La politique du ravitaillement et le politique dans la France des années 1940

Compte-rendu de l’intervention de Fabrice Grenard au séminaire “Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie” sur le thème La politique du ravitaillement et le politique dans la France des années 1940, séance du jeudi 6 décembre 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle.

Présentation

Fabrice Grenard est agrégé d’histoire, maître de conférence à Sciences Po Paris. Ses recherches ont notamment porté sur les aspects économiques et sociaux des années 1939-1949. Il a publié en 2008 La France du marché noir (Payot) puis Maquis noirs et faux maquis en 2011 (Vendémiaire), suivi en 2012 par Les scandales du ravitaillement (Payot). Il est également l’auteur de plusieurs articles sur le marché noir, le ravitaillement et le fonctionnement du contrôle économique au cours des années 1940 et de plusieurs contributions à des ouvrages collectifs, notamment l’Atlas de la France dans la Seconde Guerre mondiale (Fayard) ou le Dictionnaire historique de la France libre (Laffont).

Intervention de Fabrice Grenard

Cette intervention est basée sur un ouvrage publié en mars 2012 : Le scandale du ravitaillement. Détournements, corruption, affaires étouffées en France, de l’Occupation à la guerre froide, paru chez Payot. L’auteur s’intéresse à la gestion administrative (par quatre régimes différents) du ravitaillement de sa création en 1939 à sa suppression en décembre 1949. L’aspect « scandale » était un souhait de l’éditeur.

La loi Paul-Boncour du 11 juillet 1938 prépare la nation pour les temps de guerre. Elle doit permettre d’éviter les erreurs commises lors de la Première Guerre mondiale. Elle est le fruit des nombreux débats parlementaires de l’entre-deux-guerres. Dans son article 46, elle prévoit la possibilité de réquisitionner, de collecter et de distribuer des denrées agricoles et alimentaires.

En 1914, le rationnement n’avait pas été prévu, ce qui avait donné lieu à de nombreux scandales. Voir, à ce propos, l’ouvrage de François Bouloc, Les profiteurs de guerre (1914-1918), tiré de sa thèse et paru chez Complexe en 2008. À défaut de réglementation, c’est la loi du plus fort qui s’applique avec la pénurie, les prix élevés. Il faut attendre 1917 pour voir appliquer le rationnement et celui-ci n’est généralisé qu’en 1918.

En 1939, les pouvoirs publics disposaient donc des moyens légaux pour appliquer le rationnement. Le ministre de l’Agriculture Henri Queuille, un habitué du poste, est cependant favorable aux intérêts des agriculteurs. Il arriva à convaincre le conseil des Ministres de ne pas instaurer de rationnement généralisé et de ravitaillement. Il pense que la France a des ressources suffisantes pour tenir, notamment grâce aux colonies et aux partenaires commerciaux. Il estime que le rationnement est une mauvaise chose, car celui-ci risquerait d’entraîner une pénurie causée par un vent de panique né de l’annonce du rationnement. Enfin, il estime que laisser fonctionner un marché libre incite les agriculteurs à produire plus.

La France est donc le seul pays à ne pas se doter d’un rationnement entre septembre 1939 et le début de l’année 1940, sauf pour certains produits industriels et l’essence. Ainsi, l’Allemagne a imposé le rationnement depuis 1936, suivi par la Grande-Bretagne en 1939. Fort de cette position optimiste, Henri Queuille se présente en 1939 pour devenir président du Conseil. Il a souvent été accusé d’imprévoyance, de manque de courage. Avec du recul, ce choix n’est pas forcément si mauvais en avril 1940. Les stocks de sécurité sont tous au maximum. Treize millions de quintaux de blé sur les quatre-vingt millions produits annuellement sont stockés. Le non-rationnement est un peu une victoire psychologique pour les français, liée aux choix stratégiques opérés sur le plan militaire. La guerre anticipée devant être longue, on constitue des stocks. L’exemple pris est celui de l’Allemagne qui avait été vaincue en 1918 faute de ressources alimentaires suffisantes. Pour Henri Queuille, les allemands finiront par craquer et refuseront les restrictions alimentaires et, en conséquence, se débarrasseront d’Hitler. Cette question est au cœur de la propagande. Ainsi, en novembre 1939, des avions allemands lancent des tracts sur Paris expliquant que la population n’a pas l’esprit de guerre, ni de discipline. Henri Queuille y répond par la diffusion d’une brochure expliquant qu’il ne manque aucun produit en France, contrairement à l’Allemagne.

Le ministre des Finances, Henri Raynaud critique cette position. En septembre 1939, il oppose la politique du moral à celle de la sévérité, cette dernière étant bien évidemment plus courageuse. Pour lui, l’augmentation des importations impacte l’inflation. Donc réduire la consommation permettrait de limiter l’inflation. À plusieurs reprises, lors de réunions du conseil des Ministres, les deux ministres s’invectivent mais Édouard Daladier, le président du Conseil, donne systématiquement raison à Henri Queuille.

En février 1940, ce dernier est toutefois sur la sellette, car la politique agricole du gouvernement est débattue par les parlementaires. Il est attaqué très vivement. Il est possible de distinguer trois camps : ceux qui sont favorables à la politique d’Henri Queuille (la « Drôle de guerre » est la bonne logique et il faut donc tenir le plus longtemps possible), ceux des pacifistes, voire des défaitistes (Marcel Déat explique ainsi que l’absence de rationnement confirme le fait que la France n’est pas prête à faire la guerre), ceux qui considèrent que le refus de mettre en place un système de ravitaillement est une position attentiste. Ces derniers critiquent donc la politique menée par Édouard Daladier. Ces derniers arguments auront finalement raison d’Henri Queuille et d’Édouard Daladier. Une campagne de presse débute en février 1940 avec le développement des premières pénuries, notamment en matière de charbon. Le rationnement est présenté comme une forme de justice sociale, point de vue différent de celui présenté par Henri Queuille. Celui-ci explique en effet que ce sont des pénuries à éclipses (temporaires et limitées) et il accepte de prendre un certain nombre de mesures.

Henri Raynaud annonce la généralisation du rationnement par décrets-lois en mars 1940. Édouard Daladier quitte la présidence le même mois et il est remplacé par Henri Raynaud. Celui-ci met en place un service de contrôle des prix pour éviter la vie chère. Dans les mairies, on commence à acheminer les cartes de rationnement et les tickets au début du mois de mai pour une mise en service en juillet 1940. Ce système n’a pas pu entrer en vigueur à cause des événements militaires. En septembre 1940, le régime de Vichy applique donc une politique qui était, dans les faits, déjà prête.

