Approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle

Compte-rendu des interventions de Emmanuel Fureix et de Vincent Robert au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème Approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle, séance du jeudi 12 janvier 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Présentation de Michelle Tartakowsky

Cette séance accueille deux historiens du premier 19ème siècle autour de la notion de mouvements sociaux. Emmanuel Fureix (historien, Paris 12, CRHEC) a publié en 2009 une version remaniée de sa thèse aux éditions Champ Vallon sous le titre La France des larmes : Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840). Vincent Robert a de son côté publié en 2010, aux Presses de la Sorbonne un ouvrage intitulé Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848).

Intervention d’Emmanuel Fureix

L’objectif de cette intervention est de présenter rapidement trois formes originales de mobilisations collectives qui se développent sous la Restauration (6 avril 1814 au 29 juillet 1830) puis sous la Monarchie de Juillet (9 août 1830 au 24 février 1848) : l’enterrement d’opposition, le banquet et le charivari.

Ce ne sont pas des mouvements sociaux à proprement parler car ils ne visent ni à changer la société ni à promouvoir des revendications matérielles. Cependant, on peut les considérer comme mouvements dans la mesure où ils subvertissent les rapports sociaux.

Charles Tilly, dans son ouvrage Social Movements (1768-2004) paru en 2004, définit les mouvements sociaux comme des campagnes collectives contre des autorités incluant un répertoire autonome (association, mobilisation, manifestation, etc.) et impliquant une représentation de l’utilité, de l’unité, du nombre et de l’engagement. Selon lui, le mouvement social apparaît en 1768 en Angleterre.

I. Présentation de la genèse des rituels, leurs fonctions, leurs rôles dans la transformation des répertoires d’action collective

Le cadre est celui d’un apprentissage de la vie parlementaire, de la représentation politique. La publicité, l’opinion publique est considérée comme structurant le rapport de représentation entre la société et l’État. C’est également un moment de redécouverte de la liberté de la presse. Mais c’est aussi un moment de fermeture de la vie politique : régime censitaire, interdiction des associations, non-reconnaissance de la liberté de réunion avant 1848, encadrement très strict des attroupements. Ce cadre impose, pour protester, des formes détournées, ritualisées qui bénéficient d’une relative tolérance : les funérailles, les banquets. Pour les charivari, la situation est plus compliquée, car ce sont des tapages nocturnes pouvant être réprimés comme tels.

Ces formes de protestation se distinguent des illégalismes habituels : l’insurrection, le complot, les sociétés secrètes. La violence y est quasiment absente, même si ces formes de protestation sont aussi structurées de manière informelle par des associations.

Elles naissent toutes autour de 1818-1820, en liaison avec l’apprentissage de la vie parlementaire mais aussi en liaison avec la chronologie des débats parlementaires (entre 1825 et 1834). Les charivari et les banquets ont ainsi lieu à la fin des sessions parlementaires.

Les enterrements d’opposition

On parle de funérailles révolutionnaires, de cortège d’opposition dès 1820-1830 dans la capitale. On en compte une trentaine entre 1820 et 1840. C’est un rituel inventé par la jeunesse des écoles car le premier à être célébré concerne un étudiant, enterré au cimetière du Père Lachaise. Ces cortèges traversent la capitale à un moment où naissent les grandes nécropoles modernes extra-muros. Ils sont l’occasion de cortèges de longue durée (près d’une journée pour l’enterrement du général Foy en 1825), avec une halte ou non à l’Église (une partie importante sont des enterrements civils). Ils célèbrent des représentants politiques (des députés, des pairs de France), parfois des militaires. Certains de ces grands hommes sont d’anciens révolutionnaires (Abbé Grégoire en 1831, Lafayette en 1834, Buonarroti en 1837 ou encore Merlin de Thionville en 1833). Ils expriment une protestation à l’égard du pouvoir par des cris ou des discours. Il y a également des dispositifs symboliques déployés. Ils arrivent à cristalliser un imaginaire, même si celui-ci est moins élaboré que pour le banquet.

Les caractéristiques

→ L’effet de masse. La mort n’est plus une mort privée. L’espace public est réservé en principe à des cérémonies religieuses ou au pouvoir. Le monopole royal de l’usage légitime de l’espace public est remis en cause.

Les étudiants sont toujours très présents, ils sont au coeur du rituel. C’est également le cas des sociétés de compagnonnages ou de secours mutuels aussi. Les Carbonari et les sociétés politiques ont aussi joué un rôle, même s’il est difficilement quantifiable.

Le rôle de la presse libérale, qui appelle à participer aux convois, est important tout comme celui de la rumeur lors de la traversée des grands boulevards.

→ Ils donnent sens à l’espace traversé. Le défunt meurt dans les beaux quartiers et est enterré au Père Lachaise. Il traverse donc les grands boulevards, symbole pour les libéraux de l’union des classes. À partir de 1830, le cortège fait un certain nombre de stations symboliques : la colonne Vendôme (à la mémoire napoléonienne), place de la Bastille, le Panthéon (tentative manquée).

Ces cortèges s’inventent un appareillage symboliques : les couronnes, les cocardes, le port à bras du cercueil. Ce dernier est interdit par les règlements de police de l’époque : il devient un symbole pour les étudiants, à tel point que le cercueil de La Rochefoucauld de Liancourt tombe à terre lors de heurts avec les forces de l’ordre. Après 1830, les drapeaux tricolores font leur apparition puis le drapeau rouge (notamment lors de la mort de Lamarque) auxquels sont associés des bonnets phrygiens. L’attention accordée aux détails est extrême : on retire par exemple le coq de Louis-Philippe du drapeau tricole pour y ajouter une pique représentant la République.

→ Les cris et les discours prononcés sur la tombe (par les élites). Les cris sont un scandale politique en soi. Ces cris sont subtiles et franchissent rarement le seuil de la sédition. Ils sont tout de même protestataires de manière subtile : “Vive la Charte !”  à la place de “Vive la Charte, Vive le Roi !”). On peut aussi crier “Vive les libertés publiques !” ou encore défendre la patrie (qui à cette date est un monopole de la gauche), pour retrouver l’honneur patriotique. On crie “C’était l’homme de la patrie !”. Un ouvrier par exemple crie, au passage du cercueil de Lafayette : “Il était pour nous celui là !”. Il y a des exceptions, il existe quelques cris séditieux : “Vive la République ! À bas la poire molle ! Son père est un assassin !”. Mais il n’y a pas de considérations sociales dans ces cris.

Y a-t-il un lien entre ces rituels et les violences, comme dans le cas de l’enterrement du Général Lamarque ? Ces violences sont rares et souvent liées à la présence de mouchards ou dans des cas d’irrespect de la part des forces de l’ordre. Ce sont toujours des violences un peu théâtrales. L’enterrement ne vise pas à la révolution, même dans le cas du Général Lamarque où seule une minorité agit.

Les banquets

Ils peuvent être considérés comme des réunions informelles, des matrices de l’association. Ils sont des manifestations de reconnaissance des électeurs à leurs députés. Cela réduit le recrutement de ces banquets. Il fallait souscrire au préalable, ce qui suppose un recrutement notabiliaire. Les banquets démocratiques ne se multiplient que sous la Monarchie de Juillet. Ils sont une caisse de résonnance des débats parlementaires, beaucoup plus que les enterrements, l’apothéose étant au moment du toast.

On assiste avec ces banquets à la construction de campagne nationale, en 1829-1830, 1840 et 1847-1848.

Le charivari

Il s’agit de cortèges tonitruants au son des casseroles, des cornets, des chansons plus ou moins séditieuses pour déshonorer un représentant de l’État ou de la Nation. Devenus politiques, ils empruntent à la longue histoire des charivari coutumiers qui visaient la transgression des normes communautaires et notamment celle du mariage. Le rituel ne cessait que lorsqu’une amende était payée. Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, on assiste à un déplacement de ces rituels dans le champ politique dans les villes, avec des charivari anti-cléricaux dans un premier temps puis des charivari plus politiques dès 1820 à Brest par exemple et surtout après 1830. Ils étaient nombreux. Ainsi, 81 ont été recensés sur quelques mois en 1832. C’est la violation d’un contrat politique qui est dénoncée : “À bas le traitre, à bas le ventru !” par exemple. Ce ne sont pas des formes massives de participation : quelques dizaines voire quelques centaines d’individus, mais ce sont des formes très organisées.

II. En quoi ces mouvements s’inscrivent dans une histoire des mouvements sociaux, à travers des formes de souveraineté populaire, de démocratie en actes ?

Ces rituels témoignent d’une transition dans les répertoires d’action collectives qu’a défini Charles Tilly. Autour de 1850, et même antérieurement, on assiste au passage de répertoires d’actions localisés, patronés et symboliques à des répertoires nationaux, autonomes et structurés. Cela est lié au développement économique mais également à la vie parlementaire. Ces formes d’actions ne se réfèrent plus seulement à des phénomènes locaux. Il y a une nationalisation du répertoire qui est perceptible. On ne peut pas nier en revanche que ces formes d’action restent symboliques, elles épousent le code des rites qu’elles subvertissent. D’autre part, le calendrier d’action est limité, car il faut attendre par exemple le décès d’un grand homme.

Ces rituels opèrent des usurpations de souveraineté, pour devenir en quelque sorte des formes de souveraineté populaire. On transgresse un monopole royal de l’hommage public. Célébrer par le rite, par la pierre un grand homme sans passer par le pouvoir est une forme d’usurpation de la souveraineté. De même pour le banquet : certains banquets empruntaient au rituel royal du “grand couvert”. De même les charivari exprime une sorte de justice populaire, une “atteinte à la liberté des votes”, en instaurant une sorte de mandat impératif au député.

