L’affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine

Couverture de l'ouvrage "L'affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d'Indochine", Paris, Le temps des cerises, 2005, 240 pages
Alain Ruscio, "L'affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d'Indochine"

Les années 1950, années de reconstruction et de modernisation, années de guerre froide et d’opposition communiste à la guerre  en Indochine… Henri Martin appartient à cette histoire mouvementée de la France d’après-guerre, pour s’être opposé à la “sale guerre”, pour avoir revendiqué la liberté pour le peuple vietnamien. Ce militant communiste, emprisonné trois années  durant pour avoir distribué des tracts dans l’arsenal de Toulon, a été au coeur d’une immense campagne de propagande pour sa libération et pour la fin de la guerre en Indochine, menée par le Parti communiste français. Un évènement bien connu dans ses grandes lignes par les historiens et les militants mais pas dans ses détails, ce qui a justifié l’organisation d’une journée d’étude, cinquante ans plus tard.

Les éditions Le temps des Cerises ont publié en 2005 les actes de cette journée du 17 janvier 2004 tenue à la mairie du onzième arrondissement (Paris) et intitulée : « L’affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine ». Plusieurs centaines de participants ont  pu entendre les interventions et/ou témoignages d’Henri Martin, Raymond Aubrac, Axelle Brodiez, Philippe Devillers, Paul Fromonteil, Jean Marrane, Anne Mathieu, Jacques Mignot, Sabine Rousseau, Alain Ruscio et Roland Weyl. En 240 pages, cet ouvrage reproduit in extenso l’ensemble des contributions, avec en bonus une série de documents en annexe : articles de presse (L’Humanité, la Vie ouvrière, La Défense), poèmes, oeuvres d’art et extraits d’ouvrages. A cela s’ajoute, au fil du livre, la reproduction de nombreuses « une » de journaux et de couvertures d’ouvrages.

Quatre sous-parties structurent les contributions de cette journée : contexte et déroulement de l’affaire, mobilisation autour de l’affaire, affaires similaires et enfin témoignages des acteurs. La première sous-partie se charge de replacer l’affaire Henri Martin dans le contexte de l’immédiat après-guerre. Tel est l’objet de la contribution de Philippe Devillers qui plante le décor, c’est-à-dire les débuts de la guerre coloniale en Indochine (1945-1946). La contribution suivante, celle d’Alain Ruscio, intitulée « L’affaire Henri Martin : Genèse et grandes étapes », assure une présentation chronologique de l’évènement. La décision d’organiser cette campagne et son suivi politique est décortiquée, à partir des archives du PCF et celle d’André Marty. La seconde sous-partie cumule trois contributions : celle d’Axelle Brodiez sur le Secours populaire français et les Comités Henri Martin, celle d’Anne Mathieu sur les intellectuels – Jean-Paul Sartre – et enfin celle de Sabine Rousseau sur l’engagement des chrétiens aux côtés d’Henri Martin. Ces trois contributions complètent l’énoncé factuel d’Alain Ruscio en éclairent certains aspects de la campagne. Dans une troisième sous-partie, Alain Ruscio et Sabine Rousseau reviennent sur deux affaires similaires, celles de Raymonde Dien et Jeanne Bergé, qui ont également payé leur engagement en faveur de la paix en Indochine. Dernière sous-partie, celle des témoignages, avec des interventions de Jacques Mignot, de Roland Weyl, Paul Fromonteil et Jean Marrane.

Cette journée d’étude nous offre un éclairage intéressant sur le parti communiste français des premières années de la guerre froide, durant le conflit de décolonisation en Indochine. Elle permet de compléter nos connaissances sur une période qui intéresse désormais davantage l’historiographie de la gauche communiste, comme en témoigne le numéro double 112-113 des Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, qui se penche sur les histoires croisées du communisme italien et français. Trois articles s’intéressent plus particulièrement à cette période charnière des décennies 1950-1960. Cette affaire Henri Martin, par son ampleur et sa durée, offre également un panorama des relations entretenues par le parti communiste avec les « organisations de masse » (Secours populaire français, Union des femmes françaises ou encore Union des jeunesses républicaines de France notamment), avec les intellectuels (Jean-Paul Sartre, Pablo Picasso ou Fernand Léger) et avec la gauche chrétienne.

