Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme »

Le texte qui suit est un article de Claude Vinci, pour le Bureau National du Syndicat Français des Artistes Interprètes CGT, paru en 1976 dans Le Peuple, bimensuel de liaison de la Confédération CGT avec ses organisations confédérées. Cet article revient sur le problème posé par la gratuité des prestations des chanteurs « militants » lors des galas de solidarité organisés par des organisations syndicales.

Né en 1932 dans l’Indre, Claude Vinci1 connait la Seconde Guerre mondiale et ses maquis, avant de « monter à la capitale » en 1951. Autant passionné de football que de chant, il opte pour ce dernier après avoir rencontré Yves Montand. En 1956, il est rappelé en Algérie d’où il déserte. En 1963, il enregistre son premier album, puis deux autres en 1964 et 1965. Il abandonne le cabaret pour le récital en 1966. Durant vingt années, les albums s’accumulent, tout comme les tâches syndicales. En 1984, il décide de prendre une retraite provisoire pour se consacrer à l’écriture, avant un ultime retour à ses premières passions en 1993. Ses écrits autobiographiques paraissent sous les titres La trop courte vie d’Adrien (1995) et Les portes de Fer (2003) aux éditions Le temps des cerises.

Article de Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme »2.

Quand on voit un chanteur en scène, même pour un tour de chant long, de deux heures par exemple, sa prestation semble très souvent facile et on peut avoir l’impression que quiconque en ferait autant. Elle est normale cette apparence de facilité, et elle doit être la marque de ce qu’on appelle « le talent ».

Mais-a-t-on pensé à ce qu’est « le talent » ? Serait-ce un don acquis à la naissance, par hérédité ? Aurions-nous, en naissant, un gène spécifique qui fasse de nous un artiste, un chanteur ? Certainement pas. C’est tout un contexte familial, social, d’éducation qui fait qu’à un moment donné nous accrochions pour les arts, pour un art, que « nous sentions la vocation ». Et c’est ce qui explique que, parmi les artistes, il n’y en ait certainement pas plus de 2% d’origine ouvrière et petite paysanne, tous les autres étant, à très grande majorité, d’origine petite bourgeoise.

Si avoir « la vocation », « le talent », c’est nécessaire, c’est loin d’être suffisant. Il faut surtout le travail. Des heures et des heures, des semaines, des mois, des années de travail sur toute une carrière, passés en cours de chant, de musique, d’art dramatique, de danse, de mîme, d’expression corporelle qui coûtent fort cher. C’est être à peu près au courant de tout ce qui se fait, se recherche dans les domaines de la poésie, de la littérature, de la musique, du cinéma, de la télé, de la peinture, etc… C’est être dans la vie et non pas dans une tour d’ivoire sclérosante, pour accumuler un matériau solide qui sera transformé en chansons. Ce sont des heures, des semaines, des mois parfois pour mettre au point l’écriture de ces chansons, trouver la forme la plus apte, le vers le mieux tourné, le mot le plus précis, la musique, note par note quelquefois, la mieux mariée au texte. C’est, pour celui qui n’est qu’interprète, la recherche de ses chansons, de nouveaux auteurs, le choix, le travail souvent avec une équipe d’auteurs et de compositeurs.

Et une fois ces chansons écrites ou choisies, combien d’heures de mise au point, de répétitions qui ne fourniront d’ailleurs que l’ossature de l’interprétation qui va s’améliorer, s’enrichir au contact du public.

Encore faut-il pouvoir le contacter, ce public ! Et combien d’heures sont encore passées là en démarches, en prospection pour avoir des engagements, pour pouvoir enfin exercer ce métier, son métier.