Quelle est la participation populaire ? Ils sont quasiment exclusivement masculin. Le premier banquet mixte politique date de l’automne 1848. Dans les enterrements, il y a un phénomène similaire : la présence des femmes dans les cortèges est exclue mais leur présence est autorisée aux abords des cortèges ou du cimetière.

L’extension sociale de ces rituels varient. Les notabilités dominent dans les banquets. Dans les enterrements, on assiste à un mélange des classes dès les années 1820. Cette alliance est intéressante car chacun défend des intérêts différents mais ils défendent tous la “liberté” selon des sens diamétralement opposés. Les hiérarchies sont un peu estompées, on peut former des chaines humaines sans se connaître. Mais les fonctions les plus nobles dans le rituel sont attribuées à des notables. Sous la Monarchie de Juillet, les choses évoluent, on assiste à une participation ouvrière croissante, des ouvriers endossent ces fonctions de prestige, certains prononcent les discours funéraires, des rendez-vous sont fixés au préalable pour constituer des cortèges par métiers, les sociétés politiques et d’exilés politiques sont présentes. Les signes de distinctions sociales sont de plus en plus mal acceptées. Mais la question sociale en tant que telle n’est pas explicitement présente.

Conclusion

On assiste à un renouvellement des répertoires protestataires. Ils subvertissent l’arène institutionnelle. Ce sont des formes dont l’avenir n’est pas voué à la disparition mais qui ont moins d’importance après 1848. D’autres scènes politiques apparaissent. La force imaginaire décroit également, ce qui explique que malgré leur existence durant la Troisième République, leur fonction politique n’est plus la même.

Intervention de Vincent Robert

La question qui était posée était la suivante : la rue construit-elle le mouvement social ? C’est un centre d’intérêt personnel ancien. Entre 1848 et 1914, s’acclimate dans la pratique politique et sociale un phénomène social, la manifestation, qui n’était pas naturel avant. À l’opposé, mes recherches sur les banquets ont porté sur un phénomène qui ne se déroulait pas dans la rue. Il se déroule dans un espace privé pour l’essentiel.

Si on considère que la rue construit le mouvement social, on a un raison assez mécaniste du type : la rue est un espace ouvert au public, elle détermine des formes d’action collective qui engendrent elles-mêmes le mouvement social (la contestation de la société, les formes de mobilisations, les échos et les résultats). Le problème fondamental, c’est que “la rue” ne veut pas dire grand chose pour la période qui nous intéresse. Après 1860, la rue existe. Avant cette date, la rue est très étroite et n’est pas un cadre pour défiler. Les quais de Lyon ou les grands boulevards à Paris se prêtent mieux à la manifestation. On descend sur la “place publique” et non dans “la rue”, la circulation n’est pas essentielle.

La bonne question est plutôt : Quelles sont les rapports qui existent, qui se créént entre les groupes populaires (essentiellement salariés) et les espaces ?

Ce rapport à l’espace est conditionné par la précarité de la condition ouvrière (faibles salaires), la nécessité de la pluri-activité familiale, le chômage périodique et régulier dans un certain nombre de métiers, l’absence de possessions matérielles (pas de logement, peu de meubles, ce qui favorise la mobilité et le non-paiement du loyer). Pour les propriétaires, ils sont instables et non-contrôlables.

Il faut aussi rappeler l’illégalité des formes d’organisation et de protestation ouvrières. Depuis la Révolution, la répression est systématisée. Après chaque révolution, une loi sur les attroupements est adoptée (1791, 1831, 1848). Il ne doit rien se passer sur les espaces publics. La Monarchie de Juillet a une peur panique des foules, la Restauration moins. L’interdition des associations n’est pas absolue, mais les coalitions sont interdites. Les sociétés de secours mutuels, qui ont en principe un but d’entraide (notamment pour la maladie et les obsèques) ne sont pas trop mal vues par le pouvoir. Mais elles restent surveillées et doivent être autorisées par le Préfet. Celles-ci se développent considérablement à partir de 1840, comme l’explique William H. Sewell dans Gens de Métiers et Organisation. Le Langage du travail de l’Ancien Régime à 1848. La répression est donc présente en permanence comme une épée de Damoclès. D’où l’importance de connaître son voisin dans une association ou une manifestation : il y a un travail d’identification, de vérification de l’identité pour éviter les mouchards. L’hostilité aux étrangers s’explique en partie par ce souci.

On peut donc distinguer deux types d’espaces. Le premier est celui maitrisé par les milieux populaires et sûr depuis assez longtemps. Le second est au contraire celui qui n’est pas sûr. L’industrialisation et l’urbanisation tendent à pousser les milieux populaires à prendre possession de ces lieux : les banlieues, les mines et les forges. Le mouvement ouvrier sous la Monarchie de Juillet s’efforce de s’approprier l’espace de la ville et de la cité, d’un point de vue matériel et métaphorique.

I. Les espaces maitrisés sont les quartiers et le tour de France auxquels correspondent deux formes d’organisation : les sociétés de secours mutuels et le compagnonnage

Le quartier est un espace assez sûr car la présence policière y est faible voire nulle. Quand il s’agit de rétablir l’ordre, c’est la garde nationale – en partie composée par des gens du quartier – qui est censée intervenir, même si elle ne le fait pratiquement jamais. C’est un espace d’interconnaissance : on sait qui est qui. C’est aussi un espace familial. Dans les situations de conflits, les femmes et les enfants sont faiblement réprimés. L’avant-garde des troubles sont « les lanceurs », les très jeunes ouvriers qui harcèlent la police en lançant des pierres. Il est encore plus délicat pour les forces de l’ordre de s’en prendre aux femmes. Le quartier est également le cadre de la sociabilité : le cabaret (pour les hommes), les sociétés de secours mutuels (solidarité importante lors des décès, organisation de banquets annuels des sociétés de secours), les fêtes locales organisées par des groupes de jeunesse. Le quartier est une base solide qui fonctionne de manière efficace, par exemple contre un boulanger qui pratique des prix trop élevés.

Le compagnonnage est illégal mais il est très visible pour les contemporains de l’époque. Les compagnons circulaient en bande de manière à ne pas passer inaperçus. On les voyait au moment de leur fête, des enterrements, des conduites (l’accompagnement de l’un des leurs vers une étape prochaine). La bourgeoisie ne comprend pas le compagnonnage. Elle en a une mauvaise opinion : ce sont des jeunes ouvriers violents réglant leur compte entre deux ou trois grandes obédiences rivales. Il y a des aspects rituels pour protéger l’organisation. Ce sont des associations très solides qui défendent bien les intérêts matériels de la classe ouvrière. Cela constitue une struture de formation et de diffusion des nouveautés techniques, sociales et politiques. Il y a une correspondance assidue entre les membres et il semble que ce soit un canal de propagande important, comme cela a pu être démontré dans le cas de Cabet par exemple.

Il y a quelques problèmes cependant. Le nord et l’ouest ne connaissent pas le compagnonnage. Quelles conséquences cela a-t-il eu sur la constitution du mouvement ouvrier ? Cela reste à étudier. Le compagnonnage est traditionnel et reste limité à quelques métiers précis (bâtiment et menuiserie). Il manque également un groupe majeur, celui des imprimeurs.

II. Les espaces à maîtriser se multiplient au cours du premier 19ème siècle

Toutes les nébuleuses proto-industrielles qui surgissent autour des villes et embauchent de la main-d’oeuvre rurale peu revendicative sont difficilement maitrisables. Il y a eu tout de même eu quelques tentatives de politisation de cette main-d’oeuvre. Les militants ouvriers restent des citadins et estiment que les produits intéressants sont des produits de luxe nécessitant des ouvriers qualifiés. La production “industrielle ” de textile par exemple n’est donc pas considérée comme un problème trop important.

L’espace de la manufacture ou de la mine est parfaitement hostile, essentiellement rural, gouverné par un patronat avec des comportements féodaux très nets, la répression y est très dure. L’armée intervient régulièrement : La Ricamarie, Decazeville connaissent très tôt des massacres de mineurs. Quelques ouvriers hautement qualifiés y sont présents, comme les verriers, mais ils sont peu nombreux et se défendent très bien seuls.

C’est pour contrôler la ville, la grande ville que ce constitue le mouvement ouvrier. Mais elle pose de nombreux problèmes :

1° Elle est gonflée par l’immigration des campagnes et de l’étranger. Cet afflux pose problème dans les métiers bien organisés : cela fait un marché de consommation important et peu exigeant, ce qui encourage l’artisanat en chambre et donc une concurrence qui pèse par les prix. Ils ne peuvent pas être contrôlés par les méthodes traditionnelles, car ils habitent d’autres quartiers.

2° La croissance de la ville implique la construction  d’immeubles et donc l’intervention du secteur du bâtiment. C’est un métier saisonnier, à forte immigration et fortement lié : le maçon en grève paralyse le charpentier par exemple. Cela impose donc la coordination des actions des métiers.

3° Même dans les métiers qualifiés comme ceux d’imprimeurs, les lieux de réunions ne suffisent plus car les effectifs deviennent très importants avec la croissance démographique. Nous ne sommes plus dans un monde d’interconnaissances. Il faut faire autrement, ce qui implique une organisation plus forte et si possible une sanction légale pour le résultat de l’action collective (le tarif en général). Cela n’est pas impossible, car à la fin de la Restauration on envisage la division en section du mouvement ouvrier. Cela est aussi possible parce que les tarifs étaient tolérés et approuvés par les autorités.