Couverture "La CGT dans les années 1950", Rennes, PUR, 2005, 487p.
"La CGT dans les années 1950", PUR, 2005, 487 p.

Le contenu de cette journée d’étude est plutôt équilibré, grâce à la multiplication des points de vue sur l’affaire, même si on peut regretter l’absence de contributions sur l’investissement des organisations syndicales dans cette affaire. Celles-ci auraient ainsi complété le colloque de novembre 2003 sur La CGT dans les années 1950 organisé par l’IHS-CGT et le CHS 20ème siècle. Une seule contribution y abordait le conflit indochinois, celle de Maurice Desseigne sur “La fédération des PTT et la guerre d’Indochine (1946-1954)” qui n’évoque que très rapidement l’affaire Henri Martin. Il y a là je pense matière pour déterminer le degré de “soumission” politique entre les projets du parti communiste français et l’action réelle de la CGT, d’autant plus qu’Axelle Brodiez et Alain Ruscio apporte un éclairage intéressant sur les différentes tactiques mises en oeuvre entre parti communiste, secours populaire français et comités ad-hoc “Henri Martin” promus par André Marty.

De nouvelles pistes de recherches ?

Faire campagne, monter une “affaire”, mettre en avant des “figures”, des “héros et héroïnes” sont autant de moyens visant à rallier les masses des travailleurs et de la jeunesse derrière une cause. Les exemples sont nombreux, à l’instar de l’affaire Henri Martin : Les « Dix de Renault » sont mis en avant au moment où la fermeture définitive de l’usine de Billancourt est annoncée par la direction de Renault. La CGT et le PCF décident de lancer une grande campagne nationale pour la réintégration de ces dix salariés protégés injustement licenciés, afin de créer un précédent et ainsi fermer cette voie patronale de répression du mouvement syndical et politique. Sylvie Plessis et Joëlle Soyer deviennent les figures de proue du secteur féminin de la CGT et de son mensuel Antoinette pour lutter contre les licenciements pour raisons médicales, également à la fin des années 1980. Ces deux exemples, pris parmi tant d’autres, démontrent l’intérêt d’une étude historique transversale sur les modalités d’organisation et de suivi des “affaires” et des “campagnes”. Les quelques questions suivantes et les réponses apportées par cette journée d’étude démontrent tout le potentiel de cette étude.

Comment choisit-on une “campagne” ? La figure d’Henri Martin est un choix réfléchi de la part de la direction du PCF, après lecture approfondie de son parcours professionnel, militant et familial. L’analyse de deux autres affaires similaires offre un éclairage intéressant sur les critères de ce choix. Une analyse transversale de ces critères permettrait de mettre en lumière les modes de représentation et l’identité communiste, complétant les travaux de Marc Lazar par exemple sur la figure du mineur. Ce choix interpelle aussi sur le rythme des campagnes et leur insertion dans l’agenda militant. Comment cette affaire est évoquée durant les congrès nationaux ou locaux, lors d’échéances électorales ou en lien avec les préoccupations de la base militante ?

Quelles relations entretiennent l’ensemble des organisations parties prenantes de ces actions ? Le travail d’Axelle Brodiez est intéressant à plus d’un titre, démontrant l’évolution des tactiques au sein de la direction du parti communiste et ses conséquences sur l’organisation de la campagne. Le dilemme entre utilisation du secours populaire français ou mise en place de comités ad hoc reflètent les interrogations du parti communiste quant à son insertion dans la société française et son travail au sein de la classe ouvrière.

Quels moyens d’action ? Les différents moyens d’action mis en oeuvre nous sont présentés : comité national de soutien, pétitions, actions coup de poing, oeuvres d’artistes, multiplication des articles de presse, campagne financière, actions en justice, etc. L’importance du rôle des intellectuels dans la campagne est souligné, grâce à une étude littéraire sur l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Paul Sartre et à une présentation de l’engagement tardif mais bien réel des écrivains et journalistes chrétiens dans cette affaire. Il serait intéressant de compléter ce travail par une étude des oeuvres picturales réalisées à l’occasion de cette affaire, notamment par Fernand Léger et Pablo Picasso.

