La politique du ravitaillement et le politique dans la France des années 1940

Compte-rendu de l’intervention de Fabrice Grenard au séminaire “Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie” sur le thème La politique du ravitaillement et le politique dans la France des années 1940, séance du jeudi 6 décembre 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle.

Présentation

Fabrice Grenard est agrégé d’histoire, maître de conférence à Sciences Po Paris. Ses recherches ont notamment porté sur les aspects économiques et sociaux des années 1939-1949. Il a publié en 2008 La France du marché noir (Payot) puis Maquis noirs et faux maquis en 2011 (Vendémiaire), suivi en 2012 par Les scandales du ravitaillement (Payot). Il est également l’auteur de plusieurs articles sur le marché noir, le ravitaillement et le fonctionnement du contrôle économique au cours des années 1940 et de plusieurs contributions à des ouvrages collectifs, notamment l’Atlas de la France dans la Seconde Guerre mondiale (Fayard) ou le Dictionnaire historique de la France libre (Laffont).

Intervention de Fabrice Grenard

Cette intervention est basée sur un ouvrage publié en mars 2012 : Le scandale du ravitaillement. Détournements, corruption, affaires étouffées en France, de l’Occupation à la guerre froide, paru chez Payot. L’auteur s’intéresse à la gestion administrative (par quatre régimes différents) du ravitaillement de sa création en 1939 à sa suppression en décembre 1949. L’aspect « scandale » était un souhait de l’éditeur.

La loi Paul-Boncour du 11 juillet 1938 prépare la nation pour les temps de guerre. Elle doit permettre d’éviter les erreurs commises lors de la Première Guerre mondiale. Elle est le fruit des nombreux débats parlementaires de l’entre-deux-guerres. Dans son article 46, elle prévoit la possibilité de réquisitionner, de collecter et de distribuer des denrées agricoles et alimentaires.

En 1914, le rationnement n’avait pas été prévu, ce qui avait donné lieu à de nombreux scandales. Voir, à ce propos, l’ouvrage de François Bouloc, Les profiteurs de guerre (1914-1918), tiré de sa thèse et paru chez Complexe en 2008. À défaut de réglementation, c’est la loi du plus fort qui s’applique avec la pénurie, les prix élevés. Il faut attendre 1917 pour voir appliquer le rationnement et celui-ci n’est généralisé qu’en 1918.

En 1939, les pouvoirs publics disposaient donc des moyens légaux pour appliquer le rationnement. Le ministre de l’Agriculture Henri Queuille, un habitué du poste, est cependant favorable aux intérêts des agriculteurs. Il arriva à convaincre le conseil des Ministres de ne pas instaurer de rationnement généralisé et de ravitaillement. Il pense que la France a des ressources suffisantes pour tenir, notamment grâce aux colonies et aux partenaires commerciaux. Il estime que le rationnement est une mauvaise chose, car celui-ci risquerait d’entraîner une pénurie causée par un vent de panique né de l’annonce du rationnement. Enfin, il estime que laisser fonctionner un marché libre incite les agriculteurs à produire plus.

La France est donc le seul pays à ne pas se doter d’un rationnement entre septembre 1939 et le début de l’année 1940, sauf pour certains produits industriels et l’essence. Ainsi, l’Allemagne a imposé le rationnement depuis 1936, suivi par la Grande-Bretagne en 1939. Fort de cette position optimiste, Henri Queuille se présente en 1939 pour devenir président du Conseil. Il a souvent été accusé d’imprévoyance, de manque de courage. Avec du recul, ce choix n’est pas forcément si mauvais en avril 1940. Les stocks de sécurité sont tous au maximum. Treize millions de quintaux de blé sur les quatre-vingt millions produits annuellement sont stockés. Le non-rationnement est un peu une victoire psychologique pour les français, liée aux choix stratégiques opérés sur le plan militaire. La guerre anticipée devant être longue, on constitue des stocks. L’exemple pris est celui de l’Allemagne qui avait été vaincue en 1918 faute de ressources alimentaires suffisantes. Pour Henri Queuille, les allemands finiront par craquer et refuseront les restrictions alimentaires et, en conséquence, se débarrasseront d’Hitler. Cette question est au cœur de la propagande. Ainsi, en novembre 1939, des avions allemands lancent des tracts sur Paris expliquant que la population n’a pas l’esprit de guerre, ni de discipline. Henri Queuille y répond par la diffusion d’une brochure expliquant qu’il ne manque aucun produit en France, contrairement à l’Allemagne.

Le ministre des Finances, Henri Raynaud critique cette position. En septembre 1939, il oppose la politique du moral à celle de la sévérité, cette dernière étant bien évidemment plus courageuse. Pour lui, l’augmentation des importations impacte l’inflation. Donc réduire la consommation permettrait de limiter l’inflation. À plusieurs reprises, lors de réunions du conseil des Ministres, les deux ministres s’invectivent mais Édouard Daladier, le président du Conseil, donne systématiquement raison à Henri Queuille.

En février 1940, ce dernier est toutefois sur la sellette, car la politique agricole du gouvernement est débattue par les parlementaires. Il est attaqué très vivement. Il est possible de distinguer trois camps : ceux qui sont favorables à la politique d’Henri Queuille (la « Drôle de guerre » est la bonne logique et il faut donc tenir le plus longtemps possible), ceux des pacifistes, voire des défaitistes (Marcel Déat explique ainsi que l’absence de rationnement confirme le fait que la France n’est pas prête à faire la guerre), ceux qui considèrent que le refus de mettre en place un système de ravitaillement est une position attentiste. Ces derniers critiquent donc la politique menée par Édouard Daladier. Ces derniers arguments auront finalement raison d’Henri Queuille et d’Édouard Daladier. Une campagne de presse débute en février 1940 avec le développement des premières pénuries, notamment en matière de charbon. Le rationnement est présenté comme une forme de justice sociale, point de vue différent de celui présenté par Henri Queuille. Celui-ci explique en effet que ce sont des pénuries à éclipses (temporaires et limitées) et il accepte de prendre un certain nombre de mesures.

Henri Raynaud annonce la généralisation du rationnement par décrets-lois en mars 1940. Édouard Daladier quitte la présidence le même mois et il est remplacé par Henri Raynaud. Celui-ci met en place un service de contrôle des prix pour éviter la vie chère. Dans les mairies, on commence à acheminer les cartes de rationnement et les tickets au début du mois de mai pour une mise en service en juillet 1940. Ce système n’a pas pu entrer en vigueur à cause des événements militaires. En septembre 1940, le régime de Vichy applique donc une politique qui était, dans les faits, déjà prête.

La situation du pays durant l’été 1940 est catastrophique. Le pays est au bord de la famine, les stocks sont rapidement consommés. Pour le régime de Vichy, cette question est centrale. Entre juillet 1940 et la fin de l’année 1940, le ravitaillement est systématiquement le premier thème de discussion. Le 14 août 1940, Philippe Pétain explique, dans un discours à la radio, l’urgence du ravitaillement et du rationnement pour assurer la juste part à chacun. L’opinion publique y est favorable. Le rationnement entre en vigueur le 23 septembre 1940 et une administration nouvelle se met parallèlement en place : l’Administration du ravitaillement général, avec pour secrétaire général Jean Achard. Celle-ci est rattachée au départ au ministère de l’Agriculture, mais elle prend une autonomie grandissante. Cette administration n’a au départ que quatre-vingt fonctionnaires pour faire fonctionner. Le recrutement se fait notamment en direction des intendants militaires mis en disponibilité après la signature de l’Armistice du 22 juin 1940. Jusqu’à l’automne 1941, cette administration est une coquille vide. Dans les faits, ce sont les professionnels, organisés au sein des Bureaux nationaux de répartition (créés en octobre 1940) qui se chargent dans un premier temps du ravitaillement. Ils sont composés de représentants de commerçants, de négociants et de producteurs. Seule leur suppression a permis à l’Administration du ravitaillement général de prendre en main son domaine d’activité. L’attitude du régime de Vichy à l’égard des créations du Front populaire n’a pas été aussi négative que ses déclarations le laisse supposer. Un bon exemple est celui du maintien et de l’extension de l’Office national interprofessionnel du Blé en 1940.

Des plans généraux sont rédigés, mais ce sont les bureaux de répartition qui se chargent de la collecte et du transport. Ces répartiteurs sont en général des grossistes et des producteurs qui reprennent les circuits commerciaux de l’entre-deux-guerres, en avantageant prioritairement leurs anciens partenaires commerciaux. Ce système ne fonctionne pas et fait l’objet de nombreuses critiques. La ligne de démarcation, la zone interdite, le détachement du Nord-Pas-de-Calais met par terre, empêche la réalisation des plans définis au niveau central par l’administration. Les communications et la circulation des biens fonctionnent mal. Il y a de nombreuses fuites qui alimentent le marché noir. Dès la fin de l’année 1940, le ravitaillement est très impopulaire, première source de contestation de toutes les catégories de français. Il est insuffisant pour les consommateurs avec seulement 1 000 calories par jour, les détaillants contestent les inégalités dans la répartition des biens, les producteurs sont mécontents des prix fixés. Selon Pierre Laborie, dans son étude sur l’opinion publique des Français durant l’Occupation, le décrochage avec le régime de Vichy est daté au début de l’année 1941 et la cause première est le ravitaillement. Les manifestations de ménagères se multiplient ainsi à partir de la fin de l’année 1940, de manière spontanées ou organisées par le PCF clandestin.

Le ravitaillement devient la première préoccupation politique au cours des deux premières années du régime, avant d’être concurrencée par d’autres éléments, comme le Service du Travail Obligatoire (STO) à partir de février 1943. Les plus précoces contestataires sur la question du ravitaillement sont les collaborationnistes parisiens. Le journal L’Oeuvre publie ainsi de nombreux articles sur cette question, notamment au sujet des bureaux de répartition. Il s’agit d’un prétexte pour demander une politique plus autoritaire et plus dirigiste. Une deuxième campagne débute le 13 décembre 1940 avec le renvoi de Pierre Laval. C’est une campagne calomnieuse qui est menée contre Jean Achard, alors qu’il était plutôt salué par L’Oeuvre au début. Il démissionne en juillet 1941 et devient un des personnages les plus détestés de la période. Cette image le suivra dans le futur, y compris chez les historiens.

Pour la France libre, le ravitaillement n’est pas une question centrale. On insiste sur l’illégitimité, l’illégalité du régime de Vichy, sur la réalité des opérations militaires, sur l’Armistice. En 1941, les choses basculent avec l’apparition de l’émission Courrier de France sur la BBC qui lit des lettres envoyées. Elle est un témoignage important de la situation des français en France. Entre quinze et vingt pour cent de la production agricole française part chaque année en Allemagne et le blocus maritime de l’Angleterre ne concerne pas les navires transportant des denrées alimentaires.

La propagande du PCF clandestin est intéressante. Après des mois difficiles entre 1939-1940, il se reconstruit dans la clandestinité et mobilise contre Vichy et contre les Allemands. Il n’appelle pas à la lutte armée mais il s’attaque à la question du ravitaillement, des pénuries, du marché noir. Une des théories alors en vigueur est que ce rationnement a été organisé par les Allemands et les collaborateurs pour limiter la combativité des masses. Le PCF souhaite la mise en place de coopératives qui seraient plus démocratiques.

À la Libération se pose trois problèmes relativement simples : faut-il maintenir le ravitaillement et si oui, sous quelles formes et jusqu’à quand ? Il y avait l’idée, parmi les français, que la libération du territoire permettrait un retour rapide à la normale. La fin du prélèvement allemand devait permettre cela. Un geste se retrouve dans les grandes villes à la Libération : on déchire les cartes de rationnement. Le GPRF ne cache pas la réalité. Charles de Gaulle ne se penche pas sur ces questions, contrairement à Pierre Mendès France qui a une vision très pessimiste sur les problèmes de la reconstruction. Dans les instances locales de la Résistance (CDL), on n’est pas forcément d’accord avec les directives parisiennes qui demandent de reprendre contact avec les fonctionnaires du ravitaillement général. Des maires de communes, des chefs de la Résistance ont localement pris des mesures allant à l’encontre de cela : arrestations, exécutions, suppression brutale du ravitaillement, etc. Il faut plusieurs mois pour que les choses rentrent dans l’ordre, grâce à l’intervention des préfets de la République.