Le problème est qu’en 1830, tout cela change. L’autorité change d’attitude à l’égard des sociétés ouvrières. C’est cela en définitive qui constitue le mouvement ouvrier. Le modèle est un groupe très particulier mais fondamental pour la compréhension du mouvement syndical en France : les ouvriers imprimeurs qui sont alphabétisés, cultivés, avec des chefs étant souvent des “intellectuels ratés”. Ils sont quasiment intouchables car ils ont joué un rôle majeur à la fin de la Restauration et ils peuvent paralyser la sortie des journaux. Le gouvernement n’a pas le choix et les ouvriers imprimeurs constituent dès le début des années 1840 une association et obtiennent un tarif.

Discussion

Intervention 1. On a une Restauration qui constitue un espace de pratiques nouvelles avec un infléchissement sous la Monarchie de Juillet. On a des formes de mobilisations qui se nationalise, dont le rapport au politique est fort. Ce phénomène de nationalisation des luttes mettra très longtemps à se nationaliser de nouveau.

Réponse 1. L’histoire politique et sociale du premier 19ème siècle est extraordinaire et d’une richesse fabuleuse. La référence commune est Edouard P. Thompson et son ouvrage The Making of the English Working Class paru en 1963. L’historiographie sur le premier 19ème est très riche depuis une dizaine d’années et revise l’histoire qui avait été réécrite par les républicains.

Réponse 1. Sur le plan politique, il y a une ouverture lors des premières années de la Monarchie de Juillet, entre 1830 et 1834. C’est un moment d’invention absolue. Il y a par exemple des manifestations féminines.

Intervention 2. Les deux exposés présentés partent des villes. Il n’est pas certain qu’il y ait une telle imperméabilité. Il y a de la mobilité. Les ouvriers des métiers des villes ont du mal à contrôler, à canaliser les migrants. Ils se trouvent néanmoins que ces derniers passent et vivent dans des villages. Il y a des expériences, notamment des évènements auxquels ils ont pu assister. On le voit bien avec les ouvriers des Ateliers nationaux dans les années 1848-1849 qui sont expulsés en province. Dans les mines de fer, il y a ni compagnonnage, ni structure durable avec réseau national, mais il y a des traditions, des réseaux locaux, des mobilisations assez régulières et une transmission des savoirs et des expériences. Cela se fait sur des questions de tarifs par exemple.

Réponse 2. Les ouvriers des villes sont fiers d’être citadins et regardent de haut les paysans. Mais il y a une porosité avec une partie du prolétariat rural. Mais il semblerait qu’à l’égard de la proto-industrialisation, cela marche moins bien.

Intervention 3. Les mineurs de fer, les bucherons sont pourtant du personnel extérieur aux forges et ils peuvent à ce titre importer des pratiques, des réflexions.

Réponse 3. C’est vrai, mais il est difficile de rendre compte de traditions, des échanges oraux. On ne peut que les supposer. Le mouvement ouvrier, c’est aussi l’histoire de la conquête de l’écrit, notamment à cause du poids des ouvriers du Livre.

Intervention 4. Les obsèques sont-elles propres à Paris ?

Réponse 4. Les funérailles politiques en province sont plus rares, car plus compliquée. On a quelques exemples, dans le cas de morts violentes, par exemple à Marseille.

Intervention 5. Pour les comploteurs condamnés à mort et exécutés, que se passe-t-il ?

Réponse 5. Le Code pénal impose le caveau anonyme, ce qui ne facilite pas les rituels.  Mais cette contrainte est contournée, notamment grâce au rôle des femmes.

Intervention 6. La Révolution et l’Empire ont forgé des symboles forts, ce qui interroge sur la portée de la nationalisation de ces évènements.

Réponse 6. Ces symboles sont des lieux communs disponibles, qui clivent la population mais qui peuvent faire références à beaucoup de choses. Les sociétés rurales sont profondément clivées par la Révolution. Il y a, à chaque annonce de révolution, un retour aux anciens clivages. La mémoire des prêtres constitutionnels est par exemple très importante.

Intervention et réponse 7. La tolérance et le rapport de forces des imprimeurs naissent en partie des évènements de 1830. L’interdiction du banquet en 1847 est une erreur de Guizot. C’est un signe fort de raidissement du régime. Il existait une coordination, dirigée par les imprimeurs, des corporations ouvrières à Paris. Cela devient gravissime avec l’interdiction du banquet du 12ème arrondissement qui est le banquet de la garde nationale et donc des électeurs et des soutiens du régime. Ceci entraînera les évènements de 1848.

Prochaine séance le 2 février 2012 avec Claire Andrieu (historienne, Sciences-Po Paris, CHSP, CHS) sur le thème La Résistance comme mouvement social.

À lire éventuellement sur la révolution de juin 1832, un témoignage des barricades qui a inspiré le personnage de Gavroche dans Les Misérables de Victor Hugo : Charles Jeanne. À cinq heures nous serons tous morts ! – Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832, édition établie et commentée par Thomas Bouchet, Paris, 2011, Vendémiaire, 220 pages.

À voir également l’appel à contribution pour le colloque Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles, colloque international, 12-13 décembre 2012 organisé par l’Université Paris-Est Créteil (UPEC),  le CRHEC (Centre de recherches en histoire européenne comparée), l’Institut Universitaire de France, la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle sur le site Actualités du XIXe siècle.

Paul Boulland. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français

Compte-rendu de la présentation de Paul Boulland au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème Politisations populaires et rapports au Parti à travers la vie interne du PCF. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français, séance du jeudi 3 novembre 2011, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Présentation de Michel Pigenet. La ligne directrice du séminaire “Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie” pour l’année 2011-2012 se concentre sur les mouvements sociaux. Cette première séance est animée par Paul Boulland, historien, membre du CHS et de l’équipe du Maitron. Il a soutenu une thèse l’année dernière intitulée Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations PCF de banlieue parisienne (1944-1974). Nous lui avons demandé de s’interroger sur le fonctionnement du PCF en relation avec le phénomène de politisation des couches populaires et sur la possibilité pour une organisation politique de se doter de cadres “illégitimes” puisque d’origines ouvrières ou populaires.

À noter, la prochaine séance, le 1er décembre 2011, sera animée par Frédéric Tristam  sur le thème Mouvements sociaux, redistribution et fiscalité au XXe siècle.

Intervention de Paul Boulland.

Son travail se situe dans le cadre de l’hypothèse de départ du séminaire, celle selon laquelle “la domination exige et suppose l’adhésion, ce qui ne veut pas dire l’acceptation, des “sujets” qu’elle entend soumettre. Dans cette perspective, elle privilégie l’analyse des relations entre les acteurs, vues comme la matrice même du pouvoir et tente de mettre en évidence l’échange, même déséquilibré, entre ceux qui détiennent le pouvoir et ceux qui le subissent, mais ne sont pas dénués de ressources”.

Son travail se concentre sur l’étude des fédérations et des cadres communistes de la région parisienne ainsi que sur l’analyse des pratiques et les mécanismes de sa gestion interne. Son projet était d’aborder cette histoire du point de vue des militants en travaillant sur les mécanismes de constitution des élites communistes et l’encadrement dans tous les sens du terme.

Les sources. Le sujet n’était pas nouveau, mais le contexte était plutôt favorable, grâce à l’ouverture des fonds d’archives du PCF. Les archives de direction du PCF postérieure à 1944 sont accessibles aux Archives départementales du 93. D’autres sources étaient également disponibles : les dossiers biographiques conservées place du colonel Fabien, les milliers de dossiers de militants et archives de directions dans les archives des fédérations communistes du 93 et du 94 (celles des Hauts-de-Seine ont disparus).

L’exploitation de ces archives est située dans le prolongement des travaux de Bernard Pudal et Claude Pennetier. L’intérêt de ces dossiers est qu’il rend possible une étude biographique des militants, une comparaison des parcours (prosopographie) mais également une socio-biographie. Annie Kriegel est également incontournable (même si ses sources étaient limitées) ainsi que Philippe Buton, qui a travaillé à partir des carnets d’Auguste Lecoeur. Ces études étaient naturellement amenées à conclure au succès de ce système de recrutement. Il ne s’agit pas que d’un effet de sources mais aussi  d’un effet du paradigme initial adopté.

Son hypothèse de départ sur le fonctionnement interne du PCF était qu’il s’agissait d’un parti comme les autres dans lequel il existait des concurrences de carrière. Dès le départ, il a refusé de raisonner en terme de foi, de croyance pour ce qui est des motifs de l’obéissance. Son objectif était de retourner aux conditions et aux pratiques sociales qui ont pu produire cette apparence de foi et de croyance. Sa volonté était de se concentrer sur une histoire sociale des pratiques et non sur des représentations intérieures. Sa volonté était de ne pas juger à priori de l’efficacité de ce dispositif de sélection des cadres.

Son objet se positionne à l’intersection de deux approches, celle de l’étude de la direction du parti et celle de l’étude plus tournée vers la base, vers les usages sociaux du communisme par la classe ouvrière. Cette intersection se trouve ainsi entre le local et la direction nationale. À noter également qu’en banlieue parisienne, nous sommes au coeur du modèle du parti communiste (implantation ouvrière, implantation municipale et proximité de la direction nationale).

Pour ce qui est de la mise en place d’un cadre interprétatif, il propose une architecture à trois étages :

Une analyse des dispositifs et des outils de l’encadrement (questionnaire biographique, par exemple). Pour cela, il se base sur les travaux de Michel Foucault. Il faut toujours distinguer la volonté de pouvoir manifestée par ces outils et la réalité de l’emprise sur les militants. Le pouvoir n’est pas un attribut mais une relation qui traverse les sujets et s’appuie sur eux, y compris sur leurs résistances.