Quel action judiciaire ? Sur ce point, cet ouvrage relève à de nombreuses reprises l’utilisation des procès comme tribune politique. Là encore, il serait intéressant de faire une étude, aussi bien littéraire qu’historique, sur les lignes de défense adoptées par les militants communistes, ne serait-ce que  pour les comparer au célèbre ouvrage de Marcel Willard, La défense accuse, publié en 1951 et réédité à de nombreuses reprises.

A quelle fréquence ces grandes campagnes reviennent-elles ? Dans quels contextes apparaissent-elles ? Ces campagnes sont-elles toutes victorieuses ? Quels coûts financiers et humains ? Autant de questions qui trouveraient des réponses dans une étude systématique des campagnes militantes.

En conclusion, cet ouvrage issu de la journée d’étude sur “Henri Martin et la guerre d’Indochine” retiendra sans nul doute l’attention des militants et individus intéressés par l’histoire de la gauche communiste et de la guerre froide. De lecture facile, il apporte un éclairage sur l’histoire communiste de la guerre froide, décortique une grande “affaire” qui a largement mobilisé, donne quelques éléments nouveaux sur la figure d’André Marty et permet de compléter les travaux menés sur le conflit de la décolonisation indochinoise. Enfin, il ouvre à mon sens une perspective de recherche tout à fait intéressante : l’analyse pluridisciplinaire (historique, littéraire, historienne de l’art) sur le choix, le déroulement et la conclusion de ces grandes mobilisations.

Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180p

Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages
Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages

Un vrai coup de coeur cette bande dessinée ! Les mauvaises gens, une histoire de militants d’Étienne Davodeau, publiée aux éditions Delcourt en 2005 est un travail de mémoire mené par l’auteur sur le militantisme dans l’Ouest de la France, le tout en dessins noir et blanc sur plus de 180 pages. L’histoire de sa famille nous est narrée, une histoire de militants jociste, cédétiste et socialiste dans les Mauges, une région située à l’ouest du Maine-et-Loire, de la Libération à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand.

Une génération d’actions pour l’émancipation des travailleurs, pour la défense de leurs conditions de travail et de vie dans cette région fortement imprégnée de catholicisme, dominée par un patronat paternaliste et autoritaire, dirigeant des usines de biens de consommation implantées en milieu rural pour exploiter une main-d’oeuvre docile et peu chère. La vie rurale, l’attrait du salaire régulier de l’usine, l’enfer de la chaîne et du travail sous-qualifié, les réunions militantes à la maison, la première rencontre des délégués avec la direction, les premières manifestations… Autant d’évènements d’une vie ouvrière et militante rapportés avec soin et pudeur par Étienne Davodeau.

Le style du dessin est figuratif et la narration alterne les allers et retours dans le temps, entre souvenirs des personnes interrogées et reproduction des scènes d’entretiens avec ses parents ou d’autres acteurs. On retrouve là un procédé déjà utilisé avec brio par Art Spiegelman dans Maus. A chaque nouveau chapitre, un bref rappel des principaux évènements politiques, économiques ou encore sociaux est assuré afin de ne pas perdre de vue la vie nationale et internationale. Les différentes organisations citées (JOC, JOC-F, ACO, CFTC puis CFDT, PS) bénéficient d’un rapide historique, le tout rendant la lecture aisée pour tous.

Une démarche m’a particulièrement touché, celle de la reproduction d’éléments d’archives : article de presse, journaux syndicaux, tracts, manifestations… L’auteur ne s’est pas “contenté” d’interroger les acteurs de cette époque, mais il a fait un véritable travail d’historien en consultant les archives des Unions locales CFDT et de l’Union départementale CFDT du Maine-et-Loire et en dépouillant la presse régionale. Au final, une grande dignité ressort de cette bande dessinée que je conseille vivement, aux amateurs comme aux historiens du mouvement social !

> Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Paris, Delcourt, 2005, 180p.