La situation du pays durant l’été 1940 est catastrophique. Le pays est au bord de la famine, les stocks sont rapidement consommés. Pour le régime de Vichy, cette question est centrale. Entre juillet 1940 et la fin de l’année 1940, le ravitaillement est systématiquement le premier thème de discussion. Le 14 août 1940, Philippe Pétain explique, dans un discours à la radio, l’urgence du ravitaillement et du rationnement pour assurer la juste part à chacun. L’opinion publique y est favorable. Le rationnement entre en vigueur le 23 septembre 1940 et une administration nouvelle se met parallèlement en place : l’Administration du ravitaillement général, avec pour secrétaire général Jean Achard. Celle-ci est rattachée au départ au ministère de l’Agriculture, mais elle prend une autonomie grandissante. Cette administration n’a au départ que quatre-vingt fonctionnaires pour faire fonctionner. Le recrutement se fait notamment en direction des intendants militaires mis en disponibilité après la signature de l’Armistice du 22 juin 1940. Jusqu’à l’automne 1941, cette administration est une coquille vide. Dans les faits, ce sont les professionnels, organisés au sein des Bureaux nationaux de répartition (créés en octobre 1940) qui se chargent dans un premier temps du ravitaillement. Ils sont composés de représentants de commerçants, de négociants et de producteurs. Seule leur suppression a permis à l’Administration du ravitaillement général de prendre en main son domaine d’activité. L’attitude du régime de Vichy à l’égard des créations du Front populaire n’a pas été aussi négative que ses déclarations le laisse supposer. Un bon exemple est celui du maintien et de l’extension de l’Office national interprofessionnel du Blé en 1940.

Des plans généraux sont rédigés, mais ce sont les bureaux de répartition qui se chargent de la collecte et du transport. Ces répartiteurs sont en général des grossistes et des producteurs qui reprennent les circuits commerciaux de l’entre-deux-guerres, en avantageant prioritairement leurs anciens partenaires commerciaux. Ce système ne fonctionne pas et fait l’objet de nombreuses critiques. La ligne de démarcation, la zone interdite, le détachement du Nord-Pas-de-Calais met par terre, empêche la réalisation des plans définis au niveau central par l’administration. Les communications et la circulation des biens fonctionnent mal. Il y a de nombreuses fuites qui alimentent le marché noir. Dès la fin de l’année 1940, le ravitaillement est très impopulaire, première source de contestation de toutes les catégories de français. Il est insuffisant pour les consommateurs avec seulement 1 000 calories par jour, les détaillants contestent les inégalités dans la répartition des biens, les producteurs sont mécontents des prix fixés. Selon Pierre Laborie, dans son étude sur l’opinion publique des Français durant l’Occupation, le décrochage avec le régime de Vichy est daté au début de l’année 1941 et la cause première est le ravitaillement. Les manifestations de ménagères se multiplient ainsi à partir de la fin de l’année 1940, de manière spontanées ou organisées par le PCF clandestin.

Le ravitaillement devient la première préoccupation politique au cours des deux premières années du régime, avant d’être concurrencée par d’autres éléments, comme le Service du Travail Obligatoire (STO) à partir de février 1943. Les plus précoces contestataires sur la question du ravitaillement sont les collaborationnistes parisiens. Le journal L’Oeuvre publie ainsi de nombreux articles sur cette question, notamment au sujet des bureaux de répartition. Il s’agit d’un prétexte pour demander une politique plus autoritaire et plus dirigiste. Une deuxième campagne débute le 13 décembre 1940 avec le renvoi de Pierre Laval. C’est une campagne calomnieuse qui est menée contre Jean Achard, alors qu’il était plutôt salué par L’Oeuvre au début. Il démissionne en juillet 1941 et devient un des personnages les plus détestés de la période. Cette image le suivra dans le futur, y compris chez les historiens.

Pour la France libre, le ravitaillement n’est pas une question centrale. On insiste sur l’illégitimité, l’illégalité du régime de Vichy, sur la réalité des opérations militaires, sur l’Armistice. En 1941, les choses basculent avec l’apparition de l’émission Courrier de France sur la BBC qui lit des lettres envoyées. Elle est un témoignage important de la situation des français en France. Entre quinze et vingt pour cent de la production agricole française part chaque année en Allemagne et le blocus maritime de l’Angleterre ne concerne pas les navires transportant des denrées alimentaires.

La propagande du PCF clandestin est intéressante. Après des mois difficiles entre 1939-1940, il se reconstruit dans la clandestinité et mobilise contre Vichy et contre les Allemands. Il n’appelle pas à la lutte armée mais il s’attaque à la question du ravitaillement, des pénuries, du marché noir. Une des théories alors en vigueur est que ce rationnement a été organisé par les Allemands et les collaborateurs pour limiter la combativité des masses. Le PCF souhaite la mise en place de coopératives qui seraient plus démocratiques.

À la Libération se pose trois problèmes relativement simples : faut-il maintenir le ravitaillement et si oui, sous quelles formes et jusqu’à quand ? Il y avait l’idée, parmi les français, que la libération du territoire permettrait un retour rapide à la normale. La fin du prélèvement allemand devait permettre cela. Un geste se retrouve dans les grandes villes à la Libération : on déchire les cartes de rationnement. Le GPRF ne cache pas la réalité. Charles de Gaulle ne se penche pas sur ces questions, contrairement à Pierre Mendès France qui a une vision très pessimiste sur les problèmes de la reconstruction. Dans les instances locales de la Résistance (CDL), on n’est pas forcément d’accord avec les directives parisiennes qui demandent de reprendre contact avec les fonctionnaires du ravitaillement général. Des maires de communes, des chefs de la Résistance ont localement pris des mesures allant à l’encontre de cela : arrestations, exécutions, suppression brutale du ravitaillement, etc. Il faut plusieurs mois pour que les choses rentrent dans l’ordre, grâce à l’intervention des préfets de la République.

Le ravitaillement se maintient sous la forme mise en place par le régime de Vichy dans un deuxième temps : des comités centraux de ravitaillement ont été créés en 1941 en remplacement des bureaux nationaux de répartition. Ils sont placés sous la responsabilité d’un fonctionnaire et du préfet. Ces comités sont maintenus à la Libération. En 1946, le nombre de fonctionnaires atteint 26 000 agents. Cette administration déjà impopulaire, l’est plus encore après la Libération. Elle explique n’avoir eu qu’un rôle technique de répartition durant la guerre. Pour l’opinion publique, cela n’est pas aussi clair.

  • Sans cette administration, les allemands n’auraient pas pu réaliser leurs prélèvements, en lui facilitant le travail. Durant cette période, c’est l’administration qui symbolise le plus les contraintes et l’absence de libertés.
  • Le ravitaillement a pu, par ses enquêtes et ses répressions, mettre en péril la Résistance. Il fallait une fausse carte d’alimentation et de faux tickets de ravitaillement. Ainsi, on trouve trace de nombreuses affaires devant le Tribunal d’État, juridiction d’exception, de policiers qui ont remonté des filières en trouvant une fausse carte d’alimentation, en débusquant l’imprimeur et en récupérant les listes des bénéficiaires.
  • On demande également une véritable épuration des services de rationnement. En 1944, une grande assemblée nationale des CDL est organisée et des cahiers de doléances sont rédigés localement. Dans ces derniers, la question de l’épuration est toujours parmi les trois premiers points abordés.