Une utilisation des travaux d’Erwing Goffman sur « l’institution sociale », déjà suggéré par Pierre Bourdieu et mise en oeuvre par Jeanine Verdès-Leroux. Ce travail essentiel comprenait cependant de nombreux biais, notamment parce qu’il n’analysait pas la diversité des attitudes face au modèle proposé.

Une sociologie de Pierre Bourdieu pour analyser les trajectoires sociales des militants ou leur rapport avec le travail politique. En pratique, la notion de champ communiste est pratique pour éviter d’être “enfermé” dans la métaphore de l’espace matériel, de la prison, proposée par les deux niveaux précédents. Cette notion est plus adaptée pour parler de la direction communiste, mais pour parler du parti dans son ensemble, il vaut mieux parler de « milieu partisan ».

La première conclusion. Dans l’idée d’une histoire sociale du politique, le dispositif de “sélection” des militants, cette politique des cadres est le signe des luttes symboliques, des conflits de légitimation à l’oeuvre dans les directions communistes.

La place des résistants dans la direction et leur mise à l’écart à l’occasion de la Guerre froide en est une bonne illustration. Cette mise à l’écart, notamment lors du Congrès de 1950, est ancienne. Dès 1944, le problème posé est de rétablir les critères antérieurs de promotion des militants (ouvrier, formé par et dans le parti, etc). Les clivages ne sont pas entre résistants ou non-résistants mais entre ceux qui ont été mis en valeur entre 1944 et 1947 et ce qui sont retournés à la base. Le prestige héroïque personnel de certains grands résistants est un problème pour le PCF, car il leur confère une large audience politique. On voit aussi le travail qui s’opère en province pour rétablir l’ordre partisan dès 1944. De la fin des années 1940 aux années 1950, il y a un travail important de dissociation entre les tâches de direction politique et les tâches d’élu républicain. Peu à peu, les anciennes grandes figures résistantes sont alors mises à l’écart, souvent à l’occasion d’une défaite électorale.

Les grandes affaires posent souvent des problèmes d’interprétation. Celles que l’on connaît le mieux sont souvent abordées selon un angle moral. Ce sont des contreverses qui se déplacent sur la scène publique (Luc Boltanski). On se focalise sur les victimes qui bénéficie de cette caisse de résonnance médiatique. L’apport des archives a été de révéler les nombreuses éliminations à la base, qui n’ont pas connu l’éclat de la scène publique. Cela tend à démontrer l’existence de problèmes pour l’institution qui refuse par exemple les personnes ayant un capital politique extérieur au parti. L’affaire Casanova-Servin (exclusion en 1961-62), vue des archives de Maurice Thorez, démontre la volonté d’affirmer la légitimité de Thorez ainsi que la légitimité d’une certaine forme de dirigeants politiques. Avec cette approche, on peut voir qu’après 1956 des changements, interviennent après la perte des points de repères staliniens et le changement des sensibilités des militants qui acceptent moins le contrôle biographique. La volonté dans les années 1960 est également de construire le parti parmi les Ingénieurs, Techniciens et Cadres (ITC), ce qui influence la composition du corps militant au détriment des ouvriers. Les enseignants prennent ainsi une part croissante dans l’encadrement fédéral, particulièrement en province. À la fin des années 1950, le PCF relache son système de contrôle en ne conservant que des outils statistiques. Il n’a plus les moyens d’influer sur la composition du corps militant. La rupture du programme commun correspond à un retour à la valorisation des cadres et militants ouvriers et se voit dès 1974, lors de la préparation du congrès. L’impératif alors mis en avant est de mettre en valeur les ouvriers aux postes de direction.

La deuxième conclusion. Sélection ou orientation des militants ? Prendre des responsabilités politiques ne va pas nécessairement de soi. Ce travail a permis une interrogation des processus de professionnalisation du personnel politique au sens large, comme celui de devenir permanent par exemple. Ce que l’on constate lors de l’étude des carrières, c’est qu’un nombre important de militants refusent de différentes manières la prise de responsabilités au niveau de la fédération. De nombreux militants mettent ainsi en avant leur militantisme syndicaliste et préfèrent rester sur ce terrain. Ces attitudes manifestent la volonté de maintenir le lien avec l’usine, avec le monde ouvrier. Ce sont des réticences à la professionnalisation et à l’implication symbolique que le parti impose d’endosser. L’enjeu est celui d’un déplacement vers un autre univers, étranger à l’usine ou étranger à la vie ouvrière. La politique est en effet un autre espace. Devenir cadre de section ou cadre fédéral impose de lire, de synthétiser, de prendre la parole, de se former tout le temps, tout en adoptant une posture de dirigeant. Il faut changer de métier et d’univers, instaurer de nouveaux rapports avec le monde ouvrier. Ceci entraîne un mouvement de réticences multiples et ce que l’on peut constater, c’est qu’il y a des ressources disponibles pour faire face à la logique du système de sélection opéré par l’institution. Comme le présente Annie Kriegel, il existe des cercles concentriques qui partent des électeurs pour aller jusqu’aux dirigeants mais dont les limites sont sans cesse renégociées par les militants.

La troisième conclusion. Les militants qui franchissent durablement les étapes de la sélection ne sont donc pas n’importe lesquels. Il y a un certain type de militants qui s’installent dans un carrière de cadre communiste professionnel avec des critères communs (origine populaire, forte hérédité communiste, socialisation politique précoce, scolarité prolongée, etc.). Ces caractéristiques offrent aux militants des dispositions favorables pour franchir les étapes de la professionnalisation. Ces traits distinctifs sont importants pour caractériser l’identité ouvrière telle qu’elle est vue par ces militants qui ont entrevus d’autres univers sociaux. Ils ont été ouvriers par choix militant, ils se sont orientés vers la grande industrie. On retrouve une forme “d’établissement” comme dans les années 1970 ou encore comme chez les prêtres-ouvriers.

La quatrième conclusion. Les archives du Val-de-Marne contiennent des archives permettant d’analyser les débats politiques internes. Les comptes-rendus de conférence animés par les dirigeants fédéraux sont riches d’informations. Les cadres se situent dans un rapport scolaire par rapport à l’activité politique. Dans leur perception, ils sont là pour enseigner la ligne et font face à des militants qui comprennent ou ne comprennent pas. Les militants qui s’installent durablement sont ceux capables d’endosser une certaine posture tout en conservant leurs origines ouvrières. Le travail des cadres est d’imposer le monopole de la direction sur la définition de la ligne.

L’histoire infra-politique du communisme français. Cette notion d’histoire “infra-politique” est un concept de James C. Scott (La Domination et les arts de la résistance : fragments du discours subalterne). Il permet de caractériser toutes les manifestations de résistances à l’égard des tentatives que tentent d’imposer symboliquement et pratiquement la direction d’une institution, ici le PCF. C’est ce qui apparaît dans les rapports hiérarchiques mais également dans les crises internes. On voit surgir des discours très critiques sur les enjeux symboliques et sociaux qui traversent le parti. La base ressent la distance importante qu’il y a avec la direction.

On peut aborder l’histoire du PCF avec l’idée de pluralité des régimes de politisation. Les positions qui s’expriment dans les réunions de base ne concernent pas forcément la ligne politique du Parti. Il faut se placer du point de vue pratique : l’avis des militants répond aux impératifs pratiques de l’action militante. Par exemple, de nombreux militants abordent la question des dissensions au sein du mouvement communiste internationale. Mais en abordant ce problème, les militants souhaitent “en réalité” aborder le problème de l’unité du communisme, qui perçue comme une force, comme le reflet de la nécessité du rapport de force. On retrouve également ici la question de l’unité avec les socialistes. De nombreuses résistances sont formulées à la base, avec une nécessité rappelée, celle de maintenir la forme de l’intervention communiste. L’unité peut également être souhaitée avec d’autres forces, notamment syndicales. La volonté des militants est que la ligne du parti leur permette d’agir au quotidien dans leur entreprise. Ce sont des exigences pratiques qui s’expriment, pas des préoccupations théoriques. Ces voix expriment un autre régime de politisation.

Avec cette idée d’histoire “infra-politique”, il s’agit d’envisager la totalité du phénomène communiste. L’histoire du PCF est celle de la légitimation d’acteurs issus de couches populaires, ce qui a déterminé sa forme. Pour faire face à cette illégitimité, le PCF a fait valoir son unité organique comme une force. Ce dispositif d’encadrement était une réponse à cette illégitimité. Les acteurs ont du s’imposer face aux logiques de domination symbolique. Ce qui leur vaut la reconnaissance d’une partie des couches populaires, c’est  sa capacité à dire la vérité aux pouvoirs, au travers des luttes. Tout le travail des cadres est de faire valoir cette frontière symbolique et d’imposer la ligne. Ce n’est pas un travail de conviction mais un travail social, avec des pratiques sociales comme celles que l’on peut observer dans les réunions de section. Contrairement à ce que dit Pierre Bourdieu, il n’y a pas de délégation des couches populaires au PCF. On peut parler de délégation mais seulement du point de vue de la politique légitime instituée, ce qui ne signifie pas que les couches populaires et les militants de base soient sans ressources pour défendre une autre forme de politisation.

Discussion avec la salle.

Question 1. Pouvez-vous revenir sur la notion d’illégitimité ?

Réponse 1. Tout le système de la politique tel qu’il est établi consiste à mettre les problèmes politiques entre les mains de professionnels, ce qui met en jeu la compétence des gens à prendre position sur les problèmes posés. Traditionnellement, il y a une volonté de mettre à l’écart les catégories populaires en les désignant comme incompétentes, illégitimes.

Question 2. Pourquoi user du terme “infra-politique” alors que c’est tout à fait politique ?