> www.editions-delcourt.fr

> www.etiennedavodeau.com

CGT, 100 affiches du premier siècle, Montreuil, VO Éditions, 1995, 60 pages

Couverture de l'ouvrage CGT, 100 affiches du premier siècle
Couverture de l'ouvrage "100 affiches du premier siècle", VO Éditions, 1995

Cette plaquette constitue le catalogue de l’exposition d’affiches, réalisée par l’Institut CGT d’Histoire Sociale à l’occasion du centenaire de la Confédération en 1995. Il constitue un complément au livre-album CGT (1895-1995). Le premier siècle édité par l’IHS CGT et VO Éditions. Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 7 juin 1995 au siège de la Confédération Générale du Travail à Montreuil.

Ouverte par une préface d’André Deluchat, secrétaire confédéral de la CGT, intitulée “Les images de notre premier siècle” et par un avant-propos de la peintre et historienne de l’art Eugénie Dubreuil, cette plaquette reproduit cent affiches issues majoritairement des fonds de la phototèque de l’IHS-CGT et complétés par celles du fonds d’Alain Gesgon (CIRIP) pour la période antérieure à 1939. De petit format (22 x 27 cm), elle constitue une source inévitable pour les militants et chercheurs en mal d’affiches !

“Les graphistes et la CGT”, avant-propos d’Eugénie Dubreuil.

Cet avant-propos est l’occasion pour Eugénie Dubreuil de présenter dans ses grandes lignes les affiches retenues. Cent affiches pour 55 illustrateurs dont de grands noms comme Alexandre Steinlen, Jules Grandjouan, Joan Miro, Victor Vasarely, Ernest Pignon-Ernest, Grapus, Studio Tract, Plus de Crème, Jean Effel, Escaro ou encore Wolinski trouvent leur place dans ce catalogue. Il est regrettable toutefois que les cartels, pour lesquels un effort louable a été opéré en ce qui concerne le nom des artistes, oublient  pour un grand nombre de mentionner les dimensions des oeuvres. Il est en effet impossible de distinguer les grands formats (double colombier notamment) des petits ! Le premier intérêt de cet ouvrage réside dans la volonté de mettre en avant le rôle des artistes et des graphistes. Cette distinction est relevée : “La vision des artistes est souvent un peu décalée, comme en avance sur le goût du temps, leur esprit s’envole au-delà de l’évènement. Par contre les graphistes spécialisés collent beaucoup plus à la demande. Ces deux visions se complètent et il est parfois difficile de définir certaines approches très personnelles”. Il y a ici une réflexion à prolonger tant du point de vue historien de l’art (Pourquoi ne pas imaginer faire une histoire de l’art syndical ?) que du point de vue historien (La distinction propagande / communication recoupe-t-elle nécessairement la distinction artiste / graphiste professionnel ?). Cette mise en avant souligne également une nécessité, celle de procéder à un recensement systématique des artistes et de leurs oeuvres constituant le patrimoine des organisations syndicales et politiques. Une histoire de la production artistique de ces organisations ne peut véritablement être faite qu’en effectuant ce premier travail.

Contenu du catalogue.

Comme pour les deux autres ouvrages présentés précédemment, on y retrouve les grands thèmes d’action syndicale : manifestations (premier mai), revendications (retraites, sécurité sociale, accidents du travail, emploi et chômage, temps de travail), paix et guerre, congrès confédéraux, femmes, travailleurs immigrés et jeunes, syndicalisation. Cet ouvrage complète utilement, avec des doublons toutefois, l’ouvrage CGT, Affiches et luttes syndicales de la CGT, Paris, Chêne, 1978, 112 pages. En effet, la répartition chronologique des reproductions est la suivante : 32 affiches pour la période 1901-1939, 33 affiches pour la période 1939-1978 et surtout 34 affiches pour la période 1978-1995 qui n’étaient pas disponibles dans le précédent ouvrage. On trouve donc un nombre important d’affiches inédites, même si une part belle est laissée aux affiches célèbres comme celle pour les huit heures (malheureusement en noir et blanc), celle du 1er mai 1934 contre le fascisme, celle du 1er mai 1936 unitaire ou encore le projet refusé d’affiche de Joan Miro pour le 1er mai 1968. A l’exception de deux reproductions en noir et blanc, l’ensemble des reproductions sont en couleur et de bonne qualité.