À partir de la fin de l’année 1944 et du début de l’année 1945, les manifestations de ménagères se multiplient et grossissent, jusqu’à atteindre plusieurs dizaines de milliers de personnes. Elles sont encouragées par le PCF et ses organisations satellites.

L’Assemblée provisoire a des débats très vifs sur la question du ravitaillement. Paul Ramadier est pris à parti, régulièrement affublé par l’opinion publique de surnoms comme « Ramadiette » ou « Ramadan ». L’Assemblée lui demande d’épurer son administration. Il omet de le faire. Fin février 1945, un deuxième débat parlementaire a lieu sur cette question. Paul Ramadier est de nouveau pris à parti, notamment par les communistes et un franc-tireur, Jacques Debû Bridel. Dans la haute fonction publique, il fallait prendre des mesures très rapides et celles-ci devaient être prises avant le 15 février 1945. Des dossiers avaient été rédigés par un jury d’honneur, mais tous les hauts fonctionnaires furent libérés par Pierre Miné, secrétaire général au Ravitaillement du GPRF. Le jury d’honneur n’a pas pu faire son travail, Paul Ramadier bloquant les enquêtes.

Le ravitaillement reste donc en place avec les mêmes hommes. Tous les ministres qui se succèdent sur la période sont confrontés au dilemme dirigisme / libéralisme. Paul Ramadier démissionne mai 1945 et il est remplacé par Christian Pineau, un ancien résistant. Il a un discours opposé à celui, pessimiste, de Paul Ramadier. Il entame une tournée en Amérique du Nord et en Amérique Latine pour conclure des accords commerciaux. Le 1er novembre 1945, en prévision des élections, il impose au conseil des Ministres la fin du rationnement du pain. Tous les techniciens et l’Office National Interprofessionnel des Céréales (L’ONIC a remplacé l’Office National Interprofessionnel du Blé en novembre 1940) expliquent que cela est impossible, la récolte de 1945 ayant été inférieure à celles de 1943 et de 1944. Mais la machine est enclenchée, des manifestations saluant cette suppression sont organisées et Christian Pineau ne peut plus reculer. Comme prévu, le résultat est catastrophique : la consommation augmente de 30 % au lieu des 10 % prévus. Christian Pineau démissionne et il est remplacé par François Tanguy-Prigent. Le jour de Noël le rationnement est rétabli et la ration passe de 350 à 300 grammes. Pour l’opinion, cette manœuvre est incomprise et des manifestations très violentes ont lieu, à Tours par exemple, où la mairie est envahie et saccagée. La ration de pain est au plus bas durant l’été 1947 à 250 grammes, avant d’être définitivement supprimée à la fin de l’année 1948.

En janvier 1946, une enquête parlementaire est lancée devant la Chambre des Députés avec Christian Pineau en accusé. Ces débats donnent lieu à une attaque en règle, par le centre et la droite, des socialistes. Ils se servent de cet épisode pour renaître politiquement. La carrière de Christian Pineau se poursuit toutefois durant la Quatrième République, car il se transforme d’accusé en accusateur. Si la suppression n’a pas marché, c’est à cause d’un complot des grandes meuneries qui ont organisé des fuites vers le marché noir. Il demande une enquête parlementaire sur les grands moulins de Corbeil-Essonnes et l’affaire est enterrée.

La tension entre dirigisme et libéralisme se poursuit jusqu’en 1948-1949. On fait un peu du ni-ni. La carte de pain est supprimée, mais le prix du pain n’est pas libre, il reste fixé. Il y a aussi eu des phénomènes imprévisibles. Ainsi, le pain a été acheté abondamment par les paysans pour donner aux animaux afin de payer moins de taxes que pour l’avoine et le son.

Une autre décision absurde concerne la boucherie. On supprime la taxation à la production et la collecte de viandes mais on maintient la taxation chez les détaillants. Les prix augmentent rapidement à la production mais les prix sont fixés chez les détaillants, créant rapidement une situation intenable.

Discussion collective

Question 1. Quel est le lien entre l’administration du ravitaillement et la répression du marché noir. Est-ce la même administration ?

Il y a des scandales (par exemple celui du vin). Qu’est-ce que c’est ? Est-ce des bouffées de chaleur sans lendemains ?

Il y a pénurie, mais il y a aussi des choix qui ont été fait dans le premier plan quinquennal qui ont clairement sacrifié la consommation au profit des investissements et de la reconstruction. Ces choix-là sont-ils aussi dénoncés lorsque l’on critique la pénurie et le ravitaillement ?

Réponse 1. La répression du marché noir est complexe et mobilise de nombreux acteurs. Il y a au sein de l’administration du ravitaillement un corps d’inspecteurs chargés de traquer les faux tickets, de contrôler aléatoirement, etc. Au sein de l’administration des prix, un corps de contrôle vérifie les prix. La gendarmerie intervient aussi. Les contrôleurs du ravitaillement général sont recrutés sur concours et ont un pouvoir d’enquête. Le directeur régional peut donner une amende et demander une réquisition.

Concernant les scandales, il y a les « faux-faux » scandales de type Achard, calomnieux. Il y les « vrais-vrais » scandales avec des affaires effarantes, mettant en cause des personnalités très hauts placées. Les cantines du régime de Vichy se sont systématiquement approvisionnées auprès du marché noir. Une procédure judiciaire est ouverte après enquête de l’administration des prix. Philippe Pétain adopte un décret en octobre 1942 annulant toutes les poursuites contre les fonctionnaires ayant été mis en cause lors de ce scandale. Enfin, il y a les « vrais-faux » scandales, comme celui du vin. Il y avait des stocks importants de vin en Algérie qui pouvaient permettre d’améliorer le quotidien. Un ministre du ravitaillement, Yves Farge, découvre que le vin qui devait être importé a été détourné et vendu au marché noir. Une commission d’enquête est nommé, un rapport est publié et on se rend compte de l’incompétence de certaines personnes qui se retrouvent à des postes auxquels elles n’auraient pas dû être. Ainsi, aucun appel d’offres n’est fait, il y a un manque flagrant de culture administrative. Il n’y aura aucune condamnation chez les politiques, davantage chez les commerçants.

Les rapports d’opinion des Renseignements Généraux montrent que l’opinion publique ne saisit pas bien les enjeux de la planification. Ce qui ressort, c’est que le ravitaillement ne fonctionne pas car il est resté sur le modèle de Vichy. On voit ainsi apparaître l’idée d’un complot de la Cinquième colonne qui cherche à affaiblir la France avec la poursuite du rationnement.

Question 2. La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a les mêmes missions. Y a t-il une continuité ?

Réponse 2. Non, l’administration du ravitaillement a été démantelée progressivement. Il y a par contre une filiation entre l’administration des prix et la DGCCRF. Ces nouvelles administrations ont beaucoup recruté dans les services extérieurs, parmi les douaniers ou les militaires, qui sont ensuite retournés dans leurs services d’origines après-guerre.