Réponse 2. Il y a une légère dérive par rapport à la définition de James C. Scott. Cela renvoie à la lutte menée par le PCF pour imposer la légitimité des classes populaires. Il y a un usage des thèmes et des questions posées par la ligne du Parti, mais en réalité ceux-ci sont détournés par les militants de base. Les questions internationales servent à parler de tout autre chose : discussion de la ligne, abandon de certains principes de lutte de classes par exemple. Il y a une part infra-politique car les énoncés politiques réelles ne sont pas évoqués directement par les militants de base.

Question 3. Ces contestations “infra-politiques” ont-elles un lien avec le travail dit fractionnaire ?

Réponse 3. Du côté de la direction nationale, on craint en effet les contestations extérieures, surtout lorsqu’il y a des problèmes dans une cellule. Cela est assez vrai dans les années 1965-1970, lors des confrontations avec les groupes de la Voix ouvrière qui contestent le plus frontalement le monopole de la représentation ouvrière. Il y a aussi les développements de la crise chinoise. La direction a peur de la dissidence, de la scission pro-chinoise. En pratique, il y a peu de militants sur ces positions. Mais ces thèmes permettent d’aborder d’autres débats (stalinisme, etc.).

Question 4. Pouvez-vous rappeler ce qu’il s’est passé avec les résistants ?

Réponse 4. Il faut se détacher de l’idée qu’ils ont été exclus parce que résistants. Il faut se concentrer sur le fait qu’ils ont été écartés du PCF parce qu’ayant une légitimité extérieure au parti. Cela a permis l’émergence de militants comme Georges Marchais qui n’ont pas été résistant.

Question 5. Un problème existe. Le point de départ de cette intervention évoquait la volonté d’étudier le PCF comme un parti comme les autres, mais tout ce qui a été démontré, c’est qu’il n’était pas comme les autres ! Deux précisions sont importantes : 1) Au moment de l’étude, il s’agit d’un parti de masse, enraciné, avec des centaines de milliers de militants. 2) Il affirme ne pas être un parti comme les autres et le prouve en privilégiant son orientation malgré les difficultés des années postérieures à 1974. Même s’il est en même temps un parti dans la politique instituée.

Réponse 5. Sa volonté de considérer le parti comme un parti comme les autres se focalisait sur la question de l’encadrement et du poids du parti sur les militants, pour pouvoir appliquer des outils mettant en lumière les effets de concurrence. Il y a une spécificité du PCF : il accueille massivement les catégories populaires. Les débats internes et les questions des conflits ont été rapidement évoquées dans cet exposé qui s’est concentré sur les cadres et leurs perceptions. Sa volonté initiale était de trouver le poids du parti sur ces membres mais ce poids n’est pas celui d’un bloc monolithique, bien au contraire. Ce qui est intéressant, c’est l’intégration du discours par les militants : on peut se dire des choses en interne mais on ne peut pas se permettre d’apparaître divisé aux yeux de l’extérieur.

Question 6. Les modifications sociologiques dans le recrutement des cadres : choix ou dérives ?

Réponse 6. En région parisienne, il s’agit d’un choix, d’une volonté assumée de faire monter les ITC dans les directions. Il y a toutefois une rupture entre techniciens et ingénieurs. Pour ce qui est des enseignants, il ne s’agit pas d’un effet voulu, il est combattu dans les directives mais pas dans les faits. Ce phénomène se retrouve principalement en province.

Intervention. On observe exactement le même glissement sociologique en France, en RDA, en République tchèque et en République slovaque aux mêmes dates.

Question 7. En 1967, dans la métallurgie, le PCF a constaté la montée de deux nouvelles catégories : les ITC et les travailleurs immigrés. Y a-t-il eu une réflexion sur la politique des cadres parmi les travailleurs immigrés ?

Réponse 7. L’immigration nord-africaine est complètement absente. On trouve la deuxième génération d’immigrés espagnols et italiens. Il y a une réflexion générale menée vers les OS et donc vers les travailleurs immigrés. Mais pas pour ce qui est de la politique des cadres car le modèle est le suivant : un homme, ouvrier qualifié, français, etc.

Question 8. En quoi la Fédération de Paris est-elle un cas à part ?

Question 9. Est-ce que sur toute la période le schéma évoqué est constant ? Est-ce que le fait d’avoir une ligne politique nationale claire ou flottante change-t-elle ce schéma ?

Réponse 8. Il a fait le choix de laisser la fédération de Paris de côté car elle a une sociologie spécifique, une chronologie particulière et elle a des enjeux qui lui sont propres. Il y a une histoire spécifique avec des enjeux différents, par exemple avec les intellectuels.

Réponse 9. Les mécanismes évoluent (générations politiques, formation, arrivée différenciée, expériences…). Sur la question des flottements de la ligne, il est évident qu’il y a un fort durcissement des logiques de recrutement et des critères lors de la guerre froide. Il y a des critères, une matrice antérieure (entre-deux-guerres), reprise à la Libération, durcie puis euphémisée avant l’arrivée des logiques de la répartition des tâches, notamment à la fin des années 1960 avec les questions de la démocratisation. En 1965, les conférences montrent des débats plus débridés car il n’y avait pas de ligne  politique établie. La discussion était très libre et les cadres poussaient à cette discussion.

Intervention 10. L’infra-politique regarde du côté de l’anthropologie, c’est-à-dire la manière dont les milieux populaires vont participer à une entreprise politique ou non à partir de leurs pratiques de la politique : l’immédiat, le quotidien, le collectif. Il y a des moments où les perspectives de la politique instituée sont réduites (par exemple lors de la Guerre froide) durant lesquels le parti valorise une ligne de classe (le quant-à-soi, l’enracinement ouvrier, il faut agir au quotidien, dans l’immédiat, là où on peut obtenir des résultats). Il y a à l’inverse des moments où l’issue dans la politique instituée semble possible voire problable (à partir des années 1960) : faire de la politique au PCF évolue alors, devient autre chose.

Réponse 10. On voit bien que certains contextes politiques imposent le repli des militants. En 1959, on voit de nombreux abandons, avec le retour de De Gaulle au pouvoir. Il y a un vrai effet du contexte.

Question 11. Les milieux populaires du début des années 1950 et de la fin des années 1960 ne sont pas les mêmes. Les problèmes de légitimité ne sont pas du tout les mêmes, quelque soit les problèmes de lignes. Il y a d’autres problèmes de légitimité, comme celui de l’expansion scolaire.

Réponse 11. Certaines personnes se sentent plus légitimes à intervenir, grâce à la scolarisation et au contexte politique. Il y a toute une réflexion de la politique des cadres dans les années 1960 sur le rôle des étudiants qui deviennent permanents et la nécessité de le limiter. Dans le fonctionnement du parti, cela pose des problèmes, comme pour les enseignants. Le discours adopté est le suivant : « Il ne faut pas céder à la facilité de leur confier les tâches de direction ». Il y a une volonté d’empêcher les étudiants et les enseignants de définir la ligne politique.

Question 12. Quelle est la place des écoles du parti dans l’encadrement et de leurs évaluations ? Est-ce que le fait d’être passé par la Jeunesse Communiste est un bonus ou non ? Pour quels postes ? Enfin, sur les sources disponibles, est-ce que “l’insolence de l’étudiant face au vieil ouvrier” est répétée par ce dernier dans le compte-rendu ?

Réponse 12. Les écoles et leurs évaluations sont un enjeu important de la politique des cadres. Leurs compétences, leur manière de se comporter sont étudiées. Cela prend une importance croissante après 1964. Le recours aux écoles centrales se développent massivement après 1964-65, surtout en région parisienne. Il y a aussi des écoles internationales à cette époque, sur un modèle universitaire. Sur la Jeunesse Communiste, il y a un rôle important pour la promotion des cadres (capacité militante et d’encadrement). Il y a une différence entre les militants passés par la Jeunesse Communiste et ceux passés par le syndicat. L’ancrage disciplinaire est un problème. Sur les sources, l’intérêt des rapports sur les conférences de section est de relever les accords et les désaccords exprimés. Ce sont des cadres extérieurs à la section qui viennent pour faire le rapport. Ce ne sont pas des compte-rendus internes. Il y a une volonté de trouver les désaccords. Il y a des militants qui se servent de ces conférences comme de porte-voix, comme une occasion de dire « les quatre vérités ». Ce n’est pas un lieu d’auto-censure, contrairement à ce qui peut se passer lors d’un Congrès ou d’un comité central.

Intervention 13. Le développement des écoles sont en général des moments où il n’y a pas d’autres moyens de faire monter des cadres. C’est en général symptomatique d’un problème pour trouver des cadres. La sélection des militants est faite en amont : la direction du parti décide qui doit aller dans les écoles de quatre mois. L’école comporte une sélection préexistante. L’école internationale d’après-guerre est un lieu de repli.

Réponse 13. Le développement des écoles est en effet un mauvais signe, mais ce qui est important, c’est que les évaluations ne sont faites que dans ces écoles. Sur l’école internationale dans les années 1960, les toutes premières promotions font monter des futurs cadres de haut-niveau des années 1980. Mais il est vrai que passées les années 1967-1968, n’importe qui ou presque peut y aller.

Le salaire, de l’emploi à la qualification professionnelle

Couverture de l'ouvrage de Bernard Friot, L'enjeu des retraites, Paris, La Dispute, 2010
Couverture de Bernard Friot, L'enjeu des retraites, Paris, La Dispute, 2010

Compte-rendu du séminaire doctoral d’histoire “Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie”. Séance du jeudi 7 avril 2011, 17h-19h, Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Michel Pigenet. L’invité de ce séminaire est Bernard Friot, sociologue et économiste, professeur émérite à l’Université Paris Ouest Nanterre, membre du laboratoire IDHE et membre fondateur de l’institut européen du salariat. Son dernier ouvrage publié est l’enjeu des retraites1, bilan d’une réflexion menée depuis longtemps et qui prend un caractère d’essai. Cette question des retraites est une question qui a été et qui est encore d’actualité.