Le ravitaillement se maintient sous la forme mise en place par le régime de Vichy dans un deuxième temps : des comités centraux de ravitaillement ont été créés en 1941 en remplacement des bureaux nationaux de répartition. Ils sont placés sous la responsabilité d’un fonctionnaire et du préfet. Ces comités sont maintenus à la Libération. En 1946, le nombre de fonctionnaires atteint 26 000 agents. Cette administration déjà impopulaire, l’est plus encore après la Libération. Elle explique n’avoir eu qu’un rôle technique de répartition durant la guerre. Pour l’opinion publique, cela n’est pas aussi clair.

  • Sans cette administration, les allemands n’auraient pas pu réaliser leurs prélèvements, en lui facilitant le travail. Durant cette période, c’est l’administration qui symbolise le plus les contraintes et l’absence de libertés.
  • Le ravitaillement a pu, par ses enquêtes et ses répressions, mettre en péril la Résistance. Il fallait une fausse carte d’alimentation et de faux tickets de ravitaillement. Ainsi, on trouve trace de nombreuses affaires devant le Tribunal d’État, juridiction d’exception, de policiers qui ont remonté des filières en trouvant une fausse carte d’alimentation, en débusquant l’imprimeur et en récupérant les listes des bénéficiaires.
  • On demande également une véritable épuration des services de rationnement. En 1944, une grande assemblée nationale des CDL est organisée et des cahiers de doléances sont rédigés localement. Dans ces derniers, la question de l’épuration est toujours parmi les trois premiers points abordés.

À partir de la fin de l’année 1944 et du début de l’année 1945, les manifestations de ménagères se multiplient et grossissent, jusqu’à atteindre plusieurs dizaines de milliers de personnes. Elles sont encouragées par le PCF et ses organisations satellites.

L’Assemblée provisoire a des débats très vifs sur la question du ravitaillement. Paul Ramadier est pris à parti, régulièrement affublé par l’opinion publique de surnoms comme « Ramadiette » ou « Ramadan ». L’Assemblée lui demande d’épurer son administration. Il omet de le faire. Fin février 1945, un deuxième débat parlementaire a lieu sur cette question. Paul Ramadier est de nouveau pris à parti, notamment par les communistes et un franc-tireur, Jacques Debû Bridel. Dans la haute fonction publique, il fallait prendre des mesures très rapides et celles-ci devaient être prises avant le 15 février 1945. Des dossiers avaient été rédigés par un jury d’honneur, mais tous les hauts fonctionnaires furent libérés par Pierre Miné, secrétaire général au Ravitaillement du GPRF. Le jury d’honneur n’a pas pu faire son travail, Paul Ramadier bloquant les enquêtes.

Le ravitaillement reste donc en place avec les mêmes hommes. Tous les ministres qui se succèdent sur la période sont confrontés au dilemme dirigisme / libéralisme. Paul Ramadier démissionne mai 1945 et il est remplacé par Christian Pineau, un ancien résistant. Il a un discours opposé à celui, pessimiste, de Paul Ramadier. Il entame une tournée en Amérique du Nord et en Amérique Latine pour conclure des accords commerciaux. Le 1er novembre 1945, en prévision des élections, il impose au conseil des Ministres la fin du rationnement du pain. Tous les techniciens et l’Office National Interprofessionnel des Céréales (L’ONIC a remplacé l’Office National Interprofessionnel du Blé en novembre 1940) expliquent que cela est impossible, la récolte de 1945 ayant été inférieure à celles de 1943 et de 1944. Mais la machine est enclenchée, des manifestations saluant cette suppression sont organisées et Christian Pineau ne peut plus reculer. Comme prévu, le résultat est catastrophique : la consommation augmente de 30 % au lieu des 10 % prévus. Christian Pineau démissionne et il est remplacé par François Tanguy-Prigent. Le jour de Noël le rationnement est rétabli et la ration passe de 350 à 300 grammes. Pour l’opinion, cette manœuvre est incomprise et des manifestations très violentes ont lieu, à Tours par exemple, où la mairie est envahie et saccagée. La ration de pain est au plus bas durant l’été 1947 à 250 grammes, avant d’être définitivement supprimée à la fin de l’année 1948.

En janvier 1946, une enquête parlementaire est lancée devant la Chambre des Députés avec Christian Pineau en accusé. Ces débats donnent lieu à une attaque en règle, par le centre et la droite, des socialistes. Ils se servent de cet épisode pour renaître politiquement. La carrière de Christian Pineau se poursuit toutefois durant la Quatrième République, car il se transforme d’accusé en accusateur. Si la suppression n’a pas marché, c’est à cause d’un complot des grandes meuneries qui ont organisé des fuites vers le marché noir. Il demande une enquête parlementaire sur les grands moulins de Corbeil-Essonnes et l’affaire est enterrée.

La tension entre dirigisme et libéralisme se poursuit jusqu’en 1948-1949. On fait un peu du ni-ni. La carte de pain est supprimée, mais le prix du pain n’est pas libre, il reste fixé. Il y a aussi eu des phénomènes imprévisibles. Ainsi, le pain a été acheté abondamment par les paysans pour donner aux animaux afin de payer moins de taxes que pour l’avoine et le son.

Une autre décision absurde concerne la boucherie. On supprime la taxation à la production et la collecte de viandes mais on maintient la taxation chez les détaillants. Les prix augmentent rapidement à la production mais les prix sont fixés chez les détaillants, créant rapidement une situation intenable.

Discussion collective

Question 1. Quel est le lien entre l’administration du ravitaillement et la répression du marché noir. Est-ce la même administration ?

Il y a des scandales (par exemple celui du vin). Qu’est-ce que c’est ? Est-ce des bouffées de chaleur sans lendemains ?

Il y a pénurie, mais il y a aussi des choix qui ont été fait dans le premier plan quinquennal qui ont clairement sacrifié la consommation au profit des investissements et de la reconstruction. Ces choix-là sont-ils aussi dénoncés lorsque l’on critique la pénurie et le ravitaillement ?

Réponse 1. La répression du marché noir est complexe et mobilise de nombreux acteurs. Il y a au sein de l’administration du ravitaillement un corps d’inspecteurs chargés de traquer les faux tickets, de contrôler aléatoirement, etc. Au sein de l’administration des prix, un corps de contrôle vérifie les prix. La gendarmerie intervient aussi. Les contrôleurs du ravitaillement général sont recrutés sur concours et ont un pouvoir d’enquête. Le directeur régional peut donner une amende et demander une réquisition.

Concernant les scandales, il y a les « faux-faux » scandales de type Achard, calomnieux. Il y les « vrais-vrais » scandales avec des affaires effarantes, mettant en cause des personnalités très hauts placées. Les cantines du régime de Vichy se sont systématiquement approvisionnées auprès du marché noir. Une procédure judiciaire est ouverte après enquête de l’administration des prix. Philippe Pétain adopte un décret en octobre 1942 annulant toutes les poursuites contre les fonctionnaires ayant été mis en cause lors de ce scandale. Enfin, il y a les « vrais-faux » scandales, comme celui du vin. Il y avait des stocks importants de vin en Algérie qui pouvaient permettre d’améliorer le quotidien. Un ministre du ravitaillement, Yves Farge, découvre que le vin qui devait être importé a été détourné et vendu au marché noir. Une commission d’enquête est nommé, un rapport est publié et on se rend compte de l’incompétence de certaines personnes qui se retrouvent à des postes auxquels elles n’auraient pas dû être. Ainsi, aucun appel d’offres n’est fait, il y a un manque flagrant de culture administrative. Il n’y aura aucune condamnation chez les politiques, davantage chez les commerçants.

Les rapports d’opinion des Renseignements Généraux montrent que l’opinion publique ne saisit pas bien les enjeux de la planification. Ce qui ressort, c’est que le ravitaillement ne fonctionne pas car il est resté sur le modèle de Vichy. On voit ainsi apparaître l’idée d’un complot de la Cinquième colonne qui cherche à affaiblir la France avec la poursuite du rationnement.

Question 2. La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a les mêmes missions. Y a t-il une continuité ?

Réponse 2. Non, l’administration du ravitaillement a été démantelée progressivement. Il y a par contre une filiation entre l’administration des prix et la DGCCRF. Ces nouvelles administrations ont beaucoup recruté dans les services extérieurs, parmi les douaniers ou les militaires, qui sont ensuite retournés dans leurs services d’origines après-guerre.

Question 3. En 1946-1947, il y a eu de nombreux incendies de granges agricoles et de hangars ? Suite d’accidents ou volonté délibérée ?

Réponse 3. Il y a des rancœurs sociales sur le plan local suffisamment fortes pour engendrer ce type d’actions. Il y a deux lignes de fractures, entre résistants / collabos et entre ceux qui ont souffert et ceux qui n’ont pas souffert. Marc Bergère parle « d’épuration de voisinage » pour évoquer ces éléments. Dans Maquis noirs et faux maquis, il est démontré que, devant une autorité quelque peu défaillante, des personnes en profitent pour organiser le racket : la vie contre les stocks alimentaires. Cette situation dure parfois jusqu’à l’été 1945. Mais il n’y a pas une organisation particulière qui met en place ces incendies.

Question 4. Il faut souligner l’importance de la solidarité, des échanges de colis entre les régions. Les prisonniers en Allemagne bénéficient de cet approvisionnement. Il y a de quoi manger, mais pas de tout semble-t-il.

Réponse 4. Il y a un troc administratif tout à fait officiel. Le Languedoc, qui ne produit que du vin, échange des produits alimentaires contre celui-ci. Il y a l’image idéale, avec des départements qui seraient potentiellement subsistants, mais la réalité de la guerre empêchent sa réalisation. Des économies régionales se mettent progressivement en place. Les colis familiaux, tout d’abord interdits, puis autorisés par Vichy en octobre 1941 par Paul Charbin, successeur d’Achard, permettent d’améliorer le quotidien des gens des villes, qui peuvent recevoir des denrées alimentaires de la part de la famille restée à la campagne. Ceci remet en cause l’idée que la ville récriminait contre l’attitude de la campagne. En 1942, treize millions de colis familiaux ont été envoyés. C’est ce qui a permis de ne pas mourir de faim en France à cette époque. Alfred Sauvy, qui fait une étude à l’époque, estime qu’avec le rationnement, le colis familial, la cantine et le marché noir, on atteint 2500 calories par jour.

Question 5. Comment se fait-il que des départements producteurs soit déficitaires ?

Réponse 5. La ration officiel de lait est la plus basse dans le département de la Manche qui en produit pourtant le plus. La collecte est très souvent mal organisée.

Question 6. La collecte, comment ça se passe ?

Réponse 6. À partir de 1941, l’administration centrale définit des quantités à partir des chiffres d’avant-guerre. Le préfet, avec le directeur départemental du ravitaillement, définit les contributions et envoie aux maires qui se chargent ensuite de répartir localement les productions, le tout contrôlé par la corporation paysanne. À partir de 1943, beaucoup de maires, de syndics locaux de la corporation paysanne démissionnent. Ensuite, dans les régions où les maquis sont puissants, il y a une pression importante sur les maires. Résultat, ce ne sont souvent que 20 à 30 % qui remontent à l’administration centrale.

Question 7. À la Libération, le rationnement est politiquement un échec, mais techniquement ? Les contraintes de Vichy ont disparu.

Réponse 7. Les oppositions subsistent, car on dénoncent le fait que ce sont des collaborateurs qui restent en place. Et donc on ne livre pas, les fraudes se généralisent. En période de pénuries, le paysan produit plus pour lui et moins pour la vente. Cela ne marche pas mieux après la Libération.

Question 8. Quelle est l’évolution du nombre de calories journalières ?

