Morgan Poggioli, « Les sources pour faire l’histoire du syndicalisme », Histoire@Politique, n° 12, 2010

Aperçu d'une chemise tirée du fonds rapatrié de Moscou
Aperçu d'une chemise tirée du fonds rapatrié de Moscou.

Les publications présentant le contenu et l’intérêt des fonds d’archives syndicaux ne sont malheureusement pas monnaie courante, mais il semblerait qu’une attention particulière soit apportée aux fonds d’archives rapatriés de Moscou. Morgan Poggioli, docteur en histoire contemporaine ayant soutenu une thèse portant sur La CGT du Front populaire à l’État français (1934-1940) en 2005 et désormais chercheur associé au Centre Georges Chevrier (UMR 5605) de l’université de Bourgogne vient de publier un intéressant article sur les archives de la Confédération Générale du Travail intitulé « Les sources pour faire l’histoire du syndicalisme. Le cas de la CGT : le fonds rapatrié de Moscou pour l’entre-deux-guerres », publié dans Histoire@Politique. Politique, culture, société, numéro 12 de septembre-décembre 2010. Cet article est librement consultable sur le site internet de la revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po Paris.

Cet article fait écho à l’intervention de l’Institut CGT d’Histoire Sociale lors du colloque  « Saisies, spoliations d’archives et de bibliothèques et logiques de restitution au 20ème siècle » organisé par l’Université de Strasbourg, l’équipe de recherche en Sciences historiques de l’UDS, FARE (IEP, UDS), la Faculté des Sciences historiques, le Département d’histoire de l’ENS-Ulm, l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS-CNRS) et l’IRICE (Paris I) à Strasbourg les 22 et 23 octobre 2010 (voir le programme sur le site Calenda). Il fait également écho aux nombreuses publications parues à l’occasion du retour des fonds d’archives en France, notamment celles de Sophie Coeuré.

Après un bref aperçu de l’histoire mouvementée de ces fonds, Morgan Poggioli présente le contenu des archives confédérales rapatriées ainsi que leur intérêt et leurs limites. Je n’en dit pas plus, l’article se lit facilement ! A noter pour les collaborateurs de ce carnet de recherches, l’existence d’un fonds photographique se rattachant aux archives du Comité d’accueil aux enfants d’Espagne. Avis aux amateurs ! Quoi qu’il en soit, cette initiative est à saluer. A nous, chercheurs, militants, professionnels archivistes et documentaires d’essayer, quand cela est possible, de travailler dans le même sens, afin de faciliter le partage des ressources et des connaissances. Ci-dessous, trouvez le résumé de l’article.

En France, l’histoire du syndicalisme ne tient qu’une place mineure dans la discipline historique. Si plusieurs facteurs peuvent être avancés pour expliquer cet état de fait, la disparition des archives syndicales de l’entre-deux-guerres constituait jusqu’à présent le principal frein au développement des recherches sur la CGT, pour cette période. En effet, c’est seulement depuis une petite dizaine d’années que ces fonds sont réapparus et ont été rapatriés de Moscou où ils séjournaient depuis un demi-siècle. Cet article se propose de retracer le parcours mouvementé de ces documents et d’examiner les pistes de recherche qui s’ouvrent désormais grâce à ce retour inespéré.

Quelques références bibliographiques.

Frédéric Monnier, Sophie Coeuré, Gérard Naud, « Le retour de Russie des archives françaises. Le fonds de la Sûreté », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 45, 1er trimestre 1995, pages 122 – 139.

Dominique Devaux, « Les archives de la Direction de la Sûreté rapatriées de Russie », in La Gazette des Archives, n°176, 1er trimestre 1997, pages 78-86.

Sophie Coeuré, La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, de 1940 à nos jours, Paris, Payot, 2006, 270 pages.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.