Intervention de Bernard Friot.

Le titre original de cette intervention était « Le salaire entre l’emploi et la qualification personnelle », ce qui ne le rendait pas forcément plus clair ! Il faut revenir avant toutes choses sur quelques définitions de fond.

Le travail. Travailler, c’est produire des biens et des services, qui sont reconnus comme ayant une valeur économique et qui du coup sont appréciés monétairement.

1° Cela conduit tout d’abord à distinguer le travail de l’activité. L’activité, c’est la production de biens et de services. L’essentiel de notre vie éveillée consiste à être actif. Le travail est la part de l’activité produisant de la valeur économique.

2° Le travail ne peut pas se définir par son contenu, il n’y a pas d’essence du travail. Il y a une base : le travail est la production de valeur d’usage, mais une fois dit cela on n’a pas dit grand chose ! Est-ce que produire des semences stériles pour Monsanto, c’est travailler ? L’essentiel de la question théorique posée par le travail est la suivante :

Quelles institutions légitiment le travail en lui reconnaissant une valeur économique ainsi que son évaluation monétaire ? Qui décident de la valeur économique d’une activité détient le pouvoir, ce qui explique l’enjeu politique autour de la détention de cette décision.

Un exemple. Les soins infirmiers au 19ème siècle n’étaient pas du travail. Ces soins ne deviennent du travail qu’à partir du moment où les bonnes soeurs sont remplacées par des infirmières. Les mêmes soins infirmiers deviennent du travail lorsque cette activité utile est reconnue par une institution légitime pour transformer l’activité en travail (emploi, grade, diplôme protégé). La reconnaissance du travail du fonctionnaire n’est inscrite dans la comptabilité nationale que depuis 1976 ! Jusqu’à cette date, les fonctionnaires étaient comme les bonnes soeurs, des gens utiles mais qui ne travaillaient pas.

Dans les économies capitalistes avancées, trois institutions se partagent cette décision :

L’emploi. L’emploi a une définition banale, celle de poste de travail. Évidemment, pour qu’il y ait emploi, il faut qu’il y ait poste de travail. Mais cette définition ne suffit pas. Il y a emploi lorsque c’est le poste de travail qui est payé. Je n’ai pas d’emploi, je ne suis pas payé. Ce n’est pas moi qui suis payé, c’est mon poste. L’emploi, c’est l’attribution de la qualification au poste de travail. A toute qualification, il y a un salaire, comme cela est inscrit dans les conventions collectives. Ces conventions sont la mise en regard des qualifications des postes de travail et des salaires : grilles de postes, grilles de salaires. La qualification, c’est un attribut du poste de travail, pas de la personne. L’emploi, c’est ce qui nous nie comme porteur de qualifications. L’emploi, c’est ce qui donne toutes les cartes aux mains des actionnaires, puisque c’est eux qui décident du lieu du poste du travail, du nombre de postes de travail, du contenu du poste de travail, de qui est titulaire du poste de travail. L’emploi, c’est ce qui nous ôte toute maîtrise sur le travail. L’emploi fait système avec le droit de propriété lucrative. Nous sommes au coeur de notre impossibilité à contrôler le travail. C’est-à-dire au coeur de ce que nous appelons la souffrance au travail. Cette souffrance au travail est le symptôme. Quand on interroge un titulaire d’un travail il explique : « j’aime mon boulot, ce que je fait ce n’est plus du boulot ». Ce n’est pas le travail qui est source de malheur. Les retraités, pour la moitié d’entre eux qui touchent une pension presque égale à leur dernier salaire (soit 7 millions de retraités) n’ont jamais autant travaillé, ils n’ont jamais été aussi heureux de travailler. Jusque là, leur temps étant entièrement aliéné. La source de ce bonheur, c’est la certitude de la pension tombant à la fin de chaque mois. C’est un salaire à vie. Plus besoin de passer par le marché du travail pour avoir un salaire.

Lorsqu’un salarié du privé prend sa retraite, ce qui était jusqu’ici la qualification moyenne de ces postes de travail de ses 25 meilleures années, c’est devenu sa qualification personnelle. Le retraité, c’est lui le support de la qualification, du coup c’est lui, et non son poste de travail, qui est payé. La pension, c’est le salaire à vie. Et c’est parce qu’il y a salaire à vie, qu’enfin on peut travailler.

Le grade. Contrairement à l’emploi, dans le cas du grade, c’est la personne qui est le support de la qualification et donc du salaire. Qu’est-ce que la réforme de la fonction publique ? Qu’est-ce que la RGPP ? La LOLF ? C’est le fait que les fonctionnaires passent du grade à l’emploi. Un fonctionnaire, c’est quelqu’un qui a un grade et non pas un emploi. Certes, il est sur un emploi, mais ce n’est pas l’emploi qui définit son salaire, ni ses règles de promotion, etc. Ce n’est pas son emploi qui est qualifié, c’est lui. Il a un grade parce qu’il a passé un concours professionnel et que le concours professionnel est tout à fait différent d’un diplôme. Un diplôme, cela certifie, l’école ne qualifie pas, elle certifie. L’école atteste d’un niveau de savoir, professionnel ou général de la personne qui a le diplôme. Cela ne qualifie pas, c’est-à-dire que cela ne donne pas à la personne la qualification professionnelle avec le salaire irrévocable qui va avec. Dans la fonction publique, le support du droit, c’est la personne, au travers du concours professionnel. Le grade est caractéristique de la fonction publique et de la situation des retraités : c’est la personne qui est payé et non le poste. Toute la réforme de la fonction publique consiste à marginaliser les concours professionnels au bénéfice du diplôme. Aligné les fonctionnaires sur le secteur privé. La réforme de la fonction d’enseignant est exemplaire à ce titre. Avec un master, l’enseignant va se balader sur le marché du travail, de lycée en lycée avec des chefs d’établissement qui seront devenus des employeurs, qui embaucheront et licencieront et qui paieron au poste de travail des personnes qui jusqu’ici étaient payées pour leur grade. Le verrou à faire sauter, c’est le concours professionnel et il faut « valoriser » le diplôme. C’est le coeur de la réforme de la fonction publique.

Le diplôme protégé. Le diplôme protégé désigne la situation que connaît les professions libérales. Aujourd’hui, il y a des directives européennes en préparation pour mettre à bas les diplômes protégés. La volonté est par exemple de transformer les avocats en employés. On voit apparaître des usines juridiques qui se substituent à l’emploi libéral.

L’opposition fondamentale entre le grade et l’emploi. L’emploi, dans une société capitaliste est plus légitime que le grade. Ce constat explique la suspicion lancée sur les travailleurs. Pourquoi l’emploi est-il plus légitime que le grade ou le diplôme protégé ? Le capitalisme repose pour une grosse part sur l’expropriation des travailleurs : l’emploi les nie comme travailleur, puisque c’est le poste qui est qualifié et pas eux. C’est ce qui laisse toutes les cartes à ceux qui ont la maitrise des postes de travail, c’est-à-dire les actionnaires au travers des employeurs. Le grade quant à lui, pose le travailleur comme titulaire d’une qualification. Par qualification, il ne faut pas entendre la mesure d’un travail fourni mais au contraire un niveau de contribution potentielle de travail. Les travaux de Jean Saglio ont bien démontré cet aspect. Un exemple, la loi de 1834 entend reprendre la main sur les officiers de marine. Cette loi explique que les officiers ne sont titulaires que de leur grade et non de leur poste. On peut donc envoyer en poste disciplinaire un officier tout en continuant à lui verser un salaire complet. La qualification suppose une déconnection entre le salaire et toute idée de mesure du travail. La qualification, née dans la fonction publique, gagne le secteur privé au vingtième siècle avec les conventions collectives (à partir de 1937 et surtout à partir de la loi de 1950). Là encore, la qualification déconnecte le salaire de la mesure du travail. Cette qualification du poste est au départ faite en fonction du contenu du métier, mais progressivement (surtout après 1974), de manière de plus en plus abstraite, renforçant par la même la maîtrise de l’employeur. Le mouvement ouvrier s’est battu jusqu’au début du 20ème siècle contre la logique de l’emploi qui entérinait la subordination des travailleurs aux employeurs. De la Libération aux années 1980, il essaie au contraire de tirer un maximum d’avantages de ces droits associés au travail. En effet, dans l’emploi s’est construit un certain nombre de droits attribués au poste de travail. Mais à partir du moment où les travailleurs ont renoncé à se poser comme titulaire d’une qualification et ont été reconnu comme une force de travail se vendant sur un marché du travail, le conflit s’est centré sur la question des salaires. Dans le cadre de ce conflit sur les salaires, est apparue la question de la cotisation sociale, dans le cadre de l’emploi.