Aussi, un tour de chant qui semble facile – et c’est heureux – représente en définitive une somme incalculable d’investissements intellectuels non rémunérés, qui coûtent même, sans parler des investissements matériels nécessaires : une voiture et pas n’importe laquelle quand un chanteur fait entre 50 et 100 000 kilomètres par an avec souvent des étapes de 8 à 900 kilomètres, une sonorisation pour fournir le meilleur travail possible, des instruments de musique, etc…

Tout cela, ajouté à la totale insécurité d’emploi, explique que le cachet d’un chanteur, même débutant, puisse paraître élevé, voire exorbitant, comparativement au salaire quotidien moyen d’autres travailleurs. Et pourtant, il est loin de correspondre, dans de très nombreux cas, à ce qu’il faut pour vivre à peu près décemment, à la disponibilité à son métier 24 heures sur 24, le professionnalisme donc, étant indispensable, ce qui n’a rien de discriminatoire pour les amateurs puisque dans notre pays où rien n’est organisé pour notre formation, tout professionnel vient des rangs amateurs.

Il est donc anormal de demander à un chanteur de chanter gratuitement, même pour un gala de solidarité à une grande cause avec laquelle ce chanteur est en plein accord.

Bien sûr, certains chanteurs véhiculent l’idéologie progressiste et se mettent ainsi directement aux côtés de la classe ouvrière, s’intègrent même à la lutte contre l’exploitation capitaliste, au niveau idéologique. On peut alors considérer que leur tour de chant est un acte militant. Cela est certainement vrai, mais dans un sens seulement, car si cela était pleinement vrai, ce serait admettre que la révolution peut se faire par la culture artistique. On sait bien que cela est en grande partie faux et que la chanson, comme tout art, n’est qu’une aide (elle n’est pas que cela) à une prise de conscience de la nécessité d’autre chose, une aide importante oui, mais une aide seulement.

Et pourquoi un tour de chant serait-il plus militant dans un gala de solidarité où tous les spectateurs sont militants eux aussi et donc convaincus, que dans une représentation « normale » devant le tout-public dont une grande partie n’est pas forcément acquise aux idées exprimées ? Ne serait-ce pas plutôt dans ce second cas que le tour de chant est le plus militant ?

Alors, chacun de nos tours de chant pourrait être considéré effectivement comme un acte militant, ne se faisant pas payer puisque militant ; mais quand et comment allons-nous gagner notre vie, quand et comment allons-nous amortir les investissements intellectuels et matériels que nous sommes obligés de faire constamment et sans lesquels il ne peut pas y avoir de tour de chant ? Nous préférons dire et nous sommes convaincus d’avoir raison parce que nous l’avons beaucoup vécu et y avons beaucoup réfléchi : « notre militantisme, le vrai, le fondamental, est ailleurs et quand nous montons sur une scène pour chanter, c’est avant tout notre métier que nous exerçons et c’est un travail pour lequel nous avons investi et cela nécessite un salaire ».

Le problème se présenterait de manière totalement différente si nous étions des salariés « normaux », avec un salaire régulier et garanti. Mais tel n’est pas le cas ; nous ne sommes que des salariés intermittents à employeurs multiples.

Aussi, nous pensons qu’il est tout à fait justifié que toute prestation artistique de notre part, tout tour de chant, tout travail donc, fasse l’objet d’un salaire. Celui-ci peut subir des variations selon les cas, être même reversé intégralement à l’organisateur, ça n’est plus alors qu’un problème d’appréciation personnelle mais il y a le principe reconnu de salaire.

C’est qu’au salaire et au salaire seul, se greffe tous les droits sociaux qui dans nos professions, comme dans les autres, ne sont que des acquis des luttes syndicales.

Cela veut dire que, quand nous faisons un gala gratuit, il ne peut pas y avoir de cotisations, donc pas de couverture en ce qui concerne la Sécurité sociale, les allocations familiales et les accidents du travail (et cela peut être grave, dramatique et c’est déjà arrivé, en cas d’accident sur le chemin ou la scène du gala), pas de cotisations à notre Caisse Congés Spectacles, nos congés payés, pas de cotisations ASSEDIC (et il y a plus de 80% de chômage dans nos professions), pas de cotisations retraite Sécurité sociale et retraite complémentaire. Pourquoi n’aurions nous pas droit, nous aussi, à bénéficier complètement de ces conquêtes syndicales à l’obtention desquelles notre propre syndicat, par son affiliation à la CGT et par ses luttes spécifiques, a participé ?