Réponse 8. En 1944, le rationnement est à 900 calories par jour, il remonte un peu après, autour de 1 200 et 1 500 calories, mais jusqu’à la fin de l’année 1946, le sentiment est que l’on est moins bien nourri. Il y a un consensus sur les choix politiques et économiques en terme de reconstruction et de planification. Il y a eu une erreur d’interprétation sur les possibilités d’importations réelles. Seul 1/3 des produits arrivent car les ports sont détruits, il y a pénurie de bateaux. Il y a un vrai décalage entre ce que l’on pouvait espérer et le résultat concret.

Question 9. Cette expérience de dirigisme a des conséquences sur les politiques publiques. Est-ce que cela contribue à un retour du centre et de la droite ?

Réponse 9. Le PCF veut un rationnement fondé sur des coopératives, limiter le nombre d’intermédiaires, le tout contrôlé par des comités de ménagères. Le MRP veut supprimer le rationnement, les contraintes. La SFIO, il y a de tout. Le tripartisme n’est donc pas d’accord sur cette question. Maurice Thorez reconnaît que l’affaire du vin a été montée en épingle et utilisée politiquement.

Prochaine séance : 17 janvier 2013. Charlotte Vorms, La politique de l’administration franquiste face au développement des bidonvilles dans les années 1950 et 1960 à Madrid : entre encadrement des populations et répression.

Les rapports précaires au politique dans la France contemporaine

Compte-rendu de l’intervention d’Emmanuel Pierru au séminaire “Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie” sur le thème Les rapports précaires au politique dans la France contemporaine, séance du jeudi 8 novembre 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle.

Introduction de Michel Pigenet

Emmanuel Pierru est chargé de recherche au CNRS, membre du CERAPS (Université Lille II) et membre associé au Centre d’Histoire Sociale. Politiste, ses travaux portent sur les milieux populaires, abordé à travers ses activités (ou inactivités) et ses pratiques. Sa thèse de doctorat en sciences politiques, intitulée L’ombre des Chômeurs. Chronique d’une indignité sociale et politique depuis les années 1930, soutenue en 2003 à l’Université de Picardie, portait sur le chômage, les chômeurs et leurs pratiques. Il s’est par la suite intéressé aux pratiques culturelles, au travers des harmonies musicales, avec la publication de Les mondes de l’harmonie, rédigée avec Vincent Dubois et Jean-Matthieu Méon. Il s’est enfin penché sur les pratiques politiques des milieux populaires qui est une question qui intéresse depuis longtemps le séminaire.

Intervention d’Emmanuel Pierru

L’intervenant souligne qu’il est politiste et juriste de formation et non historien. Il a été conduit a travailler sur les archives lors de la rédaction de sa thèse, mais il a, selon ses propres mots, « plus braconné dans les cartons d’archives que réellement répondu aux exigences du métier d’historien ».

Il a longuement hésité sur les recherches qu’il souhaitait présenter dans le cadre de ce séminaire. Il a un parcours de recherches varié, hétéroclite pour certains. Le cœur de son activité de politiste est la sociologie des comportements politiques dans une double dimension : de sociologie électorale – parent pauvre aujourd’hui de la sociologie politique (on dénombre ainsi moins d’1 % de thèses de sociologie électorale dans les thèses de sociologie ces dix dernières années) – et la sociologie du militantisme et des mouvements sociaux (qui connaît un intérêt important en sciences politiques depuis une dizaine d’années).

Par ailleurs, il a travaillé en sociologie des pratiques culturelles sur les pratiques électorales en milieu populaire. Une autre recherche a également été dirigée avec Vincent Dubois et Jean-Matthieu Méon sur les pratiques musicales amateurs et les harmonies. L’idée était de saisir une pratique musicale amateur, qui compte aujourd’hui encore 100 000 musiciens, et sur laquelle il n’y a rien, hormis deux ou trois ouvrages et quelques articles. Il est ainsi révélateur qu’aucun travail sur ce thème n’ait été mené en musicologie. Le défi était de faire connaître cette pratique et de l’analyser. Même si cette recherche était le fruit d’une commande, les auteurs ont eu une grande liberté dans la réalisation. Plusieurs dimensions ont été abordées durant cette longue enquête qui a duré cinq ans et notamment une dimension quantitative avec la mise en place de trois questionnaires. Le traitement statistique s’est révélé surprenant à plus d’un titre, surtout du point de vue de la caractérisation « populaire ». N’ayant que 9 % d’ouvriers dans leurs échantillons, les auteurs ont tout d’abord envisagé un biais d’échantillonnage. Après vérification, ce résultat s’est révélé juste. Cette recherche était pour l’intervenant l’occasion de tester le modèle développé par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron dans Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, paru en 1989. En se donnant les moyens empiriques (ethnographie, statistiques, entretiens), il s’agit de comprendre comment une pratique populaire peut se transmettre dans le temps, tout en subissant de profonds bouleversements.

Enfin, l’intervenant signale quelques travaux de sociologie de l’administration qu’il a pu mener à l’occasion d’enquêtes particulières et son intérêt pour la sociologie quantitative et pour la sociologie de la quantification. Il est ainsi co-organisateur, avec Jean-Gabriel Contamin, de l’École d’été de Lille de méthode quantitative en sciences sociales qui fête aujourd’hui ses vingt ans d’existence.

Derrière l’ensemble de ces travaux et de leur apparente diversité, il y a tout de même une cohérence, plusieurs dénominateurs communs :

Les catégories et les cultures populaires, avec la volonté de les saisir dans leur diversité, leur épaisseur sociale et historique ;

Les formes et les modalités de politisation des classes populaires. Par exemple, il signale un travail actuellement en cours portant sur la monographie d’un village pour étudier l’implantation du Front national en milieu rural ou une recherche actuellement menée sur la participation électorale en France et la question de l’abstention ;

Processus d’invisibilisation et de disqualification sociale, politique, syndicale, savante des classes populaires depuis vingt ans. Ainsi, il signale une recherche menée avec Alexis Spire, qui a cherché à comprendre pourquoi il était de plus en plus difficile de trouver des enquêtes statistiques croisées avec les catégories socioprofessionnelles. Trouver le taux de chômage selon une répartition par catégories socioprofessionnelles est ainsi devenu difficile sinon impossible. Il s’agissait donc de comprendre pourquoi on ne trouvait plus ses statistiques sociales, pourquoi l’institution les prenait de moins en moins compte. Dans les années 1990, on voit disparaître l’intérêt pour la nomenclature des catégories socioprofessionnelles. Ces éléments jouent, selon l’intervenant, en faveur de l’invisibilisation des groupes sociaux et alimentent les discours sur l’individualisation. Pour plus d’éléments, se reporter à l’article d’Emmanuel Pierru et d’Alexis Spire, « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles » paru en 2008 dans la Revue Française de Science politique.

La thèse de doctorat en sciences politiques de l’intervenant portait sur la question des rapports entre chômage et politique. Il est parti d’un DEA sur les mobilisations de chômeurs dans le milieu des années quatre-vingt-dix. Il était très centré sur l’analyse du passage à l’action collective de catégories à ressources faibles. Les mobilisations de chômeurs et de précaires dans les années 1990 (marches européennes contre la précarité et l’exclusion, le mouvement de l’hiver 1997-1998 sur la prime de Noël) ont été analysées. Son terrain d’enquêtes était le mouvement national des chômeurs et précaires, une fédération d’associations qui existe toujours et dont la taille est importante.

Dans les années 1997-1998, on a pu observer une extrême volatilité des positions de chacun sur la question du chômage. La sociologie du chômage avait acté, depuis Raymond Ledrut et son ouvrage Sociologie du chômage paru en 1966, qu’en raison de leur faiblesse, du manque de cohésion du groupe, les chômeurs ne pouvaient se mobiliser : le théorème de l’impossibilité s’appliquait. Au cours de la seconde moitié des années 1990, il y a eu un renversement populiste. Le thème central des luttes était alors l’exclusion sociale, avec l’occupation de locaux d’ASSEDIC, d’ANPE, etc. et qui a été interprété comme l’émergence d’un nouveau groupe, d’une nouvelle classe sociale qui allait questionner la société française. Les chômeurs se retrouvaient être les fers de lance du mouvement social au sein de la lutte « des sans ». On passait du misérabilisme à la Ledrut à un engouement populiste. C’était un premier retournement.

Dans le même temps, il y a eu un second retournement, avec l’apparition d’un discours tenu par certaines organisations syndicales qui condamnaient les mouvements. Nicole Notat (secrétaire générale de la CFDT et présidente de l’UNEDIC) parlait ainsi de « manipulation de la détresse » et de « poujadisme ». De son côté, Marc Blondel avait dit que « les seuls chômeurs mobilisés qu’il avait vu était dans les sections d’assauts nazis ».

Il y avait aussi un mauvais populisme, dont les chômeurs se sont trouvés affublés, dans leur rapport à l’acte électoral. Non seulement leurs mobilisations étaient provocatrices, manipulées, mais on interprétait leurs votes, en leur accordant un certain penchant pour l’extrême-droite. Il y a cette idée, en France, que les chômeurs votent en faveur du Front National. Le sommet a été atteint en 2002, où l’on estimait que 38 % des chômeurs votait FN. Ils étaient alors vus comme les fossoyeurs de la République.

Emmanuel Pierru a commencé par déconstruire ces chiffres, en retournant aux enquêtes. Celles-ci ont été redressées, avec des critères que l’on ne connaît pas. En 2002, l’échantillon de sondage comportait 120 chômeurs. Dans la case FN, il y avait 24 chômeurs, ce qui donnait, après redressement, 38 %. On ne peut pas faire comme si l’abstention, la non ou mal-inscription était une donnée négligeable dans ces catégories-là. En 2012, sur la base des enquêtes « Participation » de l’INSEE, 15 % des chômeurs ne sont pas inscrits sur les listes électorales contre 6 % pour les actifs en emploi. Toujours selon les mêmes chiffres, 51 % des chômeurs sont abstentionnistes aux deux tours contre 32 % des actifs en emploi. Le non-vote des chômeurs est de l’ordre de 66 % aux présidentielles contre 38 % des actifs en emploi. Le parti des chômeurs est donc le parti de l’abstention et de la non-participation.

Lorsque l’on parle du vote des chômeurs, on cherche aussi à homogénéiser le vote sans rendre compte de l’écart de participation entre les chômeurs. En 2002, 92 % des cadres au chômage était inscrit contre 72 % des ouvriers et 77 % des employés. 14 % des ouvriers en CDI ne sont pas inscrits contre 26,6 % des ouvriers en CDD et 32 % des ouvriers au chômage. Le chômage est un démultiplicateur des inégalités en matière de politisation. Il n’y a pas un groupe homogène des chômeurs.

Il y a trois effets chômage possibles : l’effet direct (le chômeur vote FN), l’effet indirect (le ménage ou l’entourage du chômeur vote FN), l’effet contextuel (les autres catégories sociales, qui anticipent la montée du chômage, votent FN). L’idée selon laquelle les chômeurs voteraient plus facilement à l’extrême-droite a comme référent la République de Weimar et la montée du nazisme dans les années trente. L’article d’Emmanuel Pierru « La tentation nazie des chômeurs dans l’Allemagne de Weimar. Une évidence historique infondée ? Un bilan des recherches récentes » paru dans Politix en 2002, est revenu sur les travaux qui véhiculait l’idée que les chômeurs avaient voté en faveur du NSDAP. Cette idée est complètement fausse, c’est un mythe. À l’aide de modèles statistiques, il est possible de reconstituer assez finement des tendances. Dans les circonscriptions avec un fort taux de chômage, on votait communiste et à l’inverse on votait nazi. Cet élément est admis aujourd’hui chez les politistes traitant de cette question. Jürgen W. Falter a démontré qu’il y a eu un fort effet de transfert, un fort effet contextuel. On a une montée de violences à cette période, une radicalisation des autres groupes sociaux pris de peur à l’égard des désordres urbains. Le mythe se fonde et dure. Il fonctionne tellement qu’en 2002, un article dans Le Monde d’un universitaire pourtant au fait de ces questions avait suscité la réponse du leader du mouvement national des chômeurs et précaires qui appelait à une action immédiate pour éviter un déferlement du vote FN parmi les chômeurs !