La cotisation sociale. La cotisation sociale est en effet une réponse patronale à la revendication de hausse des salaires directs. Là encore, les choses apparaissent dans la fonction publique. A la fin du 19ème siècle, seul le salaire des fonctionnaires fait l’objet d’une discussion politique au Parlement. L’obsession des parlementaires est d’éviter une hausse générale des salaires des fonctionnaires. Pour éviter cela, les propositions se concentrent sur les chargés de familles : c’est la création du supplément familial qui est généralisée en 1917 et étendue en 1932 au secteur privé. Cette création est bien évidemment très impopulaire parmi les associations de fonctionnaires. La mise en place des allocations familiales, dont le dispositif est là aussi généralisé en 1932, résulte des mêmes réflexions. Les cotisations sociales concernent principalement les allocations familiales jusqu’au milieu des années 1950. Ainsi, les allocations familiales représentent en 1955 encore la moitié des dépenses de la sécurité sociale. Le gouvernement Antoine Pinay tombe d’ailleurs sur cette question, lorsqu’il veut attribuer des fonds issus allocations familiales à la branche maladie et la branche vieillesse. A la Libération, Pierre Laroque dira que les allocations familiales ont été la plus grande réussite de la sécurité sociale. Henri Hatzfeld, dans son ouvrage Du paupérisme à la Sécurité sociale, 1850-1940. Essai sur les origines de la Sécurité sociale en France, repris par Robert Castel dans son ouvrage Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat oublient cet aspect central des allocations familiales. Henri Hatzfeld recherche la naissance de la sécurité sociale dans les grandes entreprises, dans les actions de l’UIMM. Ce n’est pas faux, mais n’utiliser que les sources patronales constitue un biais important, laissant de côté les allocations familiales. Il y a très peu de travaux sur la sécurité sociale en sociologie et encore moins en économie. Les enjeux sont pourtant extrêmement importants en 1948 lors de la création des Caisses d’allocations familiales. L’échec du premier projet de constitution en 1946 étaient en grande partie due à la question de l’autonomie des CAF dans les caisses de sécurité sociale. On avait peur de confier les enfants aux rouges ! Même avec ce bémol, le changement d’attitude des syndicats vis-à-vis des allocations familiales est extrêmement net avec la loi de 1946. Jusqu’en 1939, les allocations sont des suppléments, entièrement dépendant de l’emploi. Sans emploi, sans présence au travail, on perd le bénéfice de ce supplément de salaire. Le Code de la famille et les lois de Vichy ont déconnecté les allocations familiales du travail. La loi de 1946 achève ce mouvement en généralisant les allocations à la quasi-totalité des personnes. Les allocations familiales étaient du salaire, versé par l’employeur lors de l’emploi des parents mais sont déconnectées de l’emploi à partir de 1939. Et ce n’est pas un point de détail puisque à cette date, la moitié des ressources d’une famille populaire provient des allocations familiales. Les salaires directs sont donc équivalents aux allocations ! Les allocations ne sont donc pas liées au travail subordonné bien qu’elles sont payées par les employeurs à cette occasion. Cette déconnection explique que les débats soient infinis : faut-il des allocations dès le premier enfant, uniquement pour les enfants légitimes, à partir de combien de salaires dans le foyer, etc. La légitimité de ce dispositif est l’objet d’importants débats qui se soldent par le dispositif d’août 1946. Cela a des incidences au-delà du champ du salaire. La politique familiale française n’est pas une lutte contre la pauvreté comme dans la plupart des pays européens. Les familles populaires ne sont pas des pauvres mais des travailleurs. Michel Rocard rompt avec cette logique en instaurant la Cotisation Sociale Généralisée (CSG) en 1990, en expliquant que la famille ne doit pas être financée par le travail car c’est un besoin universel devant être financé par l’impôt.

On peut dire la même chose de la quasi-totalité des cotisations et prestations. Les accords Renault de 1955 sont un contre-feu des accords de salaires signés à Saint-Nazaire. Le patronat opte pour la création d’un régime complémentaire de retraite, qui est un subsitut à une hausse des salaires. Dans leur grande majorité, les cotisations sociales naissent comme substitut à la hausse des salaires. Actuellement, le patronat veut en finir avec les cotisations sociales, car ce sont des instruments de déligitimation de l’emploi. La thèse des réformateurs est la suivante : la division doit être faite entre d’une part les besoins liés à l’emploi et donc financés par les cotisations et d’autre part les autres besoins ne devant pas être financé par cotisations. Par exemple, les dépenses d’assurances maladies sont des besoins situés hors emploi et pourtant financés par l’emploi. De même, la cotisation-chômage (1958) est la reconnaissance du droit au salaire pour des personnes qui n’ont pas d’emploi. A partir de 1984 et surtout de 1992, il s’agit de replacer l’emploi au coeur du salaire. Dernier exemple, la cotisation-retraite est la reconnaissance du travail non marchand et non subordonné des retraites.

Les retraites. Les retraites sont-elles une contrepartie du travail passé ? Les retraités sont-ils des travailleurs ou bien des actifs, à l’image des bonnes soeurs infirmières ? Ces questions sont importantes à poser, d’autant plus que les informations au sujet des retraites font l’objet de débat. Par exemple, les pensions de retraites sont à 90% par répartition et 10% par capitalisation en Europe de l’Ouest. En France, c’est 97% et 3%. Le constat est donc clair, les retraites par répartition ne sont pas une citadelle assiégée qu’il faudrait défendre ! Au contraire, c’est une institution florissante, qu’il faut chercher à étendre davantage. Le retraité est payé pour sa qualification, c’est là le point le plus important. Pour le retraité du privé, la qualification est désormais personnelle, contrairement au retraité de la fonction publique. Ceux-ci étaient payés pour leur grade et donc leur traitement est continué. Ce salaire à vie des fonctionnaires fait que l’institution légitime qui transforme l’activité en travail vaut pour les retraités fonctionnaires. Ils continuent donc à travailler. S’agissant des retraités du privé, ce poste se tranforme en qualification de la personne. Ce sont des salariés à vie, pour ceux qui ont entre 70 et 100% du taux de remplacement, en majorité des hommes, les femmes étant victimes de la double peine. Ces retraités sont fascinés par ce salaire à vie qui tombe tout les mois et qui est déconnecté de l’emploi.

Le travail est-ce l’emploi ? Ou travailler est-ce avoir une qualification et un salaire à vie ? Qu’est ce que c’est que travailler, qu’est-ce qui produit de la valeur ? Autaut de questions aujourd’hui au centre des débats. L’emploi est en perte de légitimité alors qu’il est au coeur de l’organisation capitaliste du travail. La qualification est insupportable au capitalisme financier car il “englue” sur le long terme, les droits étant liés à l’emploi. La sécurisation des parcours professionnels a pour objectif de dénouer le lien entre certains droits et postes de travail pour lier les droits à l’employabilité (la capacité à changer d’emploi). Le capitalisme financier veut reposer le marché du travail comme le coeur de la reconnaissance du travail dans le système capitaliste. En aucun cas, il ne s’agit pour lui de passer de la logique de l’emploi à celle du grade !

Conclusion. L’emploi est aujourd’hui contesté, y compris par le capital. Avec la retraite, nous avons un exemple de progression exceptionnelle du salaire à vie. La moitié des retraités (7 mllions sur 13,5) touchent une pension équivalente à leur dernier salaire et prétendent donc à un salaire à vie. Cet exemple n’est pas anecdotique, quand on songe que la population active française compte 24 millions de personnes. Deux solutions sont possibles. Soit on décide de substituer le salaire à vie à l’emploi, de détacher la qualification professionnelle du poste du travail pour en faire une qualification personnelle, attachée à la personne. Soit on tente un retour à un emploi idéalisé, alors même que l’emploi s’est construit sur la reconnaissance de la subordination. Certes l’emploi a été la base de conquêtes sociales,  comme les cotisations sociales, mais l’emploi a également été impuissant à être la matrice légitime du travail.

  1. Bernard Friot, L’enjeu des retraites, Paris, La Dispute, collection Travail et Salariat, 2010, 173 pages. []

Histoire de l’art et “Digital Humanities”

Compte-rendu du séminaire doctoral d’histoire de l’art « Pratique de l’histoire de l’art à l’ère du numérique » présenté par Corinne Welger-Barboza. Séance du vendredi 8 avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian.

Histoire de l’art et Digital Humanities

Résumé. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Pour illustrer les approches d’instrumentation de corpus, dans un domaine singulier, Élisabeth Doulkaridou montrera la maquette qu’elle a conçue pour l’étude des manuscrits enluminés et qu’elle a présentée lors de la conférence-démo de Mutec à l’ENS de Lyon le 30 mars 2011.

Compte-rendu.

Définir les Digital Humanities

Ne sachant pas à quel point la notion de Digital Humanities vous est familière, il convient de définir ce « mouvement ». Quelle est son histoire et pourquoi utiliser cette terminologie ?

Une étude historiographique montre que trois phases se sont succédées tout en continuant de co-exister :

  • A partir des années 1960, de nombreux chercheurs en littérature et en linguistique se sont questionnés sur l’utilisation de l’informatique pour effectuer des opérations sur des textes. Cette période est nommée Litterature and linguistic computing. Cependant, dès cette période, l’archéologie commence à utiliser des bases de données pour traiter leurs fouilles.
  • Dans un second temps, de nombreuses disciplines commencent à s’interroger sur les applications informatiques, notamment l’histoire. Une ouverture disciplinaire s’amorce et on parle alors de Humanities computing.
  • Depuis quatre ou cinq ans, il y a une généralisation du terme Digital Humanities et un élargissement des “adhésions” des chercheurs et des enseignants pour s’approprier des compétences liées aux traitements des informations. De plus en plus de médias sont concernés.

Ces trois temps, continuent de coexister en terme épistémologique : il y a des approches et des points de vue différents dans ce monde des Digital Humanities.

L’emploi de la terminologie anglaise est conservé ici, pour deux raisons. D’une part, d’un point de vue stricto sensu, la traduction “humanité numérique” semble peu satisfaisante, notre système académique de recherches ayant replacé cette nomenclature d’humanité par celle de sciences humaines et sociales. D’autre part, utiliser l’anglais permet de faire tourner les regards vers les centres historiques de ces mouvements et de conserver cette volonté de se rallier au “monde anglo-saxon” (États-Unis et Grande-Bretagne).