Question 3. En 1946-1947, il y a eu de nombreux incendies de granges agricoles et de hangars ? Suite d’accidents ou volonté délibérée ?

Réponse 3. Il y a des rancœurs sociales sur le plan local suffisamment fortes pour engendrer ce type d’actions. Il y a deux lignes de fractures, entre résistants / collabos et entre ceux qui ont souffert et ceux qui n’ont pas souffert. Marc Bergère parle « d’épuration de voisinage » pour évoquer ces éléments. Dans Maquis noirs et faux maquis, il est démontré que, devant une autorité quelque peu défaillante, des personnes en profitent pour organiser le racket : la vie contre les stocks alimentaires. Cette situation dure parfois jusqu’à l’été 1945. Mais il n’y a pas une organisation particulière qui met en place ces incendies.

Question 4. Il faut souligner l’importance de la solidarité, des échanges de colis entre les régions. Les prisonniers en Allemagne bénéficient de cet approvisionnement. Il y a de quoi manger, mais pas de tout semble-t-il.

Réponse 4. Il y a un troc administratif tout à fait officiel. Le Languedoc, qui ne produit que du vin, échange des produits alimentaires contre celui-ci. Il y a l’image idéale, avec des départements qui seraient potentiellement subsistants, mais la réalité de la guerre empêchent sa réalisation. Des économies régionales se mettent progressivement en place. Les colis familiaux, tout d’abord interdits, puis autorisés par Vichy en octobre 1941 par Paul Charbin, successeur d’Achard, permettent d’améliorer le quotidien des gens des villes, qui peuvent recevoir des denrées alimentaires de la part de la famille restée à la campagne. Ceci remet en cause l’idée que la ville récriminait contre l’attitude de la campagne. En 1942, treize millions de colis familiaux ont été envoyés. C’est ce qui a permis de ne pas mourir de faim en France à cette époque. Alfred Sauvy, qui fait une étude à l’époque, estime qu’avec le rationnement, le colis familial, la cantine et le marché noir, on atteint 2500 calories par jour.

Question 5. Comment se fait-il que des départements producteurs soit déficitaires ?

Réponse 5. La ration officiel de lait est la plus basse dans le département de la Manche qui en produit pourtant le plus. La collecte est très souvent mal organisée.

Question 6. La collecte, comment ça se passe ?

Réponse 6. À partir de 1941, l’administration centrale définit des quantités à partir des chiffres d’avant-guerre. Le préfet, avec le directeur départemental du ravitaillement, définit les contributions et envoie aux maires qui se chargent ensuite de répartir localement les productions, le tout contrôlé par la corporation paysanne. À partir de 1943, beaucoup de maires, de syndics locaux de la corporation paysanne démissionnent. Ensuite, dans les régions où les maquis sont puissants, il y a une pression importante sur les maires. Résultat, ce ne sont souvent que 20 à 30 % qui remontent à l’administration centrale.

Question 7. À la Libération, le rationnement est politiquement un échec, mais techniquement ? Les contraintes de Vichy ont disparu.

Réponse 7. Les oppositions subsistent, car on dénoncent le fait que ce sont des collaborateurs qui restent en place. Et donc on ne livre pas, les fraudes se généralisent. En période de pénuries, le paysan produit plus pour lui et moins pour la vente. Cela ne marche pas mieux après la Libération.

Question 8. Quelle est l’évolution du nombre de calories journalières ?

Réponse 8. En 1944, le rationnement est à 900 calories par jour, il remonte un peu après, autour de 1 200 et 1 500 calories, mais jusqu’à la fin de l’année 1946, le sentiment est que l’on est moins bien nourri. Il y a un consensus sur les choix politiques et économiques en terme de reconstruction et de planification. Il y a eu une erreur d’interprétation sur les possibilités d’importations réelles. Seul 1/3 des produits arrivent car les ports sont détruits, il y a pénurie de bateaux. Il y a un vrai décalage entre ce que l’on pouvait espérer et le résultat concret.

Question 9. Cette expérience de dirigisme a des conséquences sur les politiques publiques. Est-ce que cela contribue à un retour du centre et de la droite ?

Réponse 9. Le PCF veut un rationnement fondé sur des coopératives, limiter le nombre d’intermédiaires, le tout contrôlé par des comités de ménagères. Le MRP veut supprimer le rationnement, les contraintes. La SFIO, il y a de tout. Le tripartisme n’est donc pas d’accord sur cette question. Maurice Thorez reconnaît que l’affaire du vin a été montée en épingle et utilisée politiquement.

Prochaine séance : 17 janvier 2013. Charlotte Vorms, La politique de l’administration franquiste face au développement des bidonvilles dans les années 1950 et 1960 à Madrid : entre encadrement des populations et répression.

Claire Andrieu. La Résistance comme mouvement social

Compte-rendu de l’intervention de Claire Andrieu au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème La Résistance comme mouvement social, séance du jeudi 2 février 2011, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Claire Andrieu est spécialiste en histoire politique de la France contemporaine, notamment de la période de l’Occupation. Elle est membre du Centre d’Histoire de Sciences Po et chercheuse associée au Centre d’Histoire Sociale.

Intervention de Claire Andrieu

La Résistance est-elle un mouvement social ? Cette question m’a fait plaisir car elle répond à l’une de mes préoccupations actuelles. Le recours aux sciences sociales et notamment à la sociologie, peut aider à unifier les milliers de travaux sur la Résistance française de 1940 à 1945.

Dans un premier temps, je propose de nous interroger sur la définition des termes « mouvement social » et « résistance ».

I. Définitions

Définition du mouvement social

Une définition minimaliste du mouvement social peut être la suivante : « action collective revendicative ». Ce terme désigne, selon un usage courant, la grève d’un service public. Cet usage courant a un côté dimensionnel que l’on va retenir : le mouvement social a une dimension sociale. Quelques individus isolés ne font pas un mouvement social.

Je vous propose une brève généalogie de l’expression en partant des catalogues de la Bibliothèque Nationale de France et de la Library of Congress.

Dans le catalogue de la BNF, l’expression « mouvement social » apparaît à la fin du 19ème siècle pour désigner des revues issues de la démocratie chrétienne, surtout catholique, proches des préceptes de la morale sociale de l’Église (Rerum novarum). Cette expression désigne la mouvance militante catholique qui agit en direction des couches les plus pauvres et elle désigne en même temps le mouvement nécessaire, l’évolution devant améliorer la situation des plus pauvres. Cela part également du constat qu’il est insuffisant de faire appel à la législation sociale. L’engagement patronal, à travers le paternalisme, est également sollicité.

Un exemple de revue : Le mouvement social dont la parution est annoncée en 1880 à Lyon.