La solution ? Il n’est pas question pour nous de nous opposer à ces galas de solidarité, de soutien, à ces galas « militants » qui risquent même d’augmenter avec les luttes sociales et politiques. Nous sommes partie prenante. Nous voulons nous y intégrer et en chantant aussi puisque cela peut aider les luttes, nos luttes communes.

Mais cela ne peut se faire au détriment de notre métier ; cela ne peut aller à l’encontre des acquis des luttes communes et spécifiques ; sinon il faudrait bientôt penser à organiser aussi de nombreux galas de soutien aux chanteurs participant gratuitement à des galas de soutien. Il faut qu’un organisme possesseur d’une licence légale d’entrepreneur de spectacles, assurant ainsi toutes les cotisations sociales, puisse prendre en charge le financement de ces galas « militants ».

Claude Vinci, pour le Bureau National du Syndicat Français des Artistes Interprètes CGT, 1976.

  1. Pour plus d’informations, lire les ouvrages autobiographiques de l’auteur ainsi que Marie-Joëlle Rupp, Vinci soit-il : Biographie de Claude Vinci, chanteur, auteur, déserteur, Paris, Le temps des cerises, 2006, 197 pages. []
  2. Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme », Le Peuple, 15-31 juillet 1976, pp. 19-20. []

Contribution de Philippe Moitry

Logo Pour que vive JOB
Logo "Pour que vive JOB"

Ci-dessous, retrouvez la contribution de Philippe Moitry, ancien secrétaire du Comité d’entreprise de JOB et trésorier de l’association « les amis de l’imprimerie et de JOB » au sujet de l’article « JOB. Dessins d’une lutte ».

LA COMMUNICATION

Durant les périodes mouvementées que les salariés de l’usine JOB aux Sept-Deniers ont eut à affronter, la médiatisation des conflits a joué un rôle prédominant. Dès les premières heures de ces conflits sociaux, la lutte s’organisa avec l’appui des populations. Les salariés ont de suite organisé la communication pour populariser la lutte et obliger l’ensemble des acteurs (politiques, institutions, justice) à prendre en compte leurs revendications.

Très rapidement le dossier JOB pris une telle ampleur qu’il était devenu impossible pour les médias de ne pas en tenir compte. La première raison tient à la volonté sans faille des salariés de sauver leur emploi. La seconde tient au sentiment d’injustice partagé par l’ensemble des toulousains, face à des patrons voyous qui pillaient cette entreprise ancrée dans le paysage industriel.

Dès lors tous les moyens furent mis en œuvre pour médiatiser ces conflits :

  1. L’utilisation du symbole du nom de JOB (Sauver son JOB, pauvre comme JOB, un JOB pour tous…)
  2. Manifestation quasi quotidienne colorée par les chutes de papier (personne ne pouvait ignorer que les JOB manifestaient)
  3. Le savoir faire de leur organisation syndicale, la FILPAC CGT (Fédération des Industries du Livre, du PApier et de la Communication CGT)

L’ensemble de ces moyens permis de mobiliser y compris dans les milieux artistiques et culturels. De nombreux artistes se sont associés à ce mouvement, avec notamment l’organisation de concert de ZEBDA dans l’usine occupée, et la réalisation de tableau, films, croquis, dessins comme ceux dont il est fait référence dans la publication d’Emeric TELLIER : JOB – Dessins d’une lutte.

Logo "Les Amis de l'imprimerie et de JOB"
Logo "Les Amis de l'imprimerie et de JOB"

HISTORIQUE

L’association APRES JOB (Association Pour le Retour à l’Emploi des Salariés JOB) est née de la volonté du syndicat CGT de reclasser l’ensemble des salariés licenciés lors de deux plans sociaux successifs. De 1995 à 2001, l’ensemble des salariés : ouvriers, employés, techniciens, cadres, avec leur syndicat CGT, ont lutté pour sauver un fleuron de l’industrie papetière. Leur solidarité et leur détermination n’ont pas permis de sauver le site industriel, mais grâce à ces valeurs développées pendant ces années de combat, ils ont su rebondir, s’organiser socialement. Ils n’ont pas pu sauver leur usine, mais ils se sont sauvés ensemble.

