier spécial, la contribution de Frédéric Cépède intéressera plus particulièrement les lecteurs de ce carnet de recherches. Historien et membre de l’Office Universitaire de Recherche Socialiste, il y présente un article intitulé « Réforme ou révolution, quelles images pour le socialisme ? Regard sur un siècle d’affiches socialistes ».

Soulignant dès l’introduction la richesse du corpus iconographique du Parti socialiste, il en déplore la trop faible utilisation par les chercheurs et propose plusieurs pistes d’analyse sur l’évolution politique du parti socialiste de 1905 à 1993, à partir du couple antinomique « réforme » et « révolution ». Après un bref rappel des changements apportés aux signes identitaires du Parti socialiste depuis ses origines (dénomination, emblème, déclaration de principe, hymne, etc.), Frédéric Cépède entre dans le vif du sujet en abordant la méthodologie utilisée pour analyser le corpus.  Ce dernier est vaste, 471 affiches nationales ayant au total été analysées pour les besoins de cet article. Il est le fruit d’un travail de compilation des affiches conservées à l’OURS, à la Fondation Jean-Jaurès, au Musée d’histoire contemporaine – Bibliothèque de documentation internationale (BDIC), dans les collections privées de Michel Dixmier, d’Alain Gesgond et/ou listés dans la presse socialiste. Dix reproductions d’affiches analysées ainsi que le tableau présentant la recension des affiches socialistes assurent enfin la clôture de l’article.

Concernant les conclusions tirées par l’auteur, je ne gâcherai pas le suspens et je vous renvoie donc à la lecture de son article ainsi qu’aux autres références signalées plus bas. Je souhaiterai en revanche m’attarder sur les différentes étapes de son analyse.

1. La constitution du corpus. Quelles affiches retenir ? En l’occurrence, l’auteur ne retient pas les affiches strictement commerciales du candidat François Mitterrand lors des élections présidentielles de 1974, 1981 et 1988. Quelles bornes chronologiques ? Ici, l’auteur choisit de couvrir une large période partant de la fondation de la SFIO à 1993, point de départ de la seconde cohabitation. Il faut également, bien évidemment, maitriser le contexte de production de l’affiche !

2. Une analyse quantitative du corpus. Quelle est la « représentativité » du corpus comparé à l’ensemble de la production iconographique d’une organisation ? Bien que n’étant pas exhaustif, le corpus retenu est conséquent et représentatif de la production socialiste. Quelle répartition de cette production iconographique sur le temps long ? Cet aspect permet de déterminer les temps forts, dans le cas du parti socialiste les périodes électorales, comme on pouvait s’y attendre.

3. Une analyse iconographique du corpus. Quelles sont les symboles, les emblèmes récurrents utilisés ? Dans le cas présent, l’auteur met à jour une véritable panoplie, « soleil levant, capitalistes avec gros cigares, ouvrier, outils… » ainsi qu’un bestiaire conséquent, « le loup, pour représenter la droite, les brebis pour « les gens » menacés par la politique de cette droite, un crocodile pour inciter les jeunes à voter, un coq « gaulois », une baleine (pour la Sécurité sociale), et même un ours en peluche en 1993″. Quelles couleurs ont été retenues ? Il apparaît évident que les couleurs ont une signification qu’il est impératif d’expliquer.

4. Une analyse des slogans et revendications. Il est nécessaire de procéder à une analyse statistique du contenu écrit des affiches et d’effectuer une analyse plus « littéraire » du lexique utilisé.

5. La réception. Il faut, dans la mesure du possible, avoir une idée du tirage, de la durée de la campagne (certaines affiches ont parfois été réutilisées ultérieurement), de sa diffusion géographique, de ses lieux de collage, d’affichage et enfin de la taille de l’affiche. Il ne faut pas oublier que certaines affiches ont été tirés en série, soit avec des couleurs différentes afin d’amplifier l’impact visuel, soit avec des slogans différents.

Il est également important, même si cela n’est pas évident, d’obtenir des informations sur la réception de l’affiche, de son message aussi bien par les militants de l’organisation que par le public visé. Il n’est en effet pas rare qu’une affiche « manque » sa cible et délivre un message incompris voire contre-productif. Pour cela, il faut connaître les motivations, les objectifs poursuivis par ses auteurs.

6. Se pencher sur le producteur de l’affiche. Il s’agit de déterminer si nous sommes face au travail d’un artiste, un peintre ou un illustrateur de presse ou encore d’un photographe. Faire appel à un nom connu du grand public peut améliorer la réception de l’affiche. Mais il faut également identifier les modalités de création de l’affiche : est-elle le résultat d’une réflexion collective menée au sein d’un secteur ou d’un service « propagande » ou « communication » interne à l’organisation ou bien s’agit-il d’une proposition d’une agence publicitaire ? Les responsables sont-ils des militants ou bien des professionnels formés dans des écoles de communication, de publicité ou encore de marketing ? La différence est de taille !