Jusqu’en 1940, il semblerait que l’expression « mouvement social » soit connotée catholique de droite, d’autant plus que durant l’entre-deux-guerres, l’expression est reprise par les Croix de feu.

En 1960, le centre d’histoire de la rue Malher utilise cette expression comme titre de revue, en s’inscrivant dans une militance syndicaliste, socialiste et communiste également ouverte aux anarchistes. Il est également signaler que la revue est soutenue par un comité regroupant des représentants de coopératives ouvrières et des organisations patronales et syndicales de toutes tendances.

Ernest Labrousse, dans l’avant-propos du premier numéro du Mouvement social, qui est consacré aux militants ouvriers du 19ème siècle. Il positionne la revue dans l’idéologie du progrès. Le centre s’appelle à partir de 1966 « centre d’histoire du syndicalisme » qui devient en 1978 le Centre de Recherches d’Histoire des Mouvements Sociaux et du Syndicalisme. Ce changement de dénomination illustre la volonté de distinguer le syndicalisme des mouvements sociaux. Le mouvement social semble déborder le syndicalisme.

Entre le 19ème siècle et la seconde moitié du vingtième siècle, on est passé des Blancs aux Rouges, cette expression « mouvement social » a pris une connotation ouvrière.

Dans le catalogue de la Library of Congress, la chronologie est proche mais le sens actuel, laïque apparaît tout de suite en parallèle, contrairement à la situation française où il existe un sens majoritaire militant catholique. Trois exemples tirés de la Library of Congress :

  • Werner Sombart, Socialisme et mouvement social au XIXe siècle, Paris, Giard et Brière, 1898.

  • John Franklin Jameson, The American revolution considered as a social movement, Princeton, Princeton university press, 1926.

  • Éric Hobsbawm, Social bandits and primitive rebels : studies in archaic forms of social movement in the 19th and 20th centuries, Glencoe, Fress Press, 1960, 208 pages.

Une autre spécificité des ouvrages de la Library of Congress : les 4/5ème des ouvrages référencés sont parus après 1980.

Conclusion. Les « mouvements sociaux » ne sont pas forcément de gauche et ne sont pas forcément ancré dans le mouvement ouvrier. Ce n’est pas non plus forcément une expression du vingtième siècle.

Définition de la Résistance

La définition de la résistance pose plusieurs difficultés. La Résistance (avec un grand « R ») se définit comme la « résistance organisée ». Par le terme de Résistance, l’historiographie tend à privilégier la résistance intérieure, tout comme De Gaulle le faisait. On peut la résumer par le sigle CNR. Mais la distinction intérieure / extérieure est visible dans les documents résistants à partir de 1942.

Une réflexion ambitieuse ne devrait pas se limiter à la résistance intérieure car les deux se construisent l’une avec l’autre.

Le mouvement social est partiellement déterminé par le contexte dans lequel il se trouve et les forces auquel il se heurte. C’est pour cela que la résistance extérieure ne sera pas trop abordée aujourd’hui.

Faut-il uniquement s’attarder sur la résistance organisée ? Je ne le pense pas, il est également important d’inclure la « résistance civile ». Ma conviction est que celle-ci est le terreau de la résistance organisée. Ce terme de « résistance civile » a été vulgarisé par l’ouvrage du sociologue Jacques Sémelin intitulé Sans arme face à Hitler. La Résistance civile en Europe (1989). Cet ouvrage s’est inspiré d’un important débat allemand sur l’existence ou non d’une résistance en Allemagne. Martin Broszat a opéré une différenciation entre « Widerstand » et « Resistenz », cette dernière étant une résistance majoritairement individuelle, discrète voire secrète. Pour ma part, j’adhère à cette distinction. Il n’y a pas eu de Résistance allemande, mais de grands résistants allemands et, à côté, un simple refus du système, un retrait pur et simple de toute vie sociale.

En France, à côté de la résistance organisée, existe une « résistance civile » faite de milliers de petits actes oppositionnels. Cela va dans le sens de la définition donnée par Pierre Laborie qui considère qu’il faut restreindre la notion de résistance aux actes ayant pour but de nuire à l’ennemi. Les questions ne sont pas simples. Le marché noir est illégal, mais est-ce pour autant de la résistance ? La frontière est ténue entre résistance civile et résistance tout court. J’avais abordé cette question dans un article sur la place des femmes dans la Résistance organisée (Lire le dossier « Femmes en Résistance à Ravensbrück« , Histoire@Politique. Politique, culture, société, n°5, mai-août 2008). Geneviève De Gaulle (18 ans en 1940) est à Rennes et arrache un fanion nazi qui flotte sur un pont de la ville. Est-ce de la résistance, de la résistance civile ? Est-ce nuire à l’ennemi ? Difficile à dire. Germaine Tillon en 1940 donne sa carte d’identité à une amie portant un nom israélite. La même question se pose. Il est difficile de fixer des limites claires. La multiplication des pratiques visant à gêner l’occupant (faire trébucher un soldat par exemple) créé un climat, une ambiance. Cette multiplication des actes d’incivilités contribue à créer un contexte permettant à faire émerger une résistance organisée. Ce contexte est mal-connu car il existe peu de sources à l’exception des archives judiciaires : une petite partie de celles-ci a été conservée, avec 12000 procès de personnes condamnés par des tribunaux militaires allemands. À l’intérieur, quelques actes de résistances caractérisés mais c’est principalement des délits mineurs que l’on peut y voir (les insultes, les rixes dans les bars) et qui peuvent être vus comme autant d’éléments de résistance. Ce n’est pas le fait d’originaux germanophobes, loin de là.

II. La résistance au crible de l’analyse des mouvements sociaux

Deux manuels basiques de sociologie ont été utilisés pour cette rapide étude.

Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, collection Repères, 1996.

Lilian Mathieu, Comment lutter ? Sociologie et mouvements sociaux, Paris, Textuel, 2004.

Ce que la résistance n’est pas

Elle n’est pas un mouvement social au sens de la théorie du choix rationnel qui vient des USA, s’est développée dans les années 1960-70. C’est une école au départ d’économistes qui se sont tournés vers la sociologie et qui ont appliqué aux comportements collectifs la théorie de l’action rationnelle, du choix rationnel. Cette lecture économiste fonctionne très mal pour la résistance. Le plus connu est Mancur Olson (avec son ouvrage Logic of Collective Action, Harvard University Press, 1965 traduit en Logique de l’action collective, PUF, 1978) avec l’exemple célèbre du gréviste adoptant la théorie du passager clandestin après un calcul coût/avantage. Le problème posé est de réduire le coût de l’engagement et d’augmenter les avantages. Comment mobiliser le non-résistant et dans quelle action voit-on ce calcul jouer un rôle substantiel ? Là où son rôle est avéré, c’est dans la presse résistante de 1940-1942 où il fallait éviter de faire l’éloge de la République ou de faire la critique du Maréchal Pétain, éviter la question délicate du statut des juifs à cause de l’antisémitisme latent dans la société française. Il y a eu un calcul rationnel fait par une partie de la presse résistante. Mais de manière générale, le coût de l’engagement, les risques sont mis en avant par les résistants.