On remarquera en guise de conclusion l’effort constant de la Confédération Générale du Travail et de son Institut d’Histoire pour préserver et promouvoir son patrimoine graphique. Les nombreux ouvrages publiés sur ses affiches en témoignent.

CGT, Affiches et luttes syndicales de la CGT, Paris, Chêne, 1978, 112 pages

Couverture de l'ouvrage "Affiches et luttes syndicales de la CGT", Chêne, 1978
Couverture de l'ouvrage "Affiches et luttes syndicales de la CGT", Chêne, 1978

Cet ouvrage constitue un précieux recueil d’affiches du mouvement syndical et ouvrier de la Commune de Paris à la fin des années 1970. Il est le résultat d’un travail collectif dirigé par Jean-Claude Laroze, secrétaire confédéral de la CGT avec des textes rédigés par Jean-Claude Poitou, rédacteur à la Vie ouvrière.

Le nombre important de mises à contribution  témoigne de l’ampleur et de l’intérêt du travail fourni : Commission de propagande confédérale, Centre confédéral d’éducation ouvrière, service de documentation de la Vie ouvrière, des Fédérations, des Unions départementales et syndicats, de nombreuses archives départementales, Musée de l’Histoire vivante de Montreuil ainsi que M. Alfu. Ouvert par un avant-propos de Georges Séguy et une préface de Jean-Claude Poitou, ce recueil totalise 168 reproductions dont plus d’une centaine sont des affiches syndicales. Le classement s’effectue par périodes historiques : avant 1895, de 1895 à 1917, de 1917 à 1940, de 1940 à 1968 et de 1968 à demain. Chacun des chapitres s’ouvre par un paragraphe introductif sur la période et les reproductions sont accompagnés de textes donnant des éléments de compréhension.

L’intérêt central de cet ouvrage est tout d’abord de permettre au lecteur de visualiser plus d’un siècle d’affiches syndicales et ainsi d’effectuer quelques rapides comparaisons et remarques sur leurs évolutions. Il est ainsi frappant de constater que les affiches du 19ème siècle sont toutes des affiches en plein texte, sans illustration. Le contenu est dense et seuls le titre et les mots d’ordre sautent immédiatement aux yeux. Nous sommes ici, du point de vue de la mise en page, plus proche du journal mural que de l’affiche. L’illustration fait son apparition au début du 20ème siècle avec de grandes compositions en couleur mais cohabite encore longuement avec les affiches plein texte. Après 1945, la très grande majorité des affiches sont le fait d’illustrateurs et l’image a pris le dessus sur le texte, qui se retrouve réduit à un mot d’ordre accrocheur.

Les reproductions sont dans l’ensemble de bonnes factures, les photographies ayant été réalisées par de grands noms, comme Gérard Bloncourt ou M. Delius. On y retrouve de nombreuses affiches célèbres : L’affiche du premier mai 1919 pour la journée de huit heures avec son horloge, l’affiche du premier mai 1936 et son drapeau rouge brandi par des travailleurs unis, l’affiche bleue pastel pour le 26ème Congrès confédéral de 1946 ou l’affiche refusée de Joan Miro pour le premier mai 1968… Les principaux thèmes couverts  sont classiques et reflètent les principales actions des organisations syndicales : Manifestations (et notamment les premiers mai et les meetings), les conditions de  travail (accidents et maladies professionnelles, réduction du temps de travail), les répressions, les guerres et la lutte pour la paix et enfin les femmes travailleuses.

A la fin de l’ouvrage, la localisation des éléments reproduits est utilement signalée. Un grand regret toutefois, l’absence de cartel précisant le nom de l’artiste, le tirage, les dimensions des affiches, ainsi que les techniques d’impression. Ces éléments sont en effet essentiels à toute analyse ! Un ouvrage essentiel donc pour étudier la production graphique de la CGT et de la CGT-U des origines à la fin des années 1970, même s’il ne s’agit que d’une sélection forcément partielle et partiale.