La thèse s’est poursuivi avec la circulation de ce mythe, notamment dans la communauté savante. Paul Lazarsfeld, dans son étude intitulée Les Chômeurs de Marienthal et réalisée en 1931, parle de « communauté lasse », qui fertilise le sol pour une révolution. Il pose l’hypothèse d’une radicalisation possible des chômeurs vers l’extrême-droite. De même, l’École de Francfort qui émigre aux États-Unis a théorisé l’idée que le peuple en politique est dangereux et qu’une bonne démocratie fonctionne sans le peuple. Pour eux, les classes sociales, c’est la plaie.

Le travail sur les archives a essayé de reconstituer l’ensemble des stigmates et des formes de stigmatisation des chômeurs dans les milieux savants, syndicaux, etc. Dans les années trente, le discours sur les chômeurs portait sur son indignité politique : soupçon de participation de parasitisme, d’immoralité, de délinquance, de dangerosité politique, d’agitations de rue, d’adhésion à des thèses d’extrême-droite, etc. Il y a également eu une ambivalence dans le mouvement ouvrier vis-à-vis des chômeurs. Ainsi, la CGTU voyait dans les chômeurs, les immigrés, les jeunes, les masses inorganisés, le substrat d’un nouveau fer de lance du mythe du prolétariat. Mais il y a en même temps un discours qui cherche à organiser le chômeur pour éviter que celui-ci ne désorganise pas : la figure du « jaune » n’est pas loin.

En conclusion, toutes les enquêtes démontrent que plus on descend dans l’espace social, plus les discours à l’endroit des chômeurs se font durs. Cela a été corroboré aujourd’hui avec les travaux d’Olivier Schwartz (il y a « eux », « nous » et « ceux d’en-dessous »). Il y a, depuis le début des années 1980, tout un travail politique de mise en forme bureaucratique d’un discours sur la fraude sociale et d’un renforcement des contrôles sur l’emploi. De nombreux rapports mettent l’accent sur l’absence de sanctions à l’égard des chômeurs. Un indicateur sur la sévérité des sanctions et l’ampleur des fraudes a été mis en place.

Discussion collective

Question 1. Cette idée reçue d’un vote des chômeurs en faveur du FN a-t-elle été retenue par ce parti et a-t-elle engendrée des actions en direction de cet électorat ?

Réponse 1. Au niveau symbolique du discours, Jean-Marie Le Pen appelle en 2002 les petits, les sans-grades, les chômeurs à voter pour lui. Le FN a mené des actions sociales, a organisé des soupes, de l’assistance aux chômeurs. Il y a des actions et du point de vue du discours, l’idée reçue est adoptée par le FN. Il cherche bien entendu à la rendre effective.

Question 2. Il y a un piège pour le FN qui pioche dans plusieurs catégories socioprofessionnelles. En effet, il ne doit pas exalter les chômeurs qui peuvent apparaître comme des parasites pour d’autres catégories. Le FN fait-il des distinctions entre différents types de chômeurs ?

Réponse 2. Il ne s’embarrasse pas de distinguo. Il fait attention, c’est certain. Le monde de la boutique, de l’artisan, les pieds-noirs, les indépendants sont des soutiens fidèles au FN. De plus, il a été démontré que l’électorat du FN se renouvelait à chaque élection de moitié.

Question 3. À propos de la prise en charge, par les économistes, du travail des sociologues au sein de l’INSEE. Est-ce en lien avec la montée en puissance du concept de « classes moyennes » et de la difficulté de le définir ?

Réponse 3. L’intervenant ne sait pas. L’économétrie cherche à montrer un monde sans classes sociales, sans groupes. La question des classes moyennes est venue après. Il n’y a pas de lien systématique entre la montée de l’économétrie, les évolutions de l’institution et l’apparition du concept de classe moyenne.

Question 4. Déconstruire et revenir à l’origine des données est intéressant. Mais sur la dépolitisation, que peut-on en dire ?

Réponse 4. Le vote, c’est la politique formelle, objectivable. Il est possible de démontrer la montée du vote intermittent. Dans les organisations de chômeurs, il est possible de voir si on évoque la politique, si on l’évite. En 2002, il y a un évitement de la politique durant l’entre-deux-tours. La question d’une éventuelle consigne de vote a donné lieu à un débat houleux où on voit des strates d’adhérents, de militants. Pour préserver l’unité du mouvement, il n’a pas été donné de consignes. Pour l’organisation, faire de la politique, c’est avant tout s’occuper de l’urgence. Mais pas pour tous ses participants. Il y a des strates, des militants, des diplômés qui veulent politiser la parole du mouvement. Les autres ont un rapport désinvesti à la politique institutionnelle. Il est très difficile de mobiliser, de les faire sortir dans des manifestations, notamment à cause du fait de l’indignité que le chômage suscite. Ils ne maîtrisent pas le répertoire des mobilisations collectives. L’urgence, c’est de s’investir dans les services aux chômeurs. Les plus politisés sont ceux qui cherchent aussi à mener des actions collectives, mais qui subissent les démentis. Ce sont eux qui gèrent l’urgence, car ils ont les compétences administratives, intellectuelles pour la gérer et finalement ils se font « bouffer » par cela. Selon le profil des militants, le service est au cœur de l’activité ou non. L’altruisme des militants de la JOC, par exemple, est vécu comme une manière de faire de la politique. C’est la ligne de partage entre les militants les plus chevronnés. Les ex-Moulinex qui ont adhéré au mouvement national des chômeurs et des précaires s’affronte à chaque congrès sur la nécessité d’être offensif ou d’être dans le service. Il y a un phénomène de burn-out militant important.

Le mouvement des recalculés s’est traduit par un désarroi militant incroyable. L’afflux massif de chômeurs aux veilles juridiques s’est traduit par aucune adhésion pour les associations de chômeurs. Pour de nombreux militants, cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Question 5. Y a-t-il des continuités dans l’apprentissage des mobilisations collectives ?

Réponse 5. Il faudrait un questionnaire longitudinale, mais les réponses ne sont pas souvent sincères. La mise au chômage signifie souvent la rupture avec l’action collective. Les phénomènes de réarrimage à l’action collective se fait à cœur défendant, pour ne pas perdre le contact avec les organisations. Il y a une grande détresse sociale. Il n’y a pas d’effets politisant de l’implication dans une association de chômeurs.

Question 6. Le clivage évoqué n’est pas propre aux organisations de chômeurs. La politique populaire est une politique de l’immédiateté et du concret qui traverse les syndicats et l’ensemble des organisations populaires. Lorsque cela se fait, cela permet d’implanter des organisations populaires et cela compte parmi les critères définissant une organisation populaire.

Réponse 6. C’est évident.

Question 7. Dans les collectifs de sans-papiers. Ceux qui sont restés, ce sont les militants chrétiens. Ceux qui refusaient les services sont partis.

Question 8. Sur les taux de fraude et les différents rapports rendus sur cette question. Ces questions ne sont-elles pas en lien avec la définition administrative de la catégorie de chômeur qui intégrerait la notion de fraude dès le départ. En 1981, on voit bien dans les archives Mitterrand l’arrivée de plusieurs personnes qui expliquent qu’il faut faire la chasse aux « faux-chômeurs » et que c’est un élément essentiel de la crédibilité des statistiques. Le processus qui a consisté à construire la catégorie statistique n’incluait pas déjà cette question de la fraude ?

Réponse 8. L’accord de l’auditeur est complet. Le chômage est-il un risque social comme un autre ? Il y a une subjectivité importante sur la motivation du chômeur à retrouver un emploi. Il y a une tension entre les vrais et faux. Cette question a été enterrée après la Seconde Guerre mondiale avec le plein emploi. Les débats des années trente resurgissent rapidement dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Pourquoi dans les campagnes électorales sont évoqués la retraite, la maladie, la dépendance, alors qu’aucune n’aborde l’indemnisation du chômage ? La légitimité du risque chômage comme risque social est moins grande que les autres risques. On en revient à un traitement assistanciel, individuel, qui fait un tri entre les bons et les mauvais pauvres.

Question 9. Une explication historique : l’assurance chômage n’est, ni dans les faits, ni dans les têtes, assimilée aux grandes conquêtes sociales. Sauf pour les catégories spéciales comme les dockers ou les intermittents du spectacle.

Prochaine séance jeudi 6 décembre. Fabrice Grenard (historien, IEP Paris) abordera la politique du ravitaillement et le politique dans la France des années 1940.

Histoire des mouvements sociaux en France, 1814 à nos jours

Compte-rendu de l’intervention de Michel Margairaz au séminaire « Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie » sur le thème Les mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, séance du jeudi 11 octobre 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle.

Présentation de Michel Pigenet

Michel Pigenet souhaite la bienvenue aux participants de cette nouvelle année du séminaire « Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie » organisé par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle. Durant cette première séance, il va être question des mouvements sociaux en France, à l’occasion de la parution prochaine [le 8 novembre 2012] aux éditions La Découverte de l’ouvrage collectif, coordonné par Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky, intitulé Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours. Michel Margairaz se charge de la lourde tâche de présenter cet ouvrage de près de huit cents pages regroupant soixante et onze contributions.

Intervention de Michel Margairaz

Michel Margairaz signale tout d’abord qu’il n’est pas complètement étranger à cet ouvrage, puisqu’il a co-signé avec Danielle Tartakowsky un article sur les mouvements sociaux et les années 68. De son point de vue, cet ouvrage reflète les positions des nombreux intervenants au séminaire durant les années précédentes, avec comme préoccupation centrale, l’articulation entre le politique, le social et l’économique. Il n’a pas pu lire l’intégralité de l’ouvrage mais a tout de même pu lire un nombre important de contributions. Il a également eu en main les quatre introductions qui représentent une quarantaine de pages ainsi que l’avant-propos confectionné conjointement par les deux directeurs de l’ouvrage.

Cette intervention propose un regard sur ces soixante et onze contributions. Dans l’ensemble, il est en accord avec de points abordés dans cet ouvrage, ainsi qu’avec les découpages chronologiques proposés. Les quelques remarques et nuances qu’il pourra apporter durant cette intervention ne remettent pas en cause la structure générale de l’ouvrage. Ce seront des remarques à la marge, quelques questions complémentaires. Il se permettra enfin de signaler certains éléments à son sens sous-estimés.

Cet ouvrage traite de l’histoire des mouvements sociaux en France, de 1814 à nos jours et couvre donc quasiment deux siècles. Trois points seront successivement abordés : celui des dénominations employés (« mouvement social », « mouvements sociaux », « mouvement ouvrier »), celui de la périodisation en quatre parties retenue et enfin le manque d’insistance sur le phénomène de mondialisation et ses conséquences sur les mouvements sociaux.

Premier point. Les dénominations employées

Il signale tout d’abord la publication récente du compte-rendu d’une réflexion organisée par le Parti socialiste sur le thème « Le socialisme à l’épreuve du capitalisme » et dirigée par Alain Bergounioux et Daniel Cohen. Michel Margairaz avait été chargé d’animer une table-ronde avec Robert Castel et Franck Georgi (entre autres) sur le thème des mouvements sociaux des années 1880 à nos jours.

Cet ouvrage ne manque pas de soulever le problème des dénominations à utiliser : de quoi parle-t-on exactement lorsque l’on évoque le ou les mouvements sociaux ?