7. Prendre en compte les contraintes techniques et financières. C’est un aspect important qu’il ne faut pas oublier et qui est bien rappelé dans cet article, notamment avec l’évocation de l’adoption de la loi du 19 janvier 1995 sur le financement des campagnes électorales.

8. Les autres matériels de propagande. Une campagne comprend généralement des affiches mais également des tracts, des autocollants, des badges, des briquets, des casquettes et autres tee-shirts, etc. L’imagination est sans limites !

 

Pour aller plus loin.

Frédéric Cépède, « Le poing et la rose, la saga d’un logo« , Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°49, janvier-mars 1996, p. 18-30.

Fabrice d’Almeida,  » La SFIO, la propagande, les affiches (1945-1969) », Cahier et revue de l’OURS, n° 211, mai-juin 1993, p. 21-24.

Frédéric Cépède, « Les insignes du Parti », Cahier et Revue de l’OURS, n° 204, mars-avril 1992, p. 8.

Jacqueline Freyssinet-Dominjon, « Dix ans d’affiches du parti socialiste (1980-1989)« , Mots. Les langages du politique, n° 22, mars 1990, p. 43-60.

Michèle Dupoux, La SFIO à l’affiche dans les années trente. Serge Tchakhotine et les trois flèches, Université de Grenoble, Mémoire d’IEP, sous la direction de Pierre Broué, 1987, 112p.

Mai 1981 raconté par les tracts

Couverture Christophe Bourseiller, "Mai 1981 raconté par les tracts", Hors Collection, 2011, 159p.
Couverture Christophe Bourseiller, "Mai 1981 raconté par les tracts", Hors Collection, 2011, 159p.

Les anniversaires et autres commémorations sont toujours une bonne occasion pour publier un ouvrage ou organiser des évènements. Le trentième anniversaire de l’arrivée de la gauche au pouvoir, le 10 mai 1981, n’y échappent pas. Les initiatives sont fort nombreuses : expositions ; colloque « 10 mai 1981-2011 : trentième anniversaire » organisé par l’Institut François Mitterrand et la Fondation Jean Jaurès, en collaboration avec la chaîne télévisée Public-Sénat (dont la retransmission est prévue le 9 mai) ; site internet dédié du parti socialiste mon10mai.fr ; publication d’ouvrages en tout genre, etc. Une vraie floraison de printemps !

Parmi toutes ces initiatives, relevons Mai 1981 raconté par les tracts des éditions Hors-Collection, plus connue pour la traduction et la publication de l’excellente bande dessinée Calvin et Hobbes de Bill Watterson. L’auteur, Christophe Bourseiller, homme aux multiples casquettes, connu pour ses travaux sur l’extrême-gauche, publie ici un recueil imposant de documents d’époque tirés de sa collection personnelle. Plus d’une vingtaine de photographies (Gérard Bloncourt/Rue des Archives), une bonne centaine de tracts et flyers, quelques affiches, une quarantaine de Une de journaux composent cet ouvrage de 159 pages. L’ensemble, de bonne facture, se divise en trois parties : « La construction de la victoire » ; « En avant vers le 10 mai » et « Le 10 mai et ses conséquences », auxquelles s’ajoute une brève chronologie couvrant la période 1971-1981.

La majeure partie des documents présentés proviennent du Parti socialiste et du Parti communiste. La droite « traditionnelle » (RPR et Républicains indépendants) est bien représentée et on trouve quelques documents de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche. A l’exception de quelques tracts de la CFDT et de la CGT, le mouvement syndical n’est pas représenté dans l’ouvrage, ce qui est dommage, l’engagement des deux centrales syndicales  – CFDT et CGT – en faveur du programme commun et des élections présidentielles ayant été particulièrement important. Sur un plan plus « formel », il faut noter l’absence de précision des dimensions des documents d’archives, ce qui ne facilite pas la distinction des tracts et des affiches et la non-reproduction des verso des tracts, ce qui empêche de connaître l’intégralité de leur contenu. C’est là encore ennuyeux, surtout lorsque le pari de l’auteur est le suivant : « J’ai choisi de faire revivre cette époque d’une façon singulière. Au fond d’une cave, j’ai retrouvé les tracts, les affiches, les autocollants, les journaux que j’avais moi-même, à l’époque, glanés autour de moi. Ils constituent un témoignage irréfutable. Les documents ne mentent pas. Chacun est libre de les interpréter à sa guise ».