Suite au premier plan social en 1996, les responsables syndicaux ont rapidement constaté que malgré le professionnalisme évident du cabinet privé chargé du reclassement, les solutions sociales ne seraient pas trouvées au moment de la clôture de la cellule de reclassement pour la majeure partie des licenciés. Il fallait donc s’organiser autrement. Après consultation de l’ensemble des salariés (licenciés, préretraités, retraités et encore en activité dans l’entreprise) il fut décidé de mettre en place une structure qui prolongerait la cellule de reclassement. L’association fut crée, les 300 JOB y adhérèrent et nombreux furent ceux qui se formèrent auprès du cabinet privé aux techniques de recherche d’emploi. Le CE finança l’activité ainsi que des subventions des collectivités. Dans des locaux loués à l’extérieur de l’entreprise, tous les jours et pendant plus de deux ans les anciens JOB et les salariés toujours en activité dans l’entreprise, pendant leur période repos (l’usine fonctionnait en continu, les jours de repos tombaient une fois sur deux en semaine) démarchaient les entreprises. La réalité a vite sauté aux yeux de tous, les offres d’emploi ne transitent que pour faible partie par les Services Publics de l’Emploi. Il faut sans cesse se positionner sur le marché caché du travail, la majeure partie des embauches se font par connaissance, par le bouche à oreilles. L’implication de tous a donné les résultats escomptés et c’est avec soulagement, qu’en 1998 l’association peut clôturer le plan social.

Malheureusement, l’histoire s’est vite répétée, patrons voyous, administrateur judiciaire véreux, pouvoirs publics défaillants et l’usine ferme définitivement en 2001. Le Tribunal de Commerce est désavoué par la justice, les patrons une fois de plus mis en examen et écroués, les salariés avec leur syndicat avaient une fois de plus grâce à leur mobilisation prouvé les malversations, mais les premiers condamnés, c’était eux, ils étaient chômeurs.

Le plan social est signé, après de nombreuses semaines de négociations, non pas que le contenu posait problème, mais c’était la qualité des signataires et de la gestion future du plan social qui n’étaient pas voulu par les protagonistes du dossier.

Fort de l’expérience de 1996 et de leur solidarité, il était inconcevable pour les salariés de JOB, de laisser des tiers gérer leurs reclassements à leur place. Le bras de fer avec les Pouvoirs Publics pris fin le 26 avril 2001. Le plan social signé par le liquidateur mis en place par le Tribunal de Commerce pour suppléer l’administrateur emprisonné, l’était également par le syndicat CGT JOB, mais une première en la matière, aussi par l’association APRES JOB. De fait, seul eux trois avaient droit de gestion de toutes les mesures d’accompagnement, les salariés avaient la majorité lors des votes décisionnaires.

LA GESTION DU PLAN SOCIAL

La population concernée par le plan social, se décomposait en trois tiers à peu près égaux :

  • Préretraités à partir de 53 ans.
  • Emplois négociés dans les collectivités territoriales.
  • Formations longues durées, avec promesses d’embauches.

Le financement des mesures, correspondait au financement habituel d’un plan social, la particularité résidait dans la réquisition des actifs de l’entreprise (principalement la vente des terrains du site industriel) pour financer les autres mesures, comme les salaires de 53 à 56 ans et une subvention annuelle à l’association pour participer financement du fonctionnement de la cellule de reclassement.

Ces mesures s’ancraient dans le temps, un avenant était signé chaque année, pendant cinq ans par les trois parties.

L’association et le syndicat qui ont choisi le cabinet privé de reclassement, étaient les donneurs d’ordres.

Ensemble ils ont mis en place des permanences journalières pour démarcher les entreprises, le cabinet privé apportant son expérience professionnelle, le syndicat et l’association le nombre pour démarcher les entreprises.

Un comité de suivi mensuel les deux premières années puis en fonction des besoins, les trois dernières années, composé du liquidateur, du ministère du travail, des collectivités territoriales, des services publics de l’emploi et des institutions ou organismes concernées au cas par cas (exemple : ASSEDIC, AFPA), validait le travail de l’association.