La théorie de la mobilisation des ressources est une radicalisation, dans les années 1970 d’une thèse de Mancur Olson. Il s’agit encore d’une théorie de l’offre. L’idée est que toute société génère une dose de mécontentement constant. De temps en temps se crée une structure d’offre (la Social Movement Organization – SMO) qui sert de moteur pour créer une mobilisation. La concurrence et la multiplication des SMO engendrent des SMI (Social Movement Industry) et finalement des SMS (Social Movement Sector). Il y a un système de rémunération qui se met en place avec la professionnalisation des militants. Dans certains cas, cette théorie peut s’appliquer à la résistance. Sur les évasions, les aviateurs anglais et canadiens se retrouvent bloqués en France et certains français vont partir en Grande-Bretagne pour se former à créer des réseaux de rapatriement des anglais et canadiens. Il y a une structure d’offre qui se créé. On peut faire le même constat avec la transmission des savoirs techniques pour le sabotage. Exemple de l’ouvrage de Jeanne Bohec, Plastiqueuse à bicyclette. Il y a depuis Londres une structure de formation. Jean Moulin est présent pour fédérer les différents mouvements dans une seule organisation. Il est un « entrepreneur » de mouvement social. Sur la concurrence, on peut observer des concurrences entre résistants, surtout au niveau des états-majors des organisations. À l’automne 1942, lors d’une grève à Lyon, des tracts signés par le PCF et Combat sont distribués. Ce tract a fait prendre conscience aux anti-communistes qu’il fallait être au niveau : cette concurrence a créé une saine émulation ! L’acceptation de la création du CNR est une forme d’auto-contrôle des uns et des autres.

Le principal défaut de ces théories pour les historiens est que l’on est dans l’objectivisme et du coup, le vécu, la subjectivité des acteurs est oubliée. Alberto Melucci, sociologue italien, parle de sociologie sans acteurs. Il y a une part d’inestimable dans la résistance : les valeurs, l’estime de soi. Cette dimension non mesurable joue un rôle essentiel. Écarter le non-valorisable au sens commercial du terme, c’est passer à mon sens à côté de l’essentiel. Une autre limite réside dans le fait que les analyses sociologiques portent en général sur des mouvements se développant dans des contextes de liberté et de démocratie. Il est intéressant d’étudier les mouvements sociaux dans les contextes autoritaires ou totalitaires.

La résistance n’est pas un nouveau mouvement social (NMS). Cette idée a émergé après mai-juin 1968 avec Alain Touraine et Ronald Ingelhart. Cela va avec l’idée que depuis les années 1960, on serait entré dans une société post-industrielle, post-matérialiste avec un éloignement de la perception de la société en classes sociales vers une société perçue comme morcelée, segmentée. Les objets de ces NMS sont les féministes, les homosexuels, les régionalistes, certains consommateurs. Pour les formes, il y a souvent une recherche de la démocratie directe, un refus de la délégation, des sit-in, des occupations, des assemblées générales, des actions spectaculaires diverses, un désintérêt pour ce qui se passe sur la scène étatique et parlementaire, une volonté de se regrouper par communauté. Cela ne marche pas du tout pour la résistance. Ce n’est pas la résistance qui fait bouger les questions féministes. Les résistants ne sont pas des homosexuels militants. Pour le régionalisme, même constat. La résistance était jacobine, centralisatrice à Paris et non à Vichy ou Alger. Les résistants avaient un intérêt important à chasser du pouvoir Vichy et les allemands. La résistance est un mouvement qui se créé par en bas, tous les chefs locaux ont du souffrir et accepter la centralisation. Quand ils ne l’ont pas accepter, on en connaît les conséquences (Henri Frenay de Combat s’est vu refuser la direction de la résistance). La valeur mobilisée, c’est la souveraineté nationale.

Qu’est-ce qu’a pu être la résistance ?

C’est un mouvement identitaire et « communautaire ». Les travaux de sociologie sur les mouvements de libération nationale sont malheureusement peu nombreux.

Un mouvement identitaire. Cette notion est problématique, puisque l’on assiste à une multiplicité des identités. Il y a tout de même des mobilisations de type identitaire. Les sociologues américains considèrent que les sociétés contre l’intempérance (de lutte contre l’alcoolisme) étant des sociétés de type identitaire car l’intempérance mettait en jeu l’identité américaine.

L’identité française est opprimée dans le présent et menacée dans son devenir si la culture française doit être remplacée par la culture nazie ou même allemande. Potentiellement, le français s’est senti atteint, selon une dichotomie classique « nous » / « eux ». C’est ce qui fait la force de la résistance.

L’avant-propos collectif au Dictionnaire historique de la résistance est particulièrement éloquent : « pour nous, c’est une caricature et un détournement de sens que de limiter la Résistance à une minorité, équivalente à celle des « collaborateurs », et supposée être, comme ceux-ci, isolée dans le pays. Réduire la majorité de la population à une masse résignée, voire complice et s’accommodant tant bien que mal de l’Occupation, conduit à occulter un fait majeur : la Résistance fut un processus social, elle n’a pu exister, vivre et se développer que dans la dynamique des liens tissés dans et avec la société française ». Cette vision des choses n’est pas partagée par tous les chercheurs. Pour Philippe Burrin ou Robert Paxton, la résistance est une minorité activiste dont une part importante de communistes.

Daniel Gaxie utilise un concept intéressant qu’il appelle l’effet « surrégénérateur » : plus le militantisme est coûteux, plus il va générer de militantisme. Albert Hirschman l’a désigné sous le terme « paradoxe du pèlerin ». La difficulté de la lutte fait la rétribution du militant. Pour arriver dans cette spirale, il faut que ce soit une identité cruciale qui soit mise en jeu. Un individu isolé (un dissident en URSS) ne constitue pas un mouvement social. Les résistants n’étaient pas seuls. Il faut prendre en compte le contexte, en les comparant. Il y a 60 000 déportés de la résistance, le nombre d’emprisonnés de la résistance étant plus nombreux. 260 000 combattants de la résistance ont été reconnus comme tels et 600 000 personnes ont demandé à être reconnues comme résistants armés.

Un exemple un peu lointain. L’insurrection vendéenne a été réprimée avec violence. Sous la Restauration, les vendéens ont pu déposer des dossiers d’indemnisation. On ne trouve que 4-5% de personnes reconnues comme combattants de la « Vendée » sur l’ensemble de la population des régions soulevées. Je prend cet exemple lointain pour démontrer que pour raisonner sur le militantisme en période de répression, il faut prendre des précautions.

La distinction de Charles Tilly entre mouvement social archaïque et mouvement social moderne, avant et après 1850 (cf. la séance précédente) ne fonctionne pas. Il y a des aspects archaïques et des aspects modernes dans la Résistance.