Un travail tout à fait intéressant sur les différentes filiations du terme « mouvement social » a été mené. Dès la Monarchie constitutionnelle (1820-1830), on trouve une filiation plutôt chrétienne du terme « mouvement social » qui apparaît par éclipses, de manière discontinue. Il est remarquable que ce terme trouve ses origines dans une période pré-industrielle, dans les milieux catholiques sociaux. Il est envisagé de manière large, « le social », c’est-à-dire qu’il ne concerne pas exclusivement le milieu ouvrier. Ce qui ne manque pas de soulever la question des liens du « mouvement social » avec la dénomination « mouvement ouvrier ». Par la suite, cette dénomination « mouvement social » devient nettement plus contestataire, de l’ordre de la transgression. Il y a une tendance plus nette à la convergence entre les dénominations « mouvement social » et « mouvement ouvrier », même si cette convergence n’est pas parfaite. Une certaine confusion s’installe donc au début du XXe siècle, avant que les travaux d’Alain Touraine ne les distinguent de nouveau, en usant de la dénomination « nouveaux mouvements sociaux » [cf. voir la séance avec Claire Andrieu]. Ces « nouveaux mouvements sociaux » sont distincts, de manière très forte dans ses objets, formes et registres d’action, du « mouvement ouvrier ».

Visiblement, dans les introductions, les auteurs et directeurs de publications ont décidé que les « mouvements sociaux » seraient vus d’une façon large, avec un d’œcuménisme de ce point de vue là. Tout engagement collectif, toute mobilisation collective qui est une forme de contestation dans une perspective de transformation, de modification de la situation de ceux qui se mettent en mouvement pourra être considéré comme un mouvement social. Le mouvement est lui-même constructeur d’une identité qui peut s’incarner dans une organisation. Le mouvement est éphémère mais peut déboucher sur quelque chose qui a une identité et une légitimité de ce pour quoi il y a mouvement.

Deuxième point. La périodisation et l’articulation entre mouvements sociaux et les problèmes de régulation politique

Quatre période ont été définies : les années 1814-1880 ; les années 1880-1930 ; les années 1930-1980 ; les années 1980 à nos jours. Michel Margairaz signale son accord avec ce découpage. Il correspond à des ruptures qui participent du politique (non institutionnel), de l’économique et du social.

Les années 1880 sont à la fois les années de la République aux républicains sous une forme relativement stabilisée pour une quarantaine d’années, consolidées dans ses institutions et ses pratiques par la Grande Guerre. Michel Margairaz relève qu’il s’agit d’un découpage très différent du court vingtième siècle proposé par Eric Hobsbawm. Les années 1880 constituent également une nouvelle étape de l’industrialisation. C’est une période de mutations des espaces, du travail et des pratiques. Il s’agit de la deuxième industrialisation, avec des formes françaises atténuées par rapport à la Grande-Bretagne. Selon l’expression de Denis Woronoff, dans son Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, elle se fait, comme la première Révolution industrielle, « sans arrachements ». Pour l’année 1814, il y existe une double dynamique politique (traces dans les mémoires et les pratiques de la Révolution de 1789) et économique (début de la première Révolution industrielle). Du point de vue du mouvement social, il est relevé que les années 1840 voient émerger des choses nouvelles

Les années 1930 constituent une bonne césure. Une nouvelle séquence s’amorce, propre à la France, qui dure une quarantaine d’années. Le mouvement social est organisé pour l’essentiel autour du mouvement ouvrier organisé. La question du travail est centrale. Le recoupement entre « mouvement social » et « mouvement ouvrier » est très fort avec les dates-clés 1936, 1946 et 1968, même si ces derniers événements sont déjà une faille dans ce recoupement.

Que met-on dans cette périodisation ?

Période 1814-1880 : il existe des formes de mobilisations sociales « en quête d’espaces publics », qui ont des difficultés pour trouver leurs marques. L’une des questions bien connus est celle de la persistance de l’Ancien Régime, de la persistance de mouvements sociaux pré-industriels comme les émeutes frumentaires, les révoltes anti-fiscales. Ce sont des formes de mobilisations souvent locales, non institutionnelles, éphémères. Il faut toutefois prendre garde. Ces formes anciennes de mobilisations peuvent masquer des mobilisations dont l’objet peut être nouveau, dont les participants peuvent être nouveaux. Plusieurs contributions illustrent comment des formes de mobilisations contemporaines de l’industrialisation utilisent des formes anciennes pour des objectifs contemporains. La France est une société pré-industrielle, même si les choses changent sensiblement à partir de 1840. Avant cette date, c’est la vie, les moyens d’existence qui mobilisent. La question du travail intervient peu, si ce n’est sous des formes particulières (voir par exemple l’ouvrage de Vincent Bourdeau, Francois Jarrige et Julien Vincent intitulé Les Luddites. Bris de machine, économie politique et histoire ou plus récemment François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860) paru en 2009). Le bris de machine apparaît comme une forme de mobilisation « réactionnaire », au nom des qualifications, des positions acquises, de l’autonomie des compagnons. Ce sont en général des combats défensifs, mais ces luttes n’ont-elles pas des éléments de modernité, notamment sur les questions de qualifications ? Il y a une conjonction du vieux et du neuf qui rend l’analyse compliquée. Jusqu’en 1840, les mouvements sociaux sont hors des formes de régulation politique. Le système politique née de la Révolution veut maintenir l’illusion du tête-à-tête entre l’individu et l’État. Il manque des éléments dans cet ouvrage sur le rôle des élites dirigeantes dans l’organisation des instances de régulation (les Chambre de commerce par exemple). La formule employé par un commerçant reproduite par Jean-Pierre Hirsch dans Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1760- 1860) témoigne d’une attitude ambivalente envers l’État : « Laissez-nous libre et protégez-nous beaucoup ».

À partir de 1840, la question sociale est identifiée par les contemporains comme étant la question ouvrière, comme en témoigne les formes d’observations sociales (celles menées par Frédéric Le Play par exemple). Cette première industrialisation est encore très liée à des formes de proto-industrialisation. Il y a un mélange entre la France rurale d’Ancien Régime et la Première Industrialisation. Des formes de protestation ouvrière interviennent dans des lieux anciens, comme les compagnonnage ou les caisses de secours mutuels, mais aussi nouveaux, sur des questions de tarifs, de droit d’association..

Période 1880-1930 : On observe une seconde industrialisation sans arrachements, avec des transitions. La grande industrie urbaine ou suburbaine apparaît durant ces années, avec ce qu’elle implique de concentration ouvrière et de nouvelles méthodes d’organisation et de travail. Les mouvements sociaux restent toutefois tributaires de la République qui reste un élément de mobilisation tant qu’elle n’est pas tout à fait fixée par l’adoption des lois sur les libertés politiques (droit d’association, etc.), l’école et la laïcité. La question de la République reste centrale tant que ces trois points ne sont pas définitivement acquis. Il y a eu, même après la première industrialisation un continuum social, du fait de l’industrialisation lente, entre le petit patron, le petit travailleur à façon indépendant, des compagnons très proches de l’artisan, des ouvriers des petites entreprises. Ce continuum est davantage remis en cause par la deuxième Révolution Industrielle.

À partir de 1890-1900, des éléments propres à la question sociale et à la question du travail s’ajoutent à la défense de la République. Le politique en tient compte. La deuxième génération des républicains compte intégrer les classes populaires avec la mise en place d’un début d’État social. Les débats d’adoption des réformes sociales sont toutefois très longs (sur les vieillards, les retraites, les femmes et les enfants). On ne protège pas le cœur du travail, mais les marges, en lien avec l’idée de bienfaisance (Voir sur ce sujet l’ouvrage d’Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la Sécurité sociale, 1850-1940. Essai sur les origines de la Sécurité sociale en France). Deux éléments changent la dynamique des mouvements sociaux : la construction lente d’un État du social et la construction des organisations du mouvement ouvrier qui se constituent contre cet État social. Les organisations en France sont en réaction contre le système politique et même contre le système politique du mouvement ouvrier : il n’y a pas de liens entre mouvement socialiste et mouvement syndical, contrairement à la situation qui prévaut en Angleterre et en Allemagne. Les grandes grèves de 1906-1907 dans les grandes concentrations ouvrières et dans la fonction publique s’effectuent avec l’aide d’organisations et avec des formes d’organisations populaires.

La guerre de 1914-1918 ne représente pas forcément une grande rupture, mais plutôt une consolidation de cette configuration. Elle a tout de même un effet. Elle renforce l’État Social. La guerre a également mondialisé un certain nombre de questions qui bénéficient désormais de lieux de discussions (l’OIT par exemple). La régulation pourrait prendre des formes internationales. Il y a également le poids de la Révolution russe. La création du PCF en 1920 lors du congrès de Tours aboutit à des redéfinitions du système politique et du mouvement social. Le PCF a la prétention de réconcilier le mouvement social, le mouvement syndical et le parti politique. Cette prétention est très hypothétique durant l’entre-deux-guerres, mais c’est un élément qui a eu des effets retardés. Le PCF voudrait faire du travail le cœur du politique, comme en témoignent par exemple les bolchévisations successives. La volonté de mobiliser sur des questions internationales, de solidarité avec l’étranger et contre les menées impérialistes est aussi un facteur nouveau.

Période 1930-1980 : L’épisode 1934-1936 a permis un double processus (voir l’ouvrage de Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky intitulé L’avenir nous appartient ! Une histoire du Front populaire). La crise des années 30 est une crise du travail et de l’économie. La mobilisation ne se fait pas sur le travail mais sur l’anti-fascisme, ce qui replace paradoxalement le travail au centre. La mobilisation, les grèves, les marches de la faim sont symboliques. Les vrais mobilisations se font sur les questions du fascisme. Ce qui est remarquable c’est qu’à partir de l’anti-fascisme on revient au travail parce que ce sont les organisations ouvrières qui mobilisent sur ces questions. La mobilisation se fait par les grèves et la victoire électorale parallèlement. Le mouvement social est très identifiable au mouvement ouvrier, même s’il en déborde, car le mouvement débute là où les organisations syndicales ne sont pas présentes. Les frontières de la mobilisation ont peu à peu rejoint les frontières de l’organisation avec la syndicalisation massive. Le mouvement social s’identifie en grande partie au mouvement ouvrier et débouche sur des lois sociales qui confortent l’État social. Le paradoxe, c’est que les artisans de ces lois sociales étaient précédemment extrêmement méfiants à l’égard de cet État social. C’est également un des rares moments de mobilisations de masse des classes moyennes par la droite et l’extrême-droite (PPF par exemple) contre cet État-Social qui se constitue.

Entre 1936, il y a conjonction entre culture de mobilisation et culture de régulation. En 1944-1946, ce couple se dédouble. La Résistance peut être perçue comme un mouvement social (voir l’intervention de Claire Andrieu citée plus haut). Le legs de la Résistance à la République, c’est le Programme du CNR qui est signé par les mouvements de Résistance, les partis politiques et les organisations syndicales, bien au-delà du mouvement ouvrier. En 1944, il n’y a pas de mobilisations sociales, mais c’est une mobilisation pour la reconstruction, contre le fascisme, contre les traîtres. Par-delà la guerre froide, le mouvement social s’identifie assez largement au mouvement ouvrier, à l’exception de certains mouvements (paysannerie, poujadisme, catholicisme). Le travail reste au cœur du mouvement social, car nous sommes au cœur de la seconde industrialisation, nous sommes dans l’extension du monde ouvrier.

En revanche, l’année 1968 marque un élément contradictoire. Le mouvement social est double avec le mouvement des salariés qui consolident toutes les organisations syndicales et politiques mais il y a en même temps, dans le mouvement des années 1968, des éléments non-ouvriers, non affiliés à des organisations, qui sont parfois contre le mouvement ouvrier. On commence à apercevoir une disjonction, certains se mobilisant tout en ne se reconnaissant pas dans les formes de régulation sociales et politiques nées de 1936 et 1945 (comité d’entreprise, Sécurité sociale, etc.). La mobilisation ouvrière continue jusqu’à la fin des années 1970 et connaît des coups durs avec la désindustrialisation, la fin des mobilisations pour sauver la sidérurgie en 1979.