A l’issue de ces cinq années les sommes allouées au plan social et non utilisées, ont été mises à disposition de l’association pour financer, soit son activité, soit des mesures sociales pour les ex job.

CONCLUSION

La réussite de cette expérience innovante, n’est pas fruit du hasard, mais bien de la détermination des ex salariés de rester unis pour défendre l’intérêt de tous.

Le syndicat jouait son rôle, s’occupant du revendicatif et des négociations perpétuelles pour faire respecter et évoluer le plan social. (Exemples : négociations avec les ASSEDIC pour recalculer les droits suite à une nouvelle convention UNEDIC et faire le lien jusqu’à la retraite, ou bien négociation avec un CFA, le Conseil Régional, des employeurs et le GRETA d’une formation longue durée pour cinq JOB dans les locaux du CFA, réalisée par le GRETA, sur une machine financée par le Conseil Régional avec engagement par des employeurs d’embauches en CDI en fin de stage).

L’ancrage historique du syndicat CGT chez JOB et la participation de bon nombre de ses militants, dans des instances ou institutions comme la direction nationale de la FILPAC CGT, les organismes paritaires de la formation professionnelle, le CESR, la mutuelle ou bien en tant qu’élus de la république, a sans aucun doute facilité l’analyse et la réactivité nécessaire dans bien des situations.

L’association a remplacé définitivement le CE, prenant en charge le lien social, en maintenant des activités comme la restauration le midi, négociant des tarifs préférentiel pour la mutuelle santé, la prévoyance invalidité-décès, organisant les permanences quotidiennes pour démarcher les entreprises et négociant des subventions pour permettre à des salariés de TPE au chômage de bénéficier non seulement de la structure et du savoir faire acquis par les JOB pour retrouver un emploi, mais également de bénéficier d’emplois négociés dans les collectivités, une fois le dernier salarié de JOB reclassé.

CHRONOLOGIE

1986 : Bolloré technologies rachète le groupe papetier JOB et ses filiales de tabac en Afrique.

31 mars 1995 : Vente par Bolloré de la Société JOB Toulouse à GECCO.

4 septembre 1995 : Début de la grève, le groupe GECCO s’avère être une coquille vide, les dirigeants des escrocs qui détournent les fonds de la société JOB.

9 septembre 1995 : GECCO demande la liquidation judiciaire de la société JOB.

8 novembre 1995 : SCHEUFELEN fait une offre de reprise (avec fermeture du site de Toulouse) qui ne concerne que le commercial et les marques, la grève continue.

2 janvier 1996 : Désignation d’un médiateur.

18 janvier 1996 : Signature d’un plan social avec SCHEUFELEN, maintien de la fabrication sur le site de Toulouse (113 licenciements préretraites comprises, 165 emplois maintenus sur le site). Les escrocs de GECCO sont écroués et mis en examen.

11 juillet 1996 : Dépôt des statuts de l’association APRES JOB en préfecture. Le syndicat CGT, seule Organisation Syndicale de l’entreprise met en place cet outil pour prendre le relais du cabinet privé chargé du reclassement des licenciés.

Septembre 1996 : L’association loue des locaux au centre de Toulouse, l’ensemble des salariés licenciés, préretraités et ceux qui ont gardé leur emploi dans l’entreprise, démarchent les entreprises jusqu’au retour à l’emploi de tous. Le Comité d’Entreprise finance cette activité, des collectivités subventionnent également l’association.

Décembre 1998 : L’association quitte les locaux, plus personnes n’est à reclasser, une activité est maintenue pour des privés d’emploi extérieurs à JOB et leur faire bénéficier du savoir faire en matière de reclassement, acquis lors du plan social.

1998 à 2000 : La situation comptable de l’entreprise se dégrade : SCHEUFELEN (bénéficiant de sa position de patron/client fixée par le Tribunal de Commerce lors de la reprise de JOB) via sa centrale d’achat décide du prix de la matière première qu’il facture à JOB, du prix du produit fini (hors façonnage) racheté à l’entreprise et met artificiellement JOB en situation de dépôt de bilan. Parallèlement il fait du bénéfice lors de la transformation du papier fabriqué à Toulouse et façonné à la maison mère.