Des exemples de manifestations utilisant les rites traditionnels. Un exemple tiré d’un témoignage : À Noël, en 1942, à Montbéliard, l’archiprêtre de la cathédrale fit mettre une étoile jaune sur le Jésus dans la crèche. Autre exemple, la participation de plusieurs centaines de personnes lors des enterrements d’aviateurs (Nous avons des photographies et de nombreux témoignages et écrits). Autre exemple, les graffitis (des « V », des « croix de Lorraine »). Dans un contexte de pénurie, apporter trois pommes de terre à un voisin est un geste de résistance civile. On pourrait comparer les maquis aux maquis des bandits d’Hobsbawm. Je pense qu’il faut prendre ces petits actes quotidiens au sérieux, il faut les rapporter au contexte de la période. Cela brouille les lignes entre archaïque et moderne.

La résistance est un construit collectif, notamment issu de trois années de travail militant (1940-1943). Je vous recommande le début du travail de Lilian Mathieu qui décrit comment le collectif est une construction. L’aboutissement, c’est le CNR. On y aboutit par des négociations très longues qui commencent tout à la base, sans qu’il soit question d’un conseil national. Des facteurs extérieurs (Général de Gaulle par exemple) ont permis de catalyser ce travail, mais il y avait au départ un travail à la base. Certains petits mouvements locaux se sont fédérés (par exemple dans Combat) et ces fédérations successives auraient peut être fini par atteindre l’échelon national, mais l’intervention de la résistance extérieure a accéléré le mouvement d’unification, car le général De Gaulle devait prouver aux alliés l’unité de la résistance. Ce qui est spécifique au CNR, c’est qu’il a réuni l’ensemble des organisations de la résistance, les syndicats et presque tous les partis politiques. Cette fédération d’organisations hétéroclites est spécifique au cas français. En Pologne, le clivage communiste / non-communiste n’a pas pu être surmonté. Au Danemark, la non-dissolution du Parlement a laissé de côté les partis politiques qui avaient continué de siéger. La résistance française a été particulièrement constructive et constructiviste, en mêlant les organisations de résistance et les organisations antérieures traditionnelles, comme les partis et les syndicats.

Dans la résistance, il y a construction du collectif par des individus. Max Weber, dans Économie et Société (1922) explique que l’action collective est une action entraînant immédiatement des interactions entre les individus. Norbert Elias contredit cette thèse. Il y a dans les années 1940-1941, de nombreux français qui s’exposent. Il y a un caractère systématique du sauvetage des aviateurs alliés qui sont immédiatement hébergés alors qu’il s’agit pour les allemands d’un acte de guerre (puni par la déportation). On est dans une logique identitaire, les anglais sont des alliés, les allemands sont des ennemis, j’aide les anglais : il n’y a pas besoin de lire la presse clandestine pour cela. On peut considérer que ces individualismes parallèles font partie du terreau qui va permettre la Résistance. Le témoignage des convoyeurs de ces aviateurs sont parfois drôles. Il y avait des étables entières d’anglais en Bretagne qui attendaient d’être rapatriés !

Discussion collective

Question 1. Au sujet de la résistance civile, y a-t-il eu une analyse sociologique des « justes » ? Quelle est la part des actions individuelles et des actions organisées ?

Réponse 1. C’est en cours. J’ai essayé de le faire en partant du Dictionnaire des justes mais ce n’est pas assez précis. Claire Zalk s’intéresse beaucoup à la sociologie des justes aujourd’hui. Pour la reconnaissance des justes, ce sont surtout des actions individuelles, effectuées dans le cadre d’une action de l’État d’Israël. Il est nécessaire qu’une personne sauvée désigne une personne l’ayant aidée. C’est un biais important. Le dossier des « justes » ne sont pas très précis : un lieu, un nom mais pas de détails sur les actions elles-mêmes.

Question 2. C’est déjà une forme d’institutionnalisation. Le fait de ne rien faire, n’est-ce pas déjà un geste ? On a plusieurs cercles d’actions véritables, individuelles et collectives qui impliquent les gens de diverses manières.

Réponse 2. La littérature américaine accuse les témoins. Mais elle oublie les témoins qui se taisent et oublient de parler et qui, de cette manière, sauvent des vies. Il faut recueillir vite les aviateurs, avant que les allemands n’arrivent. C’est clair ici qu’il y a un refus d’identification à l’occupant.

Question 3. Durant le colloque sur le syndicalisme durant la résistance, nous avions mis en lumière des faits similaires qui ne sont pas non plus comptabilisés.

Question 4. Quelle est la part dépendant de la ruralité, de l’interconnaissance poussée dans les campagnes. Quelle est la différence entre la ville et les banlieues ?

Réponse 4. Je ne saurais pas répondre sur la différence entre ville et campagne. Pour les enterrements, cela se faisait surtout dans les petits villes et villages. Dans les grandes villes à forte concentration allemande, c’était difficile. Je voudrais m’inscrire en faux contre une certaine littérature sur les paysans (par exemple Eugen Weber, La fin des terroirs). Il prend au pied de la lettre ce que racontent les campagnards durant la seconde moitié du 19ème siècle. Il faut arrêter d’expliquer que les paysans ne sont pas dans la politique. Je crois avoir ici un bon exemple avec la résistance civile dans les campagnes.

Question 5. Au sujet de la mise en avant des risques encourus. C’est aussi une question de sécurité, pour appeler les militants à faire attention. En même temps, lorsque l’on voit des tracts, des consignes, on pousse parfois à une témérité folle : entrer dans les épiceries qui profitent et les piller, pavoiser, c’est quand même s’engager dans des actes symboliques et faire prendre des risques disproportionnés. Il y a les deux me semble-t-il.

Réponse 5. Oui, il y a l’exemple du maquis d’Oyonnax qui défile en 1943 et qui subit après la répression. Pour ce qui est de pavoiser, cela était-il pris au pied de la lettre ? N’est-on pas dans une utilisation routinière du vocabulaire ? Si on prend les appels de la France libre, ce sont des consignes a minima au départ.

Réponse 5 bis. Il existe un mémoire sur les grèves à Paris durant l’Occupation. À partir de 1942, on a de très nombreux appels à la grève. L’étudiante a trouvé de nombreuses grèves de militants CGT-U qui ne s’insèrent pas dans la chronologie des appels « nationaux ». Ce ne sont pas que des mots. Il me semble que ces mots permettent de donner du sens à des actions éclatées. Il y a aussi des appels à manifestation pour tromper l’ennemi. Curieusement, ce sont les gaullistes qui sortent le Premier mai. Les communistes sont sur plusieurs fronts, dans d’autres terrains et ils ne prennent pas de risques inutiles.

Réponse 5 ter. Il existe des photographies et un témoignage d’une manifestation mi-1941 près de la statue de Jeanne d’Arc. Elle a été prise en photo par un gendarme (fonds d’archives récemment déposé au musée de la Résistance de Champigny) et durant laquelle il témoigne qu’il y a eu des cris.