Période 1980 à nos jours : le syndicalisme est affaibli, les outils de régulations sociales sont affaiblis, ce qui entraîne l’apparition de nouveaux mouvements sociaux qui n’ont plus les questions du travail en leur cœur, mais des communautés linguistiques, locales, sexuelles, etc. Fait significatif, en 1995, on a la conjonction de ce qui est catégoriel (la défense des régimes particuliers) avec une dynamique de mobilisation qui a fait éclater une mobilisation de masse, sur le thème du « tous ensemble ».

Troisième point. Un thème n’a peut-être pas assez été abordé selon Michel Margairaz : les mouvements sociaux et les mondialisations.

Ne pourrait-on pas lire aussi l’évolution des mouvements sociaux à la lumière des mobilisations sociales dans un espace mondialisé ? Il existe deux grandes périodes de mondialisation : 1880-1914 et 1980 à nos jours. Entre 1930 et 1980, il existe une mondialisation minimale : crise des années trente, guerres, régulation forte de l’ouverture des marchés jusque dans les années 1980.

Cette lecture permettrait de s’interroger sur la manière dont les mobilisations sociales reflètent les groupes sociaux, les groupes mobilisés qui sont plus ou moins atteints par la mondialisation : la mondialisation est-elle une ressource ou une contrainte pour la mobilisation ?

Discussion

Intervention de Michel Pigenet

Sur le dernier point soulevé, Michel Pigenet signale son accord. Il y a une époque où pour les mobilisations, l’État est un interlocuteur efficace. L’État social est la forme achevée de l’État-Nation. On a un système configuré de telle sorte que passer par l’État permet d’avoir les régulations les plus favorables. Ce n’est pas valable uniquement pour le mouvement ouvrier, mais également pour les commerçants ou les paysans. Les organisations ouvrières ont acquis une maîtrise d’intervention sur l’État même si elles veulent dans le même temps le renverser. La deuxième mondialisation intervient après cette double phase d’achèvement de l’État-Nation et de l’État-Social. Les réformateurs sociaux raisonnent en termes nationaux. Avec la mondialisation actuelle, l’objectif est de construire des mobilisations internationales et des régulations internationales. Les mouvements sociaux le perçoivent mais sont très largement à la traîne car les mouvements des capitaux sont plus rapides que la construction des mouvements sociaux à cette échelle. Nous manquons de recul pour cette dernière période, ce qui explique la prudence. La référence au travail est moins structurante mais en même temps, si l’exploitation au travail est moins flagrante, elle s’intègre désormais dans une réflexion sur les dominations. Du coup, les mouvements classiques sont amenés à essayer de peser sur leur registre classique (exploitation, travail, conditions de travail), mais ils sont également amenés à intégrer ce qui se passe ailleurs, en terme de domination. Ils essaient d’être plus sensibles à la question des femmes, en prenant en compte les apports des organisations féministes post-1968.

Première remarque

Au sein des contributions, on transcende les frontières chronologiques qui étaient posées au départ. Au sujet du ventre mou de la mondialisation des années 1930 à 1980, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un moment de crispation politique très fort, autour du mouvement communiste international, de la guerre froide, de la construction européenne, de l’anti-colonialisme : cela mériterait d’être discuté.

Réponse

Il y a des contributions qui débordent du cadre chronologique dans lequel on les a placé. Le changement d’échelle, par exemple le passage à l’échelle municipale fait que la chronologie nationale colle moins bien à la réalité locale.

Pour la période 1930-1980, il ne faut pas oublier que la mondialisation n’est pas l’internationalisation. On agit dans un espace à l’échelle du monde, on a comme horizon le monde. Il y a des débats politiques à résonance internationale, mais les luttes tournent autour du travail avec un interlocuteur qui ne pouvait se défausser. Jusqu’en 1980, si on déclenche une mobilisation, il y a du grain à moudre, il y a des interlocuteurs. Il y a en effet un paradoxe : on parlait alors plus des questions internationales. Sur la guerre d’Algérie, il y a des mobilisations nationales : les syndicats sont plus actifs que les partis politiques. C’est sur le thème de la paix en Algérie que se font les mobilisations, plus que sur le thème de l’indépendance. Le mouvement ouvrier classique considère que la mobilisation sera plus simple sur le thème de la paix et on voit apparaître des clivages : certains reprochent l’absence de prises de responsabilités de certaines organisations syndicales sur la question de l’indépendance. La question des modèles internationaux est très forte, mais quand il s’agit de mobiliser, c’est très différent.

Deuxième remarque

Sur la quatrième période, paradoxalement, les mouvements ouvriers de résistance sur les questions d’emploi reviennent aux réflexes précédents : on fait encore référence au CNR par exemple, on fait encore appel à l’État.

Réponse

Les mobilisations puisent aussi bien dans un certain registre chrétien (la justice), dans un registre républicain (liberté, égalité) que dans les grands moments de légitimité social et patriotique (la Résistance). Le politique ne se reconnaît plus comme un interlocuteur capable de répondre au mouvement social. La tradition républicaine repose sur le volontarisme, la transformation profonde de la société. Aujourd’hui, le politique explique que ce n’est plus son domaine de compétence, alors que les outils de régulation internationaux restent à construire.

Troisième remarque

Les mouvements sociaux de droite ont-ils été traitées (PPF, anti-IVG) ? Si on prend la thématique sans-papiers, on parle de travailleurs sans-papiers. Les dernières mobilisations concernent le CPE, les retraites et donc le travail.

Réponse

La mobilisation sociale à droite concerne les catholiques contre la République avec des formes d’innovations (les Ligues de droite ne sont pas des partis). De la même manière, dans les années 1930, on assiste à des formes d’innovations. On fait des rassemblements d’automobiles avec une foule importante, sur des thématiques modernistes. L’innovation, on la retrouve aussi à droite. Sur la question scolaire, on retrouve les catholiques en 1983-1984. Ces mobilisations s’inscrivent dans une logique défensive et s’intègrent le plus souvent à la chronologie retenue. Elles se coulent dans la chronologie sans être moteur.

Pour les sans-papiers, on retrouve des thématiques proches du début du siècle, des questions de dignité, pour des gens à la marge. La situation est différente par rapport à celle des années soixante. Les minorités ethniques, sexuelles étaient systématiquement ramenées au cœur de la contradiction fondamentale (capital / travail) et donc niées ou combattues. On a reconnu l’autonomie de ces luttes,qui sont aujourd’hui déconnectées du général. Sur le CPE et les retraites, le cœur est le travail certes, mais ce sont des luttes défensives et elles ne se jouent plus sur les lieux de travail. En 2003 et 2010, cela s’est joué dans la rue et beaucoup moins sur les lieux de travail.

Prochaine séance le 8 novembre prochain par Emmanuel Pierru (sciences politiques, CERAPS Lille II) sur le thème Les rapports précaires au politique dans la France contemporaine.

Claire Andrieu. La Résistance comme mouvement social

Compte-rendu de l’intervention de Claire Andrieu au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème La Résistance comme mouvement social, séance du jeudi 2 février 2011, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Claire Andrieu est spécialiste en histoire politique de la France contemporaine, notamment de la période de l’Occupation. Elle est membre du Centre d’Histoire de Sciences Po et chercheuse associée au Centre d’Histoire Sociale.

Intervention de Claire Andrieu

La Résistance est-elle un mouvement social ? Cette question m’a fait plaisir car elle répond à l’une de mes préoccupations actuelles. Le recours aux sciences sociales et notamment à la sociologie, peut aider à unifier les milliers de travaux sur la Résistance française de 1940 à 1945.

Dans un premier temps, je propose de nous interroger sur la définition des termes « mouvement social » et « résistance ».

I. Définitions

Définition du mouvement social

Une définition minimaliste du mouvement social peut être la suivante : « action collective revendicative ». Ce terme désigne, selon un usage courant, la grève d’un service public. Cet usage courant a un côté dimensionnel que l’on va retenir : le mouvement social a une dimension sociale. Quelques individus isolés ne font pas un mouvement social.

Je vous propose une brève généalogie de l’expression en partant des catalogues de la Bibliothèque Nationale de France et de la Library of Congress.

Dans le catalogue de la BNF, l’expression « mouvement social » apparaît à la fin du 19ème siècle pour désigner des revues issues de la démocratie chrétienne, surtout catholique, proches des préceptes de la morale sociale de l’Église (Rerum novarum). Cette expression désigne la mouvance militante catholique qui agit en direction des couches les plus pauvres et elle désigne en même temps le mouvement nécessaire, l’évolution devant améliorer la situation des plus pauvres. Cela part également du constat qu’il est insuffisant de faire appel à la législation sociale. L’engagement patronal, à travers le paternalisme, est également sollicité.

Un exemple de revue : Le mouvement social dont la parution est annoncée en 1880 à Lyon.

Jusqu’en 1940, il semblerait que l’expression « mouvement social » soit connotée catholique de droite, d’autant plus que durant l’entre-deux-guerres, l’expression est reprise par les Croix de feu.

En 1960, le centre d’histoire de la rue Malher utilise cette expression comme titre de revue, en s’inscrivant dans une militance syndicaliste, socialiste et communiste également ouverte aux anarchistes. Il est également signaler que la revue est soutenue par un comité regroupant des représentants de coopératives ouvrières et des organisations patronales et syndicales de toutes tendances.

Ernest Labrousse, dans l’avant-propos du premier numéro du Mouvement social, qui est consacré aux militants ouvriers du 19ème siècle. Il positionne la revue dans l’idéologie du progrès. Le centre s’appelle à partir de 1966 « centre d’histoire du syndicalisme » qui devient en 1978 le Centre de Recherches d’Histoire des Mouvements Sociaux et du Syndicalisme. Ce changement de dénomination illustre la volonté de distinguer le syndicalisme des mouvements sociaux. Le mouvement social semble déborder le syndicalisme.

Entre le 19ème siècle et la seconde moitié du vingtième siècle, on est passé des Blancs aux Rouges, cette expression « mouvement social » a pris une connotation ouvrière.

Dans le catalogue de la Library of Congress, la chronologie est proche mais le sens actuel, laïque apparaît tout de suite en parallèle, contrairement à la situation française où il existe un sens majoritaire militant catholique. Trois exemples tirés de la Library of Congress :

  • Werner Sombart, Socialisme et mouvement social au XIXe siècle, Paris, Giard et Brière, 1898.

  • John Franklin Jameson, The American revolution considered as a social movement, Princeton, Princeton university press, 1926.

  • Éric Hobsbawm, Social bandits and primitive rebels : studies in archaic forms of social movement in the 19th and 20th centuries, Glencoe, Fress Press, 1960, 208 pages.

Une autre spécificité des ouvrages de la Library of Congress : les 4/5ème des ouvrages référencés sont parus après 1980.

Conclusion. Les « mouvements sociaux » ne sont pas forcément de gauche et ne sont pas forcément ancré dans le mouvement ouvrier. Ce n’est pas non plus forcément une expression du vingtième siècle.

Définition de la Résistance

La définition de la résistance pose plusieurs difficultés. La Résistance (avec un grand « R ») se définit comme la « résistance organisée ». Par le terme de Résistance, l’historiographie tend à privilégier la résistance intérieure, tout comme De Gaulle le faisait. On peut la résumer par le sigle CNR. Mais la distinction intérieure / extérieure est visible dans les documents résistants à partir de 1942.

Une réflexion ambitieuse ne devrait pas se limiter à la résistance intérieure car les deux se construisent l’une avec l’autre.

Le mouvement social est partiellement déterminé par le contexte dans lequel il se trouve et les forces auquel il se heurte. C’est pour cela que la résistance extérieure ne sera pas trop abordée aujourd’hui.

Faut-il uniquement s’attarder sur la résistance organisée ? Je ne le pense pas, il est également important d’inclure la « résistance civile ». Ma conviction est que celle-ci est le terreau de la résistance organisée. Ce terme de « résistance civile » a été vulgarisé par l’ouvrage du sociologue Jacques Sémelin intitulé Sans arme face à Hitler. La Résistance civile en Europe (1989). Cet ouvrage s’est inspiré d’un important débat allemand sur l’existence ou non d’une résistance en Allemagne. Martin Broszat a opéré une différenciation entre « Widerstand » et « Resistenz », cette dernière étant une résistance majoritairement individuelle, discrète voire secrète. Pour ma part, j’adhère à cette distinction. Il n’y a pas eu de Résistance allemande, mais de grands résistants allemands et, à côté, un simple refus du système, un retrait pur et simple de toute vie sociale.