Pourquoi parler de mouvement ? Il ne faut pas occulter la dimension politique dans toute cette affaire des Digital Humanities. Cela fait quarante ou cinquante ans que des chercheurs tentent d’incorporer les compétences du traitement de l’information dans leurs méthodes de recherches. Cette ouverture a provoqué des réactions dans l’Académie (fermeture ou rejet) qui a du mal à innover dans ses disciplines.

Pour ces questions d’historiographie, de mouvements et de terminologie, des articles de Patrik Svensson sont disponibles sur internet dans la revue Digital Humanities Quartely. Il tente entre autres d’analyser les débats qui se jouent au fur et à mesure de l’augmentation des recherches, des institutions dans ce vaste champs.

Les centres de Digitals Humanities

Si l’on regarde l’état actuel des centres de Digital Humanities aujourd’hui dans le monde on constate une très forte densité aux États-Unis et au Canada mais il y a aussi une récente effervescence en Europe.

Qu’est-ce qu’un centre de Digital Humanities ? Par centre, on perçoit une structure avec une autonomie, même s’il est intégré dans les universités. Il s’agit d’un centre de recherches autonome avec un fonctionnement propre. La principale caractéristique, c’est la pluridisciplinarité avec une démarche élaborée qui repose sur des coopérations de compétences diverses dans la durée. Des chercheurs et des collaborateurs sont souvent en résidence pendant au moins un ou deux ans pour aboutir à la constitution de corpus qui seront exploités. Il n’y a pas que des centres pluridisciplinaires : certains sont plutôt affiliés à une discipline. C’est le cas du Centre For History and New Media, de Mason University, centre spécialisé en histoire qui a notamment développé Zotero.

Dans cette mouvance internationale, donnons quelques éléments sur la place de la France. La France a du retard sur les pays anglo-saxons, même si cela ne veut pas dire que personne ne s’est questionné dessus auparavant. Les archéologues depuis une quarantaine  d’années ou encore le traitement lexicographique en sont deux illustrations importantes. Mais le “cas français” se caractérise par le fait que toutes ces pratiques sont restées cloisonnées aux Lettres et à la Littérature. Le cloisonnement disciplinaire est donc très présent. Entrer dans le mouvement des Digital Humanities, c’est donc faire un pas supplémentaire dans la prise en compte de l’existence d’une mouvance actuelle internationale en faveur de la pluridisciplinarité.

En 2010 à Paris, un premier THATcamp a produit un Manifeste des Digital Humanities, ce qui en démontre toute la dimension politique. Ce manifeste a permis de constituer une communauté de chercheurs et de mettre en place une liste de discussion. Contrairement aux autres pays, ce ne sont pas des universitaires en France qui sont à l’origine de cette initiative. Ce sont surtout des documentalistes et des ingénieurs de recherche : cela ne concerne donc pas uniquement l’enseignement. Une autre spécificité française est sans doute la volonté de centraliser les initiatives, notamment au niveau du CNRS et la mise en place de cyber-infrastructure. Le très grand équipement (TGE) ADONIS en est un exemple. La cyber-infrastructure est un outil technique mais aussi moyen d’incitation pour la mise en place de projets.

Les relations entre Digital Humanities et histoire de l’art

Revenons sur quelques moments-clés qui montrent le chemin parcouru par les Digital Studies en histoire de l’art. Voici quelques événements à signaler depuis une décennie :

  • Pour la première fois, lors du congrès international d’histoire de l’art en 2000, une section centrée sur les technologies de l’information et de la communication a fait apparaître cette discipline au sein des institutions. De nombreuses questions ont été posées durant cette conférence comme par exemple la différence entre l’image numérique et l’image analogique. Cette manifestation a pu avoir lieu grâce à l’initiative préalable de Robert Derome, enseignant à l’université du Québec en histoire de l’art. Il avait constitué une association, dissoute en 2003 : AHWA-AWHA (Art Historian Webmaster Association-Association des Webmaster en Histoire de l’Art).
  • La publication A Companion to Digital Humanities pose à partir de 2004 les fondements des Digital Humanities et fait le point domaine par domaine. Une section Art History est gérée par Michael Greenhalgh, enseignant australien. Il avait notamment crée des bases de données d’images en ligne en s’associant avec des institutions australiennes.
  • Le CHArt est une organisation anglaise qui tente dès 1985 de maîtriser la numérisation de l’image et ses conséquences pour la discipline. Il prépare chaque année une conférence annuelle et une publication. Une grande part de leurs articles est en ligne.
  • En France, c’est surtout dans le milieu des historiens médiévistes et des archivistes issus de l’école des Chartes que les premières innovations ont eu lieu. Ils avaient ainsi créé une revue entre 1989 et 2009 (Le Médiéviste et l’ordinateur).
  • L’Observatoire critique a également contribué à l’évolution du champs depuis sa mise en ligne fin 2006. Il s’est rapidement fait remarquer aux États-Unis et ont permis à la rédactrice en chef d’être invitée à une conversation à huis-clos avec quelques représentants au niveau international. Chaque participant défendait alors la perspective de la publication sur internet. Un compte-rendu de cette rencontre est disponible sur le site de l’Observatoire critique.

Il y a aussi de grands projets :

  • L’Institut national des sciences et des arts mécaniques avec le soutien d’IBM, a tenté à partir de 1993, de reconstituer en images de synthèse l’Abbaye de Cluny. Deux co-présences virtuelles (des avatars numériques en quelque sorte) permettent de circuler dans l’Abbaye. Le projet est malheureusement resté sous la forme d’un prototype.

  • L’Université de Princeton a réalisé The Piero Project à partir de 1994. Il s’agit de reconstituer les fresques de Piero della Francesca de l’église San Francesco. Des relations entre les fresques et des données textuels sont proposées. Il s’agit de donner un accès enrichi à des œuvres qui n’ont pas rejoint le musée et de se servir de l’image de synthèse pour simuler la présence dans des sites éloignés.

  • L’année dernière, un colloque en Italie sur les Digital Humanities, soutenu par l’European Science Fondation, a centré la réflexion sur l’histoire de l’art.
  • A la fin du mois de mai, il y aura à Fontainebleau le premier Festival d’histoire de l’art. En principe, il devrait y avoir une section entière consacrée à l’histoire de l’art et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

L’enseignement et la recherche questionnent de plus en plus les ressources numériques. Pour l’histoire de l’art, il y a un accent marqué sur l’image, qu’elle soit en deux dimensions ou en trois dimensions. Par exemple, l’université de Caen travaille depuis de nombreuses années sur la restitution d’une maquette de l’ancienne Rome. Dans le prolongement de cette initiative, il y a le Visual Media Center de l’Université de Columbia, un centre de technologie visuelle partie prenante du département d’histoire de l’art. Les équipes questionnent la reconstitution du patrimoine architectural de l’antiquité à nos jours, en accordant d’ailleurs une place importante à la France. Pour toute une série de monuments, différents plans permettent une immersion totale grâce à une captation par caméra donnant une image à 360° en très haute définition.

Nous n’allons pas continuer sur le thème de l’image numérique. Il y a beaucoup de réalisations dans ce domaine depuis une dizaine d’années, surtout le fait d’universités américaines. Nous allons en revanche regarder un corpus qui questionne l’image et les textes. Commençons par le catalogue raisonné On-line Picasso Project. Le catalogue raisonné est un outil important en histoire de l’art, mais dans ce cas-ci nous avons des accès plus mobiles, et une mise en relation d’images pour pouvoir les comparer. Nous vous invitons à vous connecter sur cette base (pour ce loguer, il faut envoyer un mail au Professeur Enrique Mallen). Ce projet rejoint la volonté de la Réunion des Musées Nationaux (RMN) de mettre en ligne des catalogues scientifiques. Ils sont de plus en plus nombreux sur le site de la RMN, mais dans ce cas, on reste beaucoup plus sur la référence à l’imprimé.

Il existe d’autres réalisations qui, même si elles sont peu satisfaisantes en terme de pratiques numériques, permettent de dépasser la focalisation sur l’image. De nombreux corpus tentent d’exploiter le numérique pour effectuer un rapprochement entre des textes et des images :

  • Le projet italien ICONOS est très emblématique de ce type de possibilités. Il s’agit de mettre en relation Les Métamorphoses d’Ovide avec des œuvres d’art. Chaque image est associée à une longue fiche technique et une mise en relation avec le texte.

  • The World of Dante analyse également La divine comédie avec les images qui  lui ont été associées. Comparé au site précédent, le texte peut faire l’objet de fouilles très précises pour satisfaire plus facilement les traitements littéraires.

  • La correspondance de Van Gogh en donne un exemple très abouti. Ce site est constitué de nombreux outils, comme la possibilité de lire les traductions ou de comparer les croquis des lettres.

Quelques directions de recherches encore à expérimenter :

  • Lev Manovitch de l’Université de Californie à San Diego explique sur une vidéo disponible sur Youtube la difficulté de traiter des centaines d’images et les problèmes qui en découlent. Il rassemble des millions d’images et tente d’en faire sortir des graphes colorimétriques ou de formes pour voir si ce type de traitement peut permettre de voir de nouvelles recherches.

Étude de cas – Maquette d’ Élisabeth Doulkaridou

Depuis le Master 2, Élisabeth Doulkaridou a constaté que les outils numériques mis à disposition des chercheurs travaillant sur les manuscrits enluminés de la Renaissance, sont inefficaces voire inexistants. Alors que de plus en plus de bibliothèques mettent en ligne ces ouvrages, leur lisibilité demeure insatisfaisantes, la plupart d’entre elles se contentant de Luna Insight. Elle a donc proposé une maquette de sa vision du « site parfait » issue d’une synthèse critique de ces sites.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search