Question 6. Est-ce une forme de résistance civile de prendre des photographies pour les mettre dans une boite ?

Réponse 6. Je considère que oui. Joachim Fest qui raconte la vie de son père durant la guerre explique qu’il a survécu parce qu’il a coupé les liens avec tous ses contacts, sauf avec un voisin juif. Est-ce de la résistance ? Il a accepté une forme de mort sociale, il s’est coupé de la société. Il a seulement été mis en danger d’une certaine façon par ses enfants qui refusait de suivre l’intégration hitlérienne.

Question 7. Je conseille la lecture d’un livre d’Hans Fallada, Seul dans Berlin, sur la résistance individuelle. Il met dans les cages d’escalier des cartes contre la guerre. Il s’enferme de plus en plus, il y a un repli sur soi.

Réponse 7. Il existe aussi un livre passionnant sur une femme des services secrets français qui, après avoir été emprisonnée, réussit à s’enfuir et à survivre à Berlin durant de longues semaines.

Question 8. Vous avez parlé de la résistance allemande. Vous considérez que il n’y a pas de Résistance, mais que pensez-vous de la résistance communiste ?

Réponse 8. En Allemagne, la répression a été telle qu’il est difficile de mener la résistance. L’identité allemande n’était remise en cause que pour ceux pour lesquels le nazisme ne correspondait pas à cette identité. Même si je ne maîtrise pas bien cet aspect de la résistance.

Question 9. On reste dans des formes politiques qui ont du mal à s’articuler. En France, la politique continue de se mener sous d’autres formes. Il y a une socialisation des pratiques, le front national s’organise par branche professionnelle. On passe par des choses qui se donnent comme sociale.

Question 9 bis. La politique du PCF est clairement orientée vers le social. Il applique un mode d’action qui lui est congénital à une période qu’il connaît mal, la clandestinité. D’autres mouvements s’y mettent aussi, comme les MUR, avec des résultats inégaux. Tout le monde n’arrive pas avec le même bagage (savoir-faire, pratique militante et d’engagement). Il doit exister un clivage entre résistances communiste et syndicaliste et les autres. Il y a une tradition chez les communistes de travail non-visible et un type d’engagement fait de consignes, de mots d’ordre, de centralisation. Une comparaison serait peut être possible avec les militaires.

Réponse 9. L’organisation de résistance armée (ORA) n’a pas été très étudiée mais il serait intéressant de voir comment ils se sont disposés. Le parallèle avec le PCF serait intéressant. Sur la résistance allemande, je voulais dire que chaque réseau en quelques mois subissait une répression féroce. Cela a toujours été embryonnaire. Il y a peut être eu une résistance mais elle n’arrive pas à former un mouvement social. Les aviateurs britanniques tombés en Allemagne ne sont pas tous lynchés, certains civils allemands traitent normalement les aviateurs.

Question 10. Les études de Ian Kershaw sur l’opinion allemande montre quand même des déterminations sociales collectives. Pour lui, cela a un sens. Le positionnement dépend du contexte, des questions sociales et économiques.

Question 11. Pour compléter, j’ajouterai les travaux d’Alf Lüdtke.

Question 12. Peut-on considérer que le mouvement de résistance italienne est un mouvement social ? Il y a volonté de récupérer le pouvoir après la chute du fascisme et le départ des troupes allemandes.

Réponse 12. La résistance italienne existe et s’est construite sur le modèle français avec une implication très forte du Parti d’action et du Parti communiste. C’est une résistance multipartite qui se forme à partir de 1943, à partir du moment où l’Italie est occupée. On revient sur la question identitaire.

Question 13. En France, quelle est la place de l’antifascisme, est-ce un élément identitaire déterminant ?

Réponse 13. Les mouvements politiques en temps de paix mobilisent un personnel qui n’a rien à voir avec celui mobilisé en temps de résistance, qui nécessite un engagement particulier. C’est un type de militant prédisposé à cet engagement qui n’a rien à voir avec la logique de l’engagement politique que l’on peut avoir en temps de paix.

Question 13. C’est une discussion que l’on a eu avec Paul Boulland sur la gestion des cadres après la Libération. Le militant complètement imprégné par les qualités nécessaires pour la Résistance n’est plus le militant dont le PCF avait besoin en 1946-1947. Les besoins du PCF ne sont pas les mêmes.

Question 14. Un contre-exemple. Jean Moulin n’est pas parti en Espagne, il n’a pas fait l’épreuve de la guerre et pourtant il a œuvré pour aider la République espagnole. Y a-t-il une filière antifasciste ? Y avait-il un rejet du PCF pour un certain type de militant comme Georges Guingouin qui se prenait pour Mandrin ou Robin des bois ?

Question 15. Vous avez une proposition sur les motivations (« eux » et « nous », le terreau). J’ai un schéma en tête qui me laisse à penser que cela permet des mouvements de soulèvement de masse, et pas seulement des organisations. Sur le profil résistant et la marginalisation par le PCF : y a t-il des travaux reliant ce phénomène et la reconstitution de réseau d’extrême-gauche (exemple de Roger Pannequin). Sur l’Espagne et les militants étant partis combattre : il existe des contre-exemples de militants libertaires, formés à la guerre clandestine et revenus en France qui ne se sont pas intégrés à la Résistance.

Question 16. Entre le profil politique résistant et le profil politique civil. Est-ce un choix qui est opéré par la personne elle-même ou est-ce un choix des états-majors ?

Réponse 14-15-16. Tous les chemins mènent à Rome : il y a par exemple, mais pas seulement, une filière communiste qui mène de l’usine à l’Espagne puis éventuellement à la Résistance. Il y a plusieurs anti-fascismes. L’année 1940 est une rupture inimaginable. Il y a eu des conséquences personnelles : les réseaux amicaux ont été bouleversés. Dans l’état actuel des connaissances, il y a eu une non-prédictibilité de l’engagement résistant. Sur le mouvement de libération nationale qui est un mouvement de masse, il faut bien voir que la répression anti-coloniale n’est pas la répression nazie. Il n’y a pas la même intensité de répression. Je vois mal une manifestation de masse sous l’occupation. (Intervention de complément : Il y a eu des mobilisations de masse à Athènes durant l’Occupation). Sur Roger Pannequin, il y en a eu quatre ou cinq de ce type, tous les profils sont possibles. Des exemples de brigadistes qui n’entrent pas dans la Résistance, ce n’est pas étonnant. Il y a des bifurcations, différents types de parcours difficiles à prévoir. Pour les choix, tous les profils sont là aussi possibles. La notion de profil est assez adaptée, car elle est suffisamment souple pour prendre en compte les choix multiples possibles qui sont offerts.

Question 17. Il y a quand même des lignes, des tendances. La probabilité d’être dans la résistance est plus forte pour un brigadiste que pour un libéral.

Prochaine séance le 1er mars avec Sophie Béroud sur le thème L’évolution des conflits du travail depuis 20 ans.