En France, à côté de la résistance organisée, existe une « résistance civile » faite de milliers de petits actes oppositionnels. Cela va dans le sens de la définition donnée par Pierre Laborie qui considère qu’il faut restreindre la notion de résistance aux actes ayant pour but de nuire à l’ennemi. Les questions ne sont pas simples. Le marché noir est illégal, mais est-ce pour autant de la résistance ? La frontière est ténue entre résistance civile et résistance tout court. J’avais abordé cette question dans un article sur la place des femmes dans la Résistance organisée (Lire le dossier « Femmes en Résistance à Ravensbrück« , Histoire@Politique. Politique, culture, société, n°5, mai-août 2008). Geneviève De Gaulle (18 ans en 1940) est à Rennes et arrache un fanion nazi qui flotte sur un pont de la ville. Est-ce de la résistance, de la résistance civile ? Est-ce nuire à l’ennemi ? Difficile à dire. Germaine Tillon en 1940 donne sa carte d’identité à une amie portant un nom israélite. La même question se pose. Il est difficile de fixer des limites claires. La multiplication des pratiques visant à gêner l’occupant (faire trébucher un soldat par exemple) créé un climat, une ambiance. Cette multiplication des actes d’incivilités contribue à créer un contexte permettant à faire émerger une résistance organisée. Ce contexte est mal-connu car il existe peu de sources à l’exception des archives judiciaires : une petite partie de celles-ci a été conservée, avec 12000 procès de personnes condamnés par des tribunaux militaires allemands. À l’intérieur, quelques actes de résistances caractérisés mais c’est principalement des délits mineurs que l’on peut y voir (les insultes, les rixes dans les bars) et qui peuvent être vus comme autant d’éléments de résistance. Ce n’est pas le fait d’originaux germanophobes, loin de là.

II. La résistance au crible de l’analyse des mouvements sociaux

Deux manuels basiques de sociologie ont été utilisés pour cette rapide étude.

Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, collection Repères, 1996.

Lilian Mathieu, Comment lutter ? Sociologie et mouvements sociaux, Paris, Textuel, 2004.

Ce que la résistance n’est pas

Elle n’est pas un mouvement social au sens de la théorie du choix rationnel qui vient des USA, s’est développée dans les années 1960-70. C’est une école au départ d’économistes qui se sont tournés vers la sociologie et qui ont appliqué aux comportements collectifs la théorie de l’action rationnelle, du choix rationnel. Cette lecture économiste fonctionne très mal pour la résistance. Le plus connu est Mancur Olson (avec son ouvrage Logic of Collective Action, Harvard University Press, 1965 traduit en Logique de l’action collective, PUF, 1978) avec l’exemple célèbre du gréviste adoptant la théorie du passager clandestin après un calcul coût/avantage. Le problème posé est de réduire le coût de l’engagement et d’augmenter les avantages. Comment mobiliser le non-résistant et dans quelle action voit-on ce calcul jouer un rôle substantiel ? Là où son rôle est avéré, c’est dans la presse résistante de 1940-1942 où il fallait éviter de faire l’éloge de la République ou de faire la critique du Maréchal Pétain, éviter la question délicate du statut des juifs à cause de l’antisémitisme latent dans la société française. Il y a eu un calcul rationnel fait par une partie de la presse résistante. Mais de manière générale, le coût de l’engagement, les risques sont mis en avant par les résistants.

La théorie de la mobilisation des ressources est une radicalisation, dans les années 1970 d’une thèse de Mancur Olson. Il s’agit encore d’une théorie de l’offre. L’idée est que toute société génère une dose de mécontentement constant. De temps en temps se crée une structure d’offre (la Social Movement Organization – SMO) qui sert de moteur pour créer une mobilisation. La concurrence et la multiplication des SMO engendrent des SMI (Social Movement Industry) et finalement des SMS (Social Movement Sector). Il y a un système de rémunération qui se met en place avec la professionnalisation des militants. Dans certains cas, cette théorie peut s’appliquer à la résistance. Sur les évasions, les aviateurs anglais et canadiens se retrouvent bloqués en France et certains français vont partir en Grande-Bretagne pour se former à créer des réseaux de rapatriement des anglais et canadiens. Il y a une structure d’offre qui se créé. On peut faire le même constat avec la transmission des savoirs techniques pour le sabotage. Exemple de l’ouvrage de Jeanne Bohec, Plastiqueuse à bicyclette. Il y a depuis Londres une structure de formation. Jean Moulin est présent pour fédérer les différents mouvements dans une seule organisation. Il est un « entrepreneur » de mouvement social. Sur la concurrence, on peut observer des concurrences entre résistants, surtout au niveau des états-majors des organisations. À l’automne 1942, lors d’une grève à Lyon, des tracts signés par le PCF et Combat sont distribués. Ce tract a fait prendre conscience aux anti-communistes qu’il fallait être au niveau : cette concurrence a créé une saine émulation ! L’acceptation de la création du CNR est une forme d’auto-contrôle des uns et des autres.

Le principal défaut de ces théories pour les historiens est que l’on est dans l’objectivisme et du coup, le vécu, la subjectivité des acteurs est oubliée. Alberto Melucci, sociologue italien, parle de sociologie sans acteurs. Il y a une part d’inestimable dans la résistance : les valeurs, l’estime de soi. Cette dimension non mesurable joue un rôle essentiel. Écarter le non-valorisable au sens commercial du terme, c’est passer à mon sens à côté de l’essentiel. Une autre limite réside dans le fait que les analyses sociologiques portent en général sur des mouvements se développant dans des contextes de liberté et de démocratie. Il est intéressant d’étudier les mouvements sociaux dans les contextes autoritaires ou totalitaires.

La résistance n’est pas un nouveau mouvement social (NMS). Cette idée a émergé après mai-juin 1968 avec Alain Touraine et Ronald Ingelhart. Cela va avec l’idée que depuis les années 1960, on serait entré dans une société post-industrielle, post-matérialiste avec un éloignement de la perception de la société en classes sociales vers une société perçue comme morcelée, segmentée. Les objets de ces NMS sont les féministes, les homosexuels, les régionalistes, certains consommateurs. Pour les formes, il y a souvent une recherche de la démocratie directe, un refus de la délégation, des sit-in, des occupations, des assemblées générales, des actions spectaculaires diverses, un désintérêt pour ce qui se passe sur la scène étatique et parlementaire, une volonté de se regrouper par communauté. Cela ne marche pas du tout pour la résistance. Ce n’est pas la résistance qui fait bouger les questions féministes. Les résistants ne sont pas des homosexuels militants. Pour le régionalisme, même constat. La résistance était jacobine, centralisatrice à Paris et non à Vichy ou Alger. Les résistants avaient un intérêt important à chasser du pouvoir Vichy et les allemands. La résistance est un mouvement qui se créé par en bas, tous les chefs locaux ont du souffrir et accepter la centralisation. Quand ils ne l’ont pas accepter, on en connaît les conséquences (Henri Frenay de Combat s’est vu refuser la direction de la résistance). La valeur mobilisée, c’est la souveraineté nationale.

Qu’est-ce qu’a pu être la résistance ?

C’est un mouvement identitaire et « communautaire ». Les travaux de sociologie sur les mouvements de libération nationale sont malheureusement peu nombreux.

Un mouvement identitaire. Cette notion est problématique, puisque l’on assiste à une multiplicité des identités. Il y a tout de même des mobilisations de type identitaire. Les sociologues américains considèrent que les sociétés contre l’intempérance (de lutte contre l’alcoolisme) étant des sociétés de type identitaire car l’intempérance mettait en jeu l’identité américaine.

L’identité française est opprimée dans le présent et menacée dans son devenir si la culture française doit être remplacée par la culture nazie ou même allemande. Potentiellement, le français s’est senti atteint, selon une dichotomie classique « nous » / « eux ». C’est ce qui fait la force de la résistance.

L’avant-propos collectif au Dictionnaire historique de la résistance est particulièrement éloquent : « pour nous, c’est une caricature et un détournement de sens que de limiter la Résistance à une minorité, équivalente à celle des « collaborateurs », et supposée être, comme ceux-ci, isolée dans le pays. Réduire la majorité de la population à une masse résignée, voire complice et s’accommodant tant bien que mal de l’Occupation, conduit à occulter un fait majeur : la Résistance fut un processus social, elle n’a pu exister, vivre et se développer que dans la dynamique des liens tissés dans et avec la société française ». Cette vision des choses n’est pas partagée par tous les chercheurs. Pour Philippe Burrin ou Robert Paxton, la résistance est une minorité activiste dont une part importante de communistes.

Daniel Gaxie utilise un concept intéressant qu’il appelle l’effet « surrégénérateur » : plus le militantisme est coûteux, plus il va générer de militantisme. Albert Hirschman l’a désigné sous le terme « paradoxe du pèlerin ». La difficulté de la lutte fait la rétribution du militant. Pour arriver dans cette spirale, il faut que ce soit une identité cruciale qui soit mise en jeu. Un individu isolé (un dissident en URSS) ne constitue pas un mouvement social. Les résistants n’étaient pas seuls. Il faut prendre en compte le contexte, en les comparant. Il y a 60 000 déportés de la résistance, le nombre d’emprisonnés de la résistance étant plus nombreux. 260 000 combattants de la résistance ont été reconnus comme tels et 600 000 personnes ont demandé à être reconnues comme résistants armés.

Un exemple un peu lointain. L’insurrection vendéenne a été réprimée avec violence. Sous la Restauration, les vendéens ont pu déposer des dossiers d’indemnisation. On ne trouve que 4-5% de personnes reconnues comme combattants de la « Vendée » sur l’ensemble de la population des régions soulevées. Je prend cet exemple lointain pour démontrer que pour raisonner sur le militantisme en période de répression, il faut prendre des précautions.

La distinction de Charles Tilly entre mouvement social archaïque et mouvement social moderne, avant et après 1850 (cf. la séance précédente) ne fonctionne pas. Il y a des aspects archaïques et des aspects modernes dans la Résistance.

Des exemples de manifestations utilisant les rites traditionnels. Un exemple tiré d’un témoignage : À Noël, en 1942, à Montbéliard, l’archiprêtre de la cathédrale fit mettre une étoile jaune sur le Jésus dans la crèche. Autre exemple, la participation de plusieurs centaines de personnes lors des enterrements d’aviateurs (Nous avons des photographies et de nombreux témoignages et écrits). Autre exemple, les graffitis (des « V », des « croix de Lorraine »). Dans un contexte de pénurie, apporter trois pommes de terre à un voisin est un geste de résistance civile. On pourrait comparer les maquis aux maquis des bandits d’Hobsbawm. Je pense qu’il faut prendre ces petits actes quotidiens au sérieux, il faut les rapporter au contexte de la période. Cela brouille les lignes entre archaïque et moderne.

La résistance est un construit collectif, notamment issu de trois années de travail militant (1940-1943). Je vous recommande le début du travail de Lilian Mathieu qui décrit comment le collectif est une construction. L’aboutissement, c’est le CNR. On y aboutit par des négociations très longues qui commencent tout à la base, sans qu’il soit question d’un conseil national. Des facteurs extérieurs (Général de Gaulle par exemple) ont permis de catalyser ce travail, mais il y avait au départ un travail à la base. Certains petits mouvements locaux se sont fédérés (par exemple dans Combat) et ces fédérations successives auraient peut être fini par atteindre l’échelon national, mais l’intervention de la résistance extérieure a accéléré le mouvement d’unification, car le général De Gaulle devait prouver aux alliés l’unité de la résistance. Ce qui est spécifique au CNR, c’est qu’il a réuni l’ensemble des organisations de la résistance, les syndicats et presque tous les partis politiques. Cette fédération d’organisations hétéroclites est spécifique au cas français. En Pologne, le clivage communiste / non-communiste n’a pas pu être surmonté. Au Danemark, la non-dissolution du Parlement a laissé de côté les partis politiques qui avaient continué de siéger. La résistance française a été particulièrement constructive et constructiviste, en mêlant les organisations de résistance et les organisations antérieures traditionnelles, comme les partis et les syndicats.