30 juin 2000 : Lors d’un Conseil d’administration SCHEUFELEN annonce vouloir déposer le bilan.

5 juillet 2000 : Les salariés saisissent le Tribunal de Commerce et demande le redressement judiciaire.

7 juillet 2000 : Le tribunal de Commerce refuse la liquidation à SCHEUFELEN, l’oblige à réapprovisionner l’usine en matières premières et place JOB en redressement judiciaire.

22 juillet 2000 : La brigade financière du SRPJ, saisie les comptes de la société.

2 aout 2000 : Le procureur de la République, fait appel de la décision du Tribunal de Commerce de la mise en redressement judiciaire, poursuit SCHEUFELEN et le somme de reprendre l’activité sur le site de Toulouse.

16 octobre 2000 : Un accord pour une période de trois mois est trouvé, la production reprend. SCHEUFELEN est obligé de financer cette reprise sous tutelle du Tribunal de Commerce.

15 novembre 2000 : L’administrateur judiciaire est mis en examen et écroué.

17 janvier 2001 : A l’issue de la période de trois mois et faute de repreneur, le Tribunal de Commerce prononce la liquidation judiciaire avec maintien de l’activité jusqu’à la signature d’un plan social.

26 avril 2001 : Signature du plan social, fermeture de l’usine (165 licenciements dont 47 préretraites).

11 juin 2001 : Signature d’un bail, l’association installe la cellule de reclassement dans des locaux situé aux abords de l’usine.

14 mai 2004 : APRES JOB obtient des Fonds Européens pour aider au reclassement de salariés de TPE ne bénéficiant pas de mesures d’aide au reclassement.

9 mai 2005 : L’association conventionne avec le Conseil Régional et la DDTEFP et est reconnue par les Pouvoirs Publics comme « Cellule de reclassement ».

20 mai 2005 : Le TASS de Toulouse restitue à l’ensemble des salariés les sommes mises en séquestres (Cotisations sociales sur une prime de préjudice de 19 054 € par salarié négociée avec SCHEUFELEN) par le Tribunal de Commerce.

Année 2006 : L’association participe à l’élaboration du cahier des charges mis en place par la DDTEFP pour le financement des cellules de reclassement et obtient des avancées conséquentes obligeant les cabinets privés à plus de résultat en matière de reclassement pour pouvoir bénéficier des financements.

Du 22 au 26 janvier 2008 : Procès de l’administrateur judiciaire (Condamnée à 5 ans de prison dont 4 fermes) et de ces complices.

5 et 6 mars 2008 : Procès des ex dirigeants de JOB (GECCO), condamnés après 11 ans de procédure.

18 janvier 2008 : Après près de 12 ans d’existence, le reclassement de la totalité des salariés licenciés lors de deux plan sociaux, après avoir participé au reclassement de nombreux privés d’emploi extérieurs à JOB, notamment des militants syndicaux, APRES JOB fusionne avec l’association les Amis de l’imprimerie et poursuit depuis ses missions et son combat pour l’emploi au sein de cette nouvelle association couvrant l’ensemble de la filière « papier – communication – imprimerie ».

BIBLIOGRAPHIE

Livre : Un JOB pour la vie – Les salariés de JOB en lutte (1995 – 2001)

Yannick LEQUENTREC – Stéphanie BENSON

Editions SYLLEPSE (2005)

Un JOB, un quartier, un projet citoyen

Frédérique MARTIN

Editions ZORBA (2009)

Film : APRES JOB

Sébastien FABRE (2002 )

BIC BAC JOB

Le collectif Magique (2003)

CHACUN SON JOB

Centre d’initiatives artistiques de l’Université Toulouse le Mirail (2003)

Musique : C’est du JOB qu’il nous faut

Jean-Paul PUJOL (2001)

Le Paquebot Amiral

Jean-Paul PUJOL (2004)

Un dimanche aux Sept-Deniers

Jean-Paul PUJOL (2004)

Site web :

(Archives de la société JOB, du Syndicat JOB et d’APRES JOB)

www.job-cgt-papier.com