Le ton de l’ouvrage est volontairement grand public, dans la lignée des publications dont l’objectif est de mettre à portée du lecteur des documents d’archives, des sources sur un objet particulier. La plus grande part de l’ouvrage étant consacrée aux reproductions, le propos historique est très général. On peut toutefois regretter certains raccourcis ou partis pris de Christophe Bourseiller, notamment dans le traitement de la rupture du Programme commun de la gauche, entièrement imputée au Parti communiste. Un problème méthodologique plus important réside dans le choix des documents et dans la manière de construire le texte accompagnateur. En effet, les tracts nationaux, la presse nationale sont mis sur le même plan que des documents locaux. Ces derniers n’ont évidemment pas le même impact quant à leur destinataire. De plus, la collection particulière de l’auteur, bien que très étendue, n’est pas exhaustive et aurait dû être  complétée par le recours aux archives des organisations. Le choix de procéder par thème au sein des trois parties et l’absence de datation et de classement par ordre chronologique des documents met sur la même page des documents ayant parfois plusieurs semaines d’écart. La compréhension du sujet est certes facilitée pour le lecteur, mais il aurait fallu, dans la mesure du possible, dater et classer les sources. Autre point, le texte accompagnateur  est souvent limité et se contente de commenter le document. Ainsi, l’analyse iconographique des professions de foi de dix candidats est intéressante mais aurait pu être plus poussée et enrichir d’autant l’ouvrage. Les années 1970 et le début des années 1980 ont ainsi été marquées par l’irruption des agences de communication, des publicitaires dans l’organisation des campagnes électorales, ce qui a eu un impact important sur la propagande militante. Les affiches, les autocollants, le matériel ont évolué et avec eux les discours et les représentations collectives.

Ces réserves mises de côté, cet ouvrage garde le mérite de présenter un nombre important de sources de l’époque. Certains documents réservent des surprises, comme ce quatre-pages de l’Institut Féminin d’Information et de Réflexion (IFIR) qui décrit les conséquences, en dessins, d’un gouvernement PS-PCF sur l’économie de la France.  En conclusion, il ne s’agit donc pas d’une entreprise titanesque de recensement méthodique des documents publiés entre 1971 et 1981, ni d’un ouvrage d’histoire sur l’arrivée de la gauche au pouvoir mais plutôt d’un ouvrage-témoignage, richement illustré, d’un acteur de l’époque. Ce qui ne l’empêche pas d’être intéressant !

Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180p

Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages
Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages

Un vrai coup de coeur cette bande dessinée ! Les mauvaises gens, une histoire de militants d’Étienne Davodeau, publiée aux éditions Delcourt en 2005 est un travail de mémoire mené par l’auteur sur le militantisme dans l’Ouest de la France, le tout en dessins noir et blanc sur plus de 180 pages. L’histoire de sa famille nous est narrée, une histoire de militants jociste, cédétiste et socialiste dans les Mauges, une région située à l’ouest du Maine-et-Loire, de la Libération à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand.

Une génération d’actions pour l’émancipation des travailleurs, pour la défense de leurs conditions de travail et de vie dans cette région fortement imprégnée de catholicisme, dominée par un patronat paternaliste et autoritaire, dirigeant des usines de biens de consommation implantées en milieu rural pour exploiter une main-d’oeuvre docile et peu chère. La vie rurale, l’attrait du salaire régulier de l’usine, l’enfer de la chaîne et du travail sous-qualifié, les réunions militantes à la maison, la première rencontre des délégués avec la direction, les premières manifestations… Autant d’évènements d’une vie ouvrière et militante rapportés avec soin et pudeur par Étienne Davodeau.

Le style du dessin est figuratif et la narration alterne les allers et retours dans le temps, entre souvenirs des personnes interrogées et reproduction des scènes d’entretiens avec ses parents ou d’autres acteurs. On retrouve là un procédé déjà utilisé avec brio par Art Spiegelman dans Maus. A chaque nouveau chapitre, un bref rappel des principaux évènements politiques, économiques ou encore sociaux est assuré afin de ne pas perdre de vue la vie nationale et internationale. Les différentes organisations citées (JOC, JOC-F, ACO, CFTC puis CFDT, PS) bénéficient d’un rapide historique, le tout rendant la lecture aisée pour tous.

Une démarche m’a particulièrement touché, celle de la reproduction d’éléments d’archives : article de presse, journaux syndicaux, tracts, manifestations… L’auteur ne s’est pas « contenté » d’interroger les acteurs de cette époque, mais il a fait un véritable travail d’historien en consultant les archives des Unions locales CFDT et de l’Union départementale CFDT du Maine-et-Loire et en dépouillant la presse régionale. Au final, une grande dignité ressort de cette bande dessinée que je conseille vivement, aux amateurs comme aux historiens du mouvement social !

> Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Paris, Delcourt, 2005, 180p.

> www.editions-delcourt.fr

> www.etiennedavodeau.com