Dans la résistance, il y a construction du collectif par des individus. Max Weber, dans Économie et Société (1922) explique que l’action collective est une action entraînant immédiatement des interactions entre les individus. Norbert Elias contredit cette thèse. Il y a dans les années 1940-1941, de nombreux français qui s’exposent. Il y a un caractère systématique du sauvetage des aviateurs alliés qui sont immédiatement hébergés alors qu’il s’agit pour les allemands d’un acte de guerre (puni par la déportation). On est dans une logique identitaire, les anglais sont des alliés, les allemands sont des ennemis, j’aide les anglais : il n’y a pas besoin de lire la presse clandestine pour cela. On peut considérer que ces individualismes parallèles font partie du terreau qui va permettre la Résistance. Le témoignage des convoyeurs de ces aviateurs sont parfois drôles. Il y avait des étables entières d’anglais en Bretagne qui attendaient d’être rapatriés !

Discussion collective

Question 1. Au sujet de la résistance civile, y a-t-il eu une analyse sociologique des « justes » ? Quelle est la part des actions individuelles et des actions organisées ?

Réponse 1. C’est en cours. J’ai essayé de le faire en partant du Dictionnaire des justes mais ce n’est pas assez précis. Claire Zalk s’intéresse beaucoup à la sociologie des justes aujourd’hui. Pour la reconnaissance des justes, ce sont surtout des actions individuelles, effectuées dans le cadre d’une action de l’État d’Israël. Il est nécessaire qu’une personne sauvée désigne une personne l’ayant aidée. C’est un biais important. Le dossier des « justes » ne sont pas très précis : un lieu, un nom mais pas de détails sur les actions elles-mêmes.

Question 2. C’est déjà une forme d’institutionnalisation. Le fait de ne rien faire, n’est-ce pas déjà un geste ? On a plusieurs cercles d’actions véritables, individuelles et collectives qui impliquent les gens de diverses manières.

Réponse 2. La littérature américaine accuse les témoins. Mais elle oublie les témoins qui se taisent et oublient de parler et qui, de cette manière, sauvent des vies. Il faut recueillir vite les aviateurs, avant que les allemands n’arrivent. C’est clair ici qu’il y a un refus d’identification à l’occupant.

Question 3. Durant le colloque sur le syndicalisme durant la résistance, nous avions mis en lumière des faits similaires qui ne sont pas non plus comptabilisés.

Question 4. Quelle est la part dépendant de la ruralité, de l’interconnaissance poussée dans les campagnes. Quelle est la différence entre la ville et les banlieues ?

Réponse 4. Je ne saurais pas répondre sur la différence entre ville et campagne. Pour les enterrements, cela se faisait surtout dans les petits villes et villages. Dans les grandes villes à forte concentration allemande, c’était difficile. Je voudrais m’inscrire en faux contre une certaine littérature sur les paysans (par exemple Eugen Weber, La fin des terroirs). Il prend au pied de la lettre ce que racontent les campagnards durant la seconde moitié du 19ème siècle. Il faut arrêter d’expliquer que les paysans ne sont pas dans la politique. Je crois avoir ici un bon exemple avec la résistance civile dans les campagnes.

Question 5. Au sujet de la mise en avant des risques encourus. C’est aussi une question de sécurité, pour appeler les militants à faire attention. En même temps, lorsque l’on voit des tracts, des consignes, on pousse parfois à une témérité folle : entrer dans les épiceries qui profitent et les piller, pavoiser, c’est quand même s’engager dans des actes symboliques et faire prendre des risques disproportionnés. Il y a les deux me semble-t-il.

Réponse 5. Oui, il y a l’exemple du maquis d’Oyonnax qui défile en 1943 et qui subit après la répression. Pour ce qui est de pavoiser, cela était-il pris au pied de la lettre ? N’est-on pas dans une utilisation routinière du vocabulaire ? Si on prend les appels de la France libre, ce sont des consignes a minima au départ.

Réponse 5 bis. Il existe un mémoire sur les grèves à Paris durant l’Occupation. À partir de 1942, on a de très nombreux appels à la grève. L’étudiante a trouvé de nombreuses grèves de militants CGT-U qui ne s’insèrent pas dans la chronologie des appels « nationaux ». Ce ne sont pas que des mots. Il me semble que ces mots permettent de donner du sens à des actions éclatées. Il y a aussi des appels à manifestation pour tromper l’ennemi. Curieusement, ce sont les gaullistes qui sortent le Premier mai. Les communistes sont sur plusieurs fronts, dans d’autres terrains et ils ne prennent pas de risques inutiles.

Réponse 5 ter. Il existe des photographies et un témoignage d’une manifestation mi-1941 près de la statue de Jeanne d’Arc. Elle a été prise en photo par un gendarme (fonds d’archives récemment déposé au musée de la Résistance de Champigny) et durant laquelle il témoigne qu’il y a eu des cris.

Question 6. Est-ce une forme de résistance civile de prendre des photographies pour les mettre dans une boite ?

Réponse 6. Je considère que oui. Joachim Fest qui raconte la vie de son père durant la guerre explique qu’il a survécu parce qu’il a coupé les liens avec tous ses contacts, sauf avec un voisin juif. Est-ce de la résistance ? Il a accepté une forme de mort sociale, il s’est coupé de la société. Il a seulement été mis en danger d’une certaine façon par ses enfants qui refusait de suivre l’intégration hitlérienne.

Question 7. Je conseille la lecture d’un livre d’Hans Fallada, Seul dans Berlin, sur la résistance individuelle. Il met dans les cages d’escalier des cartes contre la guerre. Il s’enferme de plus en plus, il y a un repli sur soi.

Réponse 7. Il existe aussi un livre passionnant sur une femme des services secrets français qui, après avoir été emprisonnée, réussit à s’enfuir et à survivre à Berlin durant de longues semaines.

Question 8. Vous avez parlé de la résistance allemande. Vous considérez que il n’y a pas de Résistance, mais que pensez-vous de la résistance communiste ?

Réponse 8. En Allemagne, la répression a été telle qu’il est difficile de mener la résistance. L’identité allemande n’était remise en cause que pour ceux pour lesquels le nazisme ne correspondait pas à cette identité. Même si je ne maîtrise pas bien cet aspect de la résistance.

Question 9. On reste dans des formes politiques qui ont du mal à s’articuler. En France, la politique continue de se mener sous d’autres formes. Il y a une socialisation des pratiques, le front national s’organise par branche professionnelle. On passe par des choses qui se donnent comme sociale.

Question 9 bis. La politique du PCF est clairement orientée vers le social. Il applique un mode d’action qui lui est congénital à une période qu’il connaît mal, la clandestinité. D’autres mouvements s’y mettent aussi, comme les MUR, avec des résultats inégaux. Tout le monde n’arrive pas avec le même bagage (savoir-faire, pratique militante et d’engagement). Il doit exister un clivage entre résistances communiste et syndicaliste et les autres. Il y a une tradition chez les communistes de travail non-visible et un type d’engagement fait de consignes, de mots d’ordre, de centralisation. Une comparaison serait peut être possible avec les militaires.

Réponse 9. L’organisation de résistance armée (ORA) n’a pas été très étudiée mais il serait intéressant de voir comment ils se sont disposés. Le parallèle avec le PCF serait intéressant. Sur la résistance allemande, je voulais dire que chaque réseau en quelques mois subissait une répression féroce. Cela a toujours été embryonnaire. Il y a peut être eu une résistance mais elle n’arrive pas à former un mouvement social. Les aviateurs britanniques tombés en Allemagne ne sont pas tous lynchés, certains civils allemands traitent normalement les aviateurs.

Question 10. Les études de Ian Kershaw sur l’opinion allemande montre quand même des déterminations sociales collectives. Pour lui, cela a un sens. Le positionnement dépend du contexte, des questions sociales et économiques.

Question 11. Pour compléter, j’ajouterai les travaux d’Alf Lüdtke.

Question 12. Peut-on considérer que le mouvement de résistance italienne est un mouvement social ? Il y a volonté de récupérer le pouvoir après la chute du fascisme et le départ des troupes allemandes.

Réponse 12. La résistance italienne existe et s’est construite sur le modèle français avec une implication très forte du Parti d’action et du Parti communiste. C’est une résistance multipartite qui se forme à partir de 1943, à partir du moment où l’Italie est occupée. On revient sur la question identitaire.

Question 13. En France, quelle est la place de l’antifascisme, est-ce un élément identitaire déterminant ?

Réponse 13. Les mouvements politiques en temps de paix mobilisent un personnel qui n’a rien à voir avec celui mobilisé en temps de résistance, qui nécessite un engagement particulier. C’est un type de militant prédisposé à cet engagement qui n’a rien à voir avec la logique de l’engagement politique que l’on peut avoir en temps de paix.

Question 13. C’est une discussion que l’on a eu avec Paul Boulland sur la gestion des cadres après la Libération. Le militant complètement imprégné par les qualités nécessaires pour la Résistance n’est plus le militant dont le PCF avait besoin en 1946-1947. Les besoins du PCF ne sont pas les mêmes.

Question 14. Un contre-exemple. Jean Moulin n’est pas parti en Espagne, il n’a pas fait l’épreuve de la guerre et pourtant il a œuvré pour aider la République espagnole. Y a-t-il une filière antifasciste ? Y avait-il un rejet du PCF pour un certain type de militant comme Georges Guingouin qui se prenait pour Mandrin ou Robin des bois ?

Question 15. Vous avez une proposition sur les motivations (« eux » et « nous », le terreau). J’ai un schéma en tête qui me laisse à penser que cela permet des mouvements de soulèvement de masse, et pas seulement des organisations. Sur le profil résistant et la marginalisation par le PCF : y a t-il des travaux reliant ce phénomène et la reconstitution de réseau d’extrême-gauche (exemple de Roger Pannequin). Sur l’Espagne et les militants étant partis combattre : il existe des contre-exemples de militants libertaires, formés à la guerre clandestine et revenus en France qui ne se sont pas intégrés à la Résistance.

Question 16. Entre le profil politique résistant et le profil politique civil. Est-ce un choix qui est opéré par la personne elle-même ou est-ce un choix des états-majors ?

Réponse 14-15-16. Tous les chemins mènent à Rome : il y a par exemple, mais pas seulement, une filière communiste qui mène de l’usine à l’Espagne puis éventuellement à la Résistance. Il y a plusieurs anti-fascismes. L’année 1940 est une rupture inimaginable. Il y a eu des conséquences personnelles : les réseaux amicaux ont été bouleversés. Dans l’état actuel des connaissances, il y a eu une non-prédictibilité de l’engagement résistant. Sur le mouvement de libération nationale qui est un mouvement de masse, il faut bien voir que la répression anti-coloniale n’est pas la répression nazie. Il n’y a pas la même intensité de répression. Je vois mal une manifestation de masse sous l’occupation. (Intervention de complément : Il y a eu des mobilisations de masse à Athènes durant l’Occupation). Sur Roger Pannequin, il y en a eu quatre ou cinq de ce type, tous les profils sont possibles. Des exemples de brigadistes qui n’entrent pas dans la Résistance, ce n’est pas étonnant. Il y a des bifurcations, différents types de parcours difficiles à prévoir. Pour les choix, tous les profils sont là aussi possibles. La notion de profil est assez adaptée, car elle est suffisamment souple pour prendre en compte les choix multiples possibles qui sont offerts.

Question 17. Il y a quand même des lignes, des tendances. La probabilité d’être dans la résistance est plus forte pour un brigadiste que pour un libéral.

Prochaine séance le 1er mars avec Sophie Béroud sur le thème L’évolution des conflits du travail depuis